IUT bloqué et mairie occupée à Tarbes - 9 novembre

Publié le par la Rédaction

Retraites : Étudiants et lycéens ne lâchent pas

 

Des centaines d'étudiants se sont rassemblées, hier matin, devant l'IUT. Ils ont tenu une assemblée générale en plein air pour poursuivre le mouvement de lutte contre la réforme des retraites.

 

 

«On continue le mouvement pour que la réforme soit retirée sans aucun préalable. Les vacances ont fait baisser la mobilisation mais ca repart, nous affirment Victor Benesty, étudiant en licence de physique, et Luc Delaitre, étudiant au département SRC. On va faire des opérations de blocage pour faire monter la pression !»

 

Ça se concrétise déjà, sur le site, par des tas de chaises, de meubles et de tables qui bloquent les portes de l'IUT.

 

Une situation qui pose un évident problème de sécurité que l'équipe de direction essaie de résoudre.

 

«On rencontre le comité de mobilisation, explique Cédric Haurou-Béjottes, directeur adjoint. Je suis impressionné par leur niveau de réflexion et d'organisation ! On essaie de résoudre avec eux le problème des sorties bloquées mais ils ont été débordés par des éléments extérieurs qui sont venus cette nuit. On essaie aussi de les accompagner pour que le mouvement reste représentatif : un vote à bulletin secret a été organisé ce matin pour qu'ils se prononcent sur la poursuite du mouvement.» Résultat : plus de 70% se sont prononcés pour la poursuite. L'IUT reste donc bloqué, au moins jusqu'au vote qui sera organisé demain matin.

 

Hôtel de ville envahi

Les lycéens ne sont pas en reste. Quelques dizaines d'entre eux ont manifesté tout au long de la journée, hier, dans le centre-ville de Tarbes.

 

Après la place de Verdun, ils ont clamé leur opposition à la réforme des retraites sous les fenêtres de l'inspection académique. En milieu d'après-midi, tentés de manifester devant le local de l'UMP, c'est finalement vers l'hôtel de ville qu'ils se sont discrètement dirigés.

 

Des lycéens de Marie-Curie, Théo, Jean-Dupuy, Mendès-France, ainsi que des étudiants de l'IUT ont investi le hall de l'hôtel de ville où ils se sont assis. Un sit-in revendicatif a démarré, alternant chants et cris contre la réforme des retraites. «On nous reproche d'être des glandeurs. Eh bien ! on a fait un cours contre la réforme des retraites», a expliqué Jean-Luc Ledan, un porte-parole des lycéens.

 

La manifestation qui s'est déroulée dans l'indifférence des visiteurs de l'hôtel de ville, surpris par la présence des lycéens et étudiants. Les manifestants ont évacué l'hôtel de ville dans le calme.

 

Leur presse (La Dépêche), 10 novembre 2010.

 


Publié dans Colère ouvrière

Commenter cet article