Irradiés de tous les pays, révoltons-nous !

Publié le par la Rédaction

Irradiés de tous les pays, révoltons-nous !

 

# Version sonore [mp3 de 4'58 - 6,83 Mo]

 

LE NUCLÉAIRE EST ASSURÉMENT LA FORME D’ÉNERGIE D’UNE SOCIÉTÉ DONNÉE : toujours plus de consommation, de marchandisation, de transport, de technologie, de besoins suscités dans le seul but d’alimenter un système économique et ceux qui en profitent. Cette boulimie ne peut se concrétiser sans promesses d’énergies durables. Le nucléaire est de celles-là, de celles que l’on nous vante comme pérennes, sûres et surtout incontournables. Il en est de même des alternatives éoliennes, solaires ou autres trouvailles qui, derrière une argumentation écologiste, n’ont d’autres buts que de fournir cette boulimie, d’offrir une autre réponse à la perpétuation d’une société qui n’a de cesse d’en vouloir plus. Cette opposition entre les pro-nucléaires et les partisans des alternatives se réduisant alors à de pauvres débats d’experts économiques, scientifiques ou politiques. Tous unis derrière cette prétention à vouloir fournir autre chose. Douce illusion d’une quête écologique qui ne saurait résister à l’ultime argument que serait la nécessité.

 

 

POUR AUTANT, LE NUCLÉAIRE N’EST PAS UNE MANIÈRE DE PRODUIRE DE L’ÉNERGIE COMME UNE AUTRE. Bien plus qu’un simple fournisseur, il induit de nouvelles formes d’organisation et de gestion des populations par l’État, ses auxiliaires et ses annexes. Il entérine encore un peu plus les formes d’organisation sociales, politiques et économiques existantes. Loin de la simple contre-expertise, le constat est à faire que l’apparition du nucléaire civil ou militaire pose de multiples questions quant à ses implications directes et indirectes. En effet, une société nucléarisée, pour exister, a d’absolues nécessités. Celles-ci sont économiques, scientifiques et militaires.

 

LA PREMIÈRE D’ENTRE ELLES EST QUE LA MISE EN PLACE D’UNE INDUSTRIE sous-tend évidemment une forme d’organisation économique qui puisse lui permettre de disposer de main d’œuvre, l’extraction de l’ensemble des matières premières, d’entreprendre de grands travaux de voirie, de construction, de pouvoir gérer des populations, etc. En bref, la misère et l’exploitation quotidiennes. En cela, le nucléaire n’a rien d’exceptionnel.

 

 

 

LA QUESTION MILITAIRE DE LA SOCIÉTÉ NUCLÉARISÉE prend tout son sens au vu des débats scientifiques et politiques autour des déchets, du risque et de l’irradiation. Et c’est en cela que le nucléaire est spécifique. Les déchets qu’ils soient enfouis, recyclés dans l’armement ou dans des projets de nouvelles énergies, restent une menace constante dont nul ne sait réellement ce qu’il est possible de faire pour s’en débarrasser ou les gérer durablement. Malgré les quelques accidents dans les centrales, le nucléaire et les risques qu’il induisait furent longtemps cachés, minimisés. Tout comme les risques d’irradiation pour toutes les personnes travaillant dans la mise en place et le maintien de cette industrie. Des gisements aux centrales, de leur construction à leur entretien.

 

DEPUIS HIROSHIMA, CES RISQUES N’ÉTAIENT PERÇUS QUE D’UN POINT DE VUE MILITAIRE. Les irradiés n’étant alors que des victimes de guerre et les populations exposées aux irradiations dues aux essais de bombes nucléaires dans le pacifique, le Sahara, le Penjab ou ailleurs, de simples dommages collatéraux.

 

 

L’ACCIDENT DE TCHERNOBYL FUT L’UN DES TOURNANTS dans la politique menée par les gestionnaires du nucléaire. Un temps nié, le risque devenait réalité, palpable par la dimension de la contamination, par l’existence d’humains en zones contaminées, par la gestion d‘une survie et le confinement. Loin de calmer leurs ardeurs, les défenseurs du nucléaire mandatèrent une somme de scientifiques afin d’examiner la situation et d’en tirer des conclusions allant dans le sens d’une continuité des programmes nucléaires existants. Bien plus que faire accepter la simple présence du nucléaire, les nouvelles politiques en la matière se sont tournées vers le contrôle des populations exposées. Ces dernières années, les exercices de simulation se sont multipliés sous couvert de rassurer les populations potentiellement exposées, ces politiques visent à l’acceptation d’une vie en zone contaminée. Des hordes de scientifiques, de médecins et de militaires sont mobilisés. Les uns pour nous expliquer qu’il est possible de survivre et de continuer à vivre dans ces conditions. Les autres pour nous faire comprendre les armes à la main que le choix n’est laissé à personne. Accepter une longue agonie ou être tué, accepter de continuer à être un des rouages de ce monde qui nous consume ou le quitter. Pas besoin d’aller en Biélorussie, le projet de l’EPR (European Pressurized water Reactor) à Flammanville prévoit l’inondation des marais alentour en vu d’un meilleur confinement des habitants de la région contaminée en cas d’accident. Simple sacrifice humain sur l’autel des choix économiques et politiques.

 

 

 

 

LE NUCLÉAIRE NE PEUT EXISTER SANS UNE PLUS GRANDE MILITARISATION DE NOS VIES, SANS UN PLUS LARGE CONTRÔLE DE L’ETAT ET DE SES SCIENTIFIQUES SUR NOS EXISTENCES. IL N’EXISTE DE CRITIQUE DU NUCLÉAIRE SANS REMISE EN CAUSE DE LA SOCIÉTÉ QUI LE PRODUIT. IL N’EXISTE PAS DE LUTTE CONTRE LE NUCLÉAIRE SANS DESTRUCTION DE CETTE SOCIÉTÉ. 

 

Basse Intensité, 7 novembre 2007.

 

 

Quelques références…

# Un récit de la lutte de Chooz, La question sociale, 2007. 
# Actions directes contre le nucléaire et son monde, Black star (s) Éditions, 2008. 
# Histoire lacunaire de l’opposition à l’énergie nucléaire en France, Association contre le nucléaire et son monde, Éditions de la lenteur, 2007. 
# Golfech, le nucléaire, implantation et résistances, CRAS, 1999. 
# Ça leur coûtera cher de nous foutre en l’air, documentaire sonore, téléchargeable sur internetdown.org

 


Publié dans Terre et environnement

Commenter cet article

jpd 17/03/2011 13:11



IL N’EXISTE DE CRITIQUE DU NUCLÉAIRE SANS REMISE
EN CAUSE DE LA SOCIÉTÉ QUI LE PRODUIT. IL N’EXISTE PAS DE LUTTE CONTRE LE NUCLÉAIRE SANS DESTRUCTION DE CETTE SOCIÉTÉ. 


 


je suis très d'accord avec ce texte cependant la
fin me pose problème sur un mot. Je dirais plutôt "il n'existe pas de lutte contre le nucléaire dans volonté de destruction de cette société" ou bien sans "l'associer à un projet de.... " ou
autre formulation.


Je m'explique en prenant en exemple le
communiqué de la FA (ce n'est pas une volonté de polémique mais de débat) qui se prononce pour un arrêt IMMEDIAT du nucléaire mais qui termine en disant : "seule une révolution sociale peut faire
disparaître AREVA et ses protecteurs étatiques" (autrement dit le nucléaire). Ce qui veut dire (à moins que je manque d'information) que l'arrêt immédiat n'est pas possible !.


Si on pense cela - le nucléaire restera tant que
le capitalisme perdurera - alors il ne faut pas expliquer qu'on peut imposer un rapport de force en faveur d'une sortie immediate. Et alors exit toute pratique spécifiquement anti nucléaire,
toute tentative de contruire une pratique radicale dans un mouvement. Ça se défend mais ça se discute aussi.


je pense pour ma part que si le nucléaire est
lié à un mode de production, ce dernier peut aussi s'en passer sous des pressions diverses et variées. renonces-t-on à obtenir quelque chose qui ne soit pas dans le cadre de la fin du capitalisme
?


Concrètement j ai un peu l'impression que les anars ne se dépatouillent pas de cette contradiction... arrêt immédiat mais dans le Réseau pour un avenir sans nucléaire.


Or quand on est adhérent au réseau pour un avenir sans nucléaire on n'est pas pour une
sortie immédiate.
• Le réseau est signataire de l'ultimatum climatique (2009) qui refuse de préciser que le nucléaire ne doit pas être utilisé pour protéger le climat. Ce qui veut dire comme Geenpeace le
propose de prolonger certaines centrale.
• Le réseau a toujours été pour une sortie progressive liant cette possibilité aux énergies renouvelables
• Les poids lourds dans le Réseau ce sont les Verts, les Amis de la Terre et le Réseau action-climat même si Greenpeace l'a quitté.

Alors j'en ai un peu marre du double discours des orgas anars qui ne se distinguent du Réseau que par la couleur du drapeau !
Il circule bien quelques beaux textes théoriques, généralistes, mais qui ne proposent rien en terme de mobilisation).