Insurrection égyptienne - 2 février

Publié le par la Rédaction

 

La bataille de la place Tahrir (au moins 3 morts et 600 blessés) continue ce soir…

 

 

 

 

Les pro-Moubarak chargent les manifestants à dos de chameau

 

Des partisans du président égyptien Hosni Moubarak ont chargé mercredi les manifestants réclamant son départ dans le centre du Caire à cheval et à dos de chameau, avant d'être encerclés et désarçonnés, ont constaté des journalistes de l'AFP.

 

Leur presse (Agence Faut Payer), 2 février 2011 - 14h13.

 

 

 

 

 

 

Heurts entre pro et anti-Moubarak place Tahrir au Caire, des blessés

 

De violents accrochages ont éclaté mercredi au Caire entre des milliers de partisans du président Hosni Moubarak et de manifestants réclamant son départ, faisant des blessés sans que l'armée présente sur place n'intervienne, ont constaté des journalistes de l'AFP.

 

Les manifestants se battaient à coups de bâtons et de jets de pierres autour des chars de l'armée gardant les entrées de la place, sans que les militaires ne s'interposent. Ils en étaient venus aux mains après une matinée très tendue.

 

 

 

Plusieurs personnes ont été blessées, selon un journaliste de l'AFP sur place.

 

Plusieurs centaines de partisans du président ont marché en début d'après-midi sur Tahrir où des milliers de manifestants anti-Moubarak avaient passé à nouveau la nuit pour réclamer son départ, au neuvième jour d'un mouvement de contestation sans précédent contre le chef de l'État.

 

Leur presse (Agence Faut Payer), 2 février - 13h45.

 

 

 

 

Heurts entre pro et anti-Moubarak place Tahrir au Caire

 

De violents accrochages ont éclaté mercredi au Caire entre des milliers de partisans du président Hosni Moubarak et de manifestants réclamant son départ sans que l'armée présente sur place n'intervienne, ont constaté des journalistes de l'AFP.

 

Leur presse (Agence Faut Payer), 2 février - 13h34.

 

 

 

 

Des policiers en civil entrent en force sur Tahrir

 

Trois mouvements de la coalition anti-Moubarak ont affirmé mercredi dans un communiqué que des policiers en civil sont entrés en force place Tahrir au centre du Caire, où campent depuis neuf jours des milliers de manifestants réclamant le départ du président Hosni Moubarak.

 

Leur presse (Agence Faut Payer), 2 février - 13h28.

 

 

Heurts entre manifestants pro et anti-Moubarak place Tahrir au Caire

 

Des heurts ont éclaté mercredi après-midi entre partisans du président Hosni Moubarak et manifestants qui réclament son départ, sur la place Tahrir au Caire, épicentre depuis neuf jours d'une révolte populaire contre son régime, selon un journaliste de l'AFP sur place.

 

Plusieurs centaines de partisans du président ont marché en début d'après-midi sur Tahrir où des milliers de manifestants anti-Moubarak avaient passé une nouvelle nuit pour réclamer le départ du président.

 

Le mouvement de contestation maintient son appel à des manifestations massives vendredi malgré l'annonce du président la veille qu'il ne se représenterait pas à la présidentielle en septembre et un appel de l'armée aux manifestants de rentrer chez eux.

 

Leur presse (Agence Faut Payer), 2 février - 13h15.

 


Publié dans Internationalisme

Commenter cet article

Mr_nobody 02/02/2011 20:41




Deux tweets bien marrant


ChloeEmmano‎ RT @rallaf: Mustapha Fiki: businessmen supporting Mubarak are the ones who sent horsemen to Tahrir to provoke protesters. #Egypt #Jan25


 onetruecathal   The pro #Mubarak 'protesters' are being paid $68 a day to attack real protesters. We should crowdsource a counter
offer. #tahrir #Jan25



En gros, un homme d'affaire soutenant moubarak a envoyé les mecs montants des cheveaux ou des chameaux pour attaquer les
manifestants en les payant 68$ !



Mr_nobody 02/02/2011 20:17



Les pro moubaraks sont composés apparement de plusieurs types de personnes.


- Des flics en civil "L'envoyé spécial de France 24 au Caire certifie avoir vu des ses yeux environ 20 cartes d'identités appartenant à des manifestants pro-Moubarak
précisant la profession de "policier". Il précise que en Egypte la carte d'identité doit porter la mention de la profession."


- Des employés d'entreprise nationales ( Me souviens plus du nom, un truc de pétroles ) à qui on a promis 2 mois de salaires.



- Des "thugs", des clochards à qui on a demandé de foutre le boxon en échange d'argent


....


Et aussi des tocards qui veulent que les manifestations arrêtent et qu'il faut attendre septembre que moubarak quitte le pouvoir :-°

Bref, il y a des barricades qui sont levées place tahrir http://yfrog.com/hsnixrj et apparement les anti moubarak ont eu le dessus sur les "pro moubarak". Y'aurait eu bordel au niveau du musée du
caire, surement des pro moubarak qui voulaient tout saccager et faire incomber la faute à ceux qui se sont soulevés...



Bernard Camus 02/02/2011 17:20



Personne ne s'y trompe : entre les flics en civils et les milices, il ne s'agit pas là d'ordinaires citoyens "pro-moubarak" mais bien de la réponse stratégique d'un régime qui en est à ses
dernières extrémités. Un coup de force auquel les manifestants ne s'étaient peut-être pas préparés.