HNS-info soutient la CIP-IDF menacée d'expulsion par la Mairie de Paris

Publié le par la Rédaction


«Je vais me lever un matin, je crois que j’enlèverai la poussière de mon balai
Je suis planté au carrefour, essayant de trouver quelqu’un qui me prenne
Je vais écrire une lettre, téléphoner dans toutes les villes que je connais»

Robert Johnson, Crossroads.

La Coordination des Intermittents et Précaires d’Île de France (CIP-IDF) est menacée d’expulsion par la Mairie de Paris. Celle-ci, qui se targue d’être du côté des artistes, communique avec la CIP-IDF par voie d’huissier et ne fait pas de proposition de relogement raisonnable et adaptée à la poursuite des activités du lieu.

Nous avons besoin de lieux pour habiter le monde

Depuis la création de la CIP-IDF, HNS-info en a été le partenaire. Nous n’avons pas fait que relayer communiqués et rendez-vous d’action, mais avons participé à la construction du lieu. De réunions, en fêtes de soutien, via des débats, ateliers clowns … nous nous sommes rencontrés, croisés, avons échangé, offert… Le point culminant a été l’organisation de l’EuroMayday en 2005 et 2006.

Ce 1er Mai alternatif, fait par des précaires pour des précaires, a réuni des milliers de personnes dans les rues de Paris et lors d’actions qui ont eu pour but, non seulement de briser les carcans militants habituels, mais aussi de rendre visibles ceux/celles qui ne le sont pas : étudiants-travailleurs, créateurs-RMistes, salariés-sans-papiers…

Parmi ces actions, une visite à la CFDT le 19 avril 2005 pour faire part à ses dirigeants des conséquences de la signature par la centrale de Chérèque des conventions UNEDIC.

Le MEDEF veut rétablir l’esclavage — La CFDT négocie le poids des chaînes

Alors que la visite, l’occupation sont des traditions du mouvement ouvrier, la CFDT porte plainte contre Michel Roger (Compagnie Jolie Môme) et Ludovic Prieur (HNS-info) pour violation de domicile ! Une instruction a été ouverte deux ans après les faits et la Confédération Féodale pour la Destruction des Travailleurs/euses a largement collaboré avec la police en fournissant tout ce qu’elle désirait (dans des valises ?).

Une pétition, titrée «Si j’avais su j’y serais allé-e» recueille plus de douze mille signatures et le procès a lieu de 11 décembre 2008.

Ce «syndicat», non content de signer avec le MEDEF contre les salariés pour réduire les droits sociaux, obtient la condamnation du principe de l’occupation et des deux militants incriminés (2000 euros d’amende avec sursis et 1 euro de dommages et intérêts à la CFDT).

Pour ne pas laisser rétrécir les espaces de liberté, nous avons évidemment fait appel ; le procès aura lieu le 4 juin 2010. HNS-info, directement impliqué et la CIP-IDF, qui lutte pour de nouveau droits sociaux, marchent main dans la main pour obtenir la relaxe !

Du possible sinon j’étouffe

La CIP-IDF soutient HNS-info et la réciproque est vraie. Lorsque nous avons appris que Bertrand Delanoë voulait expulser la «coord», nous avons décidé de nous y domicilier car la meilleure façon de résister à ce genre d’attaque est de participer aux activités du lieu qui est dans le viseur du pouvoir.

Nous y avons organisé un débat le 29 novembre 2008 : «Quel avenir pour les médias alternatifs sous Sarkozy et dans la globalisation libérale ?» Nous allons réitérer régulièrement ces occasions de se voir, avec prochainement une rencontre autour des réseaux sociaux. Ainsi les lecteurs peuvent nous rencontrer et nous pouvons mettre en commun nos idées et désirs, car ceux-ci ne sont pas mesurables sur l’échelle de la marchandise !

C’est un des rôles principaux de la «coord» : être un carrefour, un lieu de rencontres ; pour nous cela se traduit comme le pendant physique du lieu de rencontres virtuelles qu’est HNS-info. Les gens se croisent au quai de Charentes ; les infos de collectifs et orgas très différentes se croisent dans la polyphonie chatoyante d’HNS-info.

C’est pour cela que la CIP-IDF doit vivre et que nous la soutenons. Nous refusons de nous laisser crucifier par Bertrand Delanoë comme un papillon épinglé sur du liège.

HNS-info, 27 janvier 2010.

Commenter cet article

Michel Davesnes 04/02/2010 23:18


Il est très important de faire circuler cettte pétition. Le nombre de signataires compte davantage que les personnalités qui ont signé cet appel pour que vive la Coordination des intermittents et
précaires. Il faut que ça fasse boule de neige. Et pour ça, faites circuler ce lien :

 http://www.cip-idf.org/article.php3?id_article=4882