Khadafi dégage ! 21 février

Publié le par la Rédaction

Benghazi : Parade avec les armes enlevées à la milice de Khadafi et de ses fils, 20 février

 

 

 

Libye : Après Benghazi, les violences gagnent Tripoli

 

En Libye, la contestation populaire et les émeutes qui étaient concentrées dans l'est du pays, depuis une semaine, ont gagné Tripoli. 

 

Manifestations à Benghazi, Libye 

 

Malgré les avertissements sévères de Seif al-islam Khadafi, le fils de Mouammar Khadafi, livrés dimanche soir à la télévision nationale, plusieurs incidents ont été observés dans les rues de la capitale toute la nuit.

 

Selon des témoins contactés par l'Agence France Presse, le siège d'une télévision et d'une radio publique ont été saccagés et des postes de police ont été incendiés. Lundi matin, un bâtiment gouvernemental était toujours en feu et un chantier de construction aurait été envahi et pillé près de la capitale.

 

Selon d'autres témoins, des tireurs embusqués sur des toits ont tiré sur des manifestants antigouvernementaux. D'autres, qui roulaient en voiture, ont ouvert le feu sur les protestataires. Des affrontements entre opposants et sympathisants du numéro un libyen ont aussi eu lieu sur la Place verte de Tripoli.

 

Au petit matin, les rues de la capitale étaient cependant désertes. Les écoles, les bureaux et la plupart des magasins étaient fermés à l'exception de quelques boulangeries, selon un témoin.

 

La prison Al-Jadid à Tripoli, après la désertion

des gardiens et la fuite des prisonniers

 

À Benghazi, la deuxième ville du pays d'où est née la révolte populaire il y a une semaine, au moins 60 personnes auraient été tuées pour la seule journée de dimanche, selon l'organisme Human Right Watch (HRW). Selon des habitants, une foule de manifestants a envahi le quartier général des forces de l'ordre et s'est emparée d'armes.

 

Le bilan des manifestations ne cesse de s'alourdir et dépasse désormais les 230 morts en moins d'une semaine, selon HRW.

 

Tripoli, 20 février

 

Hausse du baril de pétrole

 

La situation tendue en Libye a provoqué une forte hausse du baril de pétrole sur les marchés londoniens lundi matin.

 

La chaîne de télévision du Qatar Al-Jazira a affirmé lundi que son signal satellite était brouillé en Libye. Dans un communiqué, les dirigeants de la chaîne accusent les services de renseignement libyen d'en être responsables.

 

Aucun journaliste étranger n'est toléré sur le territoire libyen depuis le début des soulèvements.

 

Souk El Irbiaa - Tripoli, 20 février

 

Lundi, l'ancien porte-parole du gouvernement, Mohamed Bayou, a réagi aux déclarations du fils de Mouammar Khadafi, estimant qu'il «n'a pas été sage dans ses paroles».

 

«J'espère que (Seif al-Islam) changera son discours pour reconnaître l'existence d'une opposition populaire interne et entamer un dialogue avec elle pour des changements profonds dans le système libyen», a-t-il déclaré.

 

Les violences ont également incité le gouvernement portugais à envoyer un avion pour rapatrier ses ressortissants. La France a encouragé ses 750 ressortissants à quitter le pays.

 

L'Union européenne discute d'ailleurs lundi pour dégager une position commune au sujet de la Libye.

 

Leur presse (Radio-Canada.ca), 21 février 2011.

 

 

Casernes en feu à Benghazi

 

 

«Grève jusqu’à la chute du régime»

«Le peuple veut détruire le régime»

Benghazi

 

 

«Non à l’Est, Non à l’Ouest»

 


Publié dans Internationalisme

Commenter cet article