"Jusqu'ici" no 2 - 6 novembre

Publié le par la Rédaction

Pas de doute, une phase s'est close. Celle de la montée en puissance du mouvement contre la réforme des retraites — sous l'égide d'une intersyndicale soudée, avec des grèves reconductibles dans différents secteurs, des manifs lycéennes, et une attention générale concentrée sur le blocage des douze raffineries.

 

Jusqu'ici, tout continue. Les chiffres montent et descendent, mais la détermination persiste. Comme nous le disions dans le numéro précédent, «le blocage unit lorsque la nouvelle organisation du travail sépare». Les outils collectifs de décision, de liaison et de mutualisation apparaissent et gagnent en consistance, loin des projecteurs. Un peu partout fleurissent des journaux et des feuilles de luttes, des cantines de mouvement et des caisses de solidarité ; les AG interpros commencent à se coordonner en même temps que se construit de la confiance pour mener des actions.

 

Si, comme le souligne un texte rennais, les participants aux blocages sont très divers (syndicalistes, lycéens, étudiants, chômeurs, précaires, etc.), mais en petit nombre. Ces actions sont soutenues, sans pour autant embarquer tout le monde. Comment faire pour continuer les blocages dont beaucoup perçoivent la pertinence ? Comme la grève, les blocages exigent de l'organisation, de l'écoute — pour faire face à de nombreuses peurs et contraintes. Il s'agit d'une véritable culture commune à construire.

 

Si les grévistes vont et viennent, certains portent des revendications propres à leurs situations et sont déterminés. Sur des questions de salaire, de conditions de travail ou de menaces de licenciement… Révélant que, au-delà des retraites, il y a quelque chose dans l'air.

 

Nous avançons grandis, de jour en jour, des rencontres et des discussions, de ces différences qui se frottent et s'étripent, de ces rires partagés sur un piquet, de ces idées qui nous étonnent et des pratiques apprises. Pour de bon.

 

 

Jusqu’ici - Bulletin temporaire

de liaisons dangereuses

 


Publié dans Colère ouvrière

Commenter cet article