Pas marrant pour les cathos intégristes à Besak

Publié le par la Rédaction

Je me retrouve pas mal dans le communiqué de la CNT25 sur l’action auprès de SOS Tout-Petits samedi dernier :

L’extrême droite religieuse n’est pas bienvenue à Besançon !
Ce samedi 14 novembre, une vingtaine d’intégristes catholiques ont répondu à un appel international de prières contre le droit à l’avortement et contre l’accès à la contraception, notamment relayé par le groupuscule d’extrême droite religieuse «SOS-Tout-Petits». Ils sont restés deux heures sous la pluie devant la cathédrale Saint-Jean de Besançon, à marmonner en boucle des prières au nom du «génocide» des embryons et des fœtus !
Une vingtaine de libertaires est venue perturber ce rassemblement réactionnaire, et le service d’ordre des deux jeunesses catholiques-identitaires sous tutelle d’un papi nerveux n’a pas réussi à faire taire notre présence. Entre chansons humoristiques et slogans en faveurs du libre choix, lecture d’un mode d’emploi de préservatifs et autres agitations progressistes : les droits des femmes et la lutte contre l’obscurantisme ont couvert leurs prières.
Nos rires athées ont même accompagné leur départ des lieux, en remplissant le domaine public libéré !
CNT25, 18 novembre.


Juste quelques précisions : ces personnes n’étaient pas autorisés par l’Église officielle à utiliser l’église, elles sont donc restées dehors devant la porte close. Ils avaient amené un peu de déco, des posters de fœtus…


Certains de ces individus se révèlent particulièrement agressifs, les deux fonctionnaires en civil dépêchés pour l’occasion ont pu le constater. La mobilisation était satisfaisante, les militants étaient autant que les illuminés.


Nous avons eu l’honneur d’avoir parmi nous un transfuge passablement inspiré qui a largement contribué à l’ambiance joyeuse de l’évènement, cet enfoiré était fan de Didier Super…



Parallèlement se tenait un cercle du silence par RESF25. Même horaire, nous nous y sommes rendus succintement afin de s’y joindre et de veiller à ce que cette fois aucune perturbation n’intervienne, tout s’est bien passé.


Drapeau noir, 19 novembre 2009.

Commenter cet article