"Happy birthday !" Jean-Marc Rouillan

Publié le par la Rédaction

 

Ce samedi 2 octobre, Jean-Marc Rouillan fête le deuxième anniversaire de sa réincarcération. Deux années de prison pour quelques mots.

 

Deux années d’emprisonnement pour des mots… Moi qui, à la sortie de Mai 68, ai fait le choix des armes et de l’action révolutionnaire, me voici, à cinquante-huit ans, incarcéré, suprême ironie, «sur parole».

 

Les magistrats de l’antiterrorisme donnent ainsi raison à l’adolescent que j’étais et qui, comme des milliers d’autres à travers l’Europe, avaient fait ce choix en estimant qu’il était impossible d’agir en révolutionnaire dans les cadres de la politique bourgeoise. Pour nous, dans ce système, on ne parle librement qu’à la seule condition de balbutier les commandements des maîtres.

 

Aveuglés par leurs certitudes réactionnaires, les juges parient sur la disparition sans retour d’une véritable opposition d’extrême-gauche dans nos pays repus du malheur qu’ils causent ailleurs. Une opposition de classe capable de briser les appétits de prédateurs qui détournent les fruits du labeur des travailleurs. Une opposition conséquente en mesure de rallier le pôle politique des exploités.

 

Qu’on le veuille ou non, ma détention révèle les peurs qui hantent toujours les gouvernements des pays impérialistes. Leurs craintes du fantôme de la résistance. Ma détention résulte de la volonté d’anéantir toute trace d’une alternative radicale aux habitudes rituelles des pétitions et des manifs-promenades, au verbiage hémiplégique des «plus à gauche, tu meurs», aux actions sans lendemain et aux comédies de la rupture avec le système et ses supplétifs.

 

Malgré tout, la lutte continue : chaque combat, chaque escarmouche, chaque refus porte en son sein une alternative révolutionnaire. J’ai appris de nos défaites. Mais je ne me suis jamais dit qu’ils sont les plus forts, qu’il n’y a plus rien à faire. Je n’ai jamais renoncé à diffuser notre expérience combattante. Et j’assume toute la responsabilité politique de nos actions passées.

 

Deux années d’emprisonnement pour des mots… Ma détention repose sur l’arbitraire. Qui est aussi le fruit «ordinaire» de la prolifération des lois et des décrets liberticides. Alors que les gouvernants organisent l’impunité des patrons voyous et des milliardaires voleurs, ils multiplient les lois durcissant le rapport de force contre les exploités. Pas une année ne passe sans qu’on ne fasse voter en toute hâte (et souvent en catimini) une loi ou un amendement serrant encore la vis.

 

Les tribunaux d’exception et les brigades antiterroristes encadrent l’autoritarisme de cet État policier. Ils en sont l’expression omnipotente. Et aujourd’hui les tribunaux «ordinaires» — qui expulsent les Roms et les travailleurs étrangers, qui innocentent les policiers assassins, qui emprisonnent par brassées le petit peuple des quartiers —, relayés par le cortège des brigades spéciales — qui contrôlent au faciès, fouillent, tabassent et jouent du Taser et du flash ball —, font entrer l’arbitraire dans chaque relation «ordinaire» des plus pauvres avec l’État. Jusqu’où allons nous accepter la dictature «ordinaire» de la droite extrême ?

 

Cet État aurait-il cherché à donner un sens supplémentaire à ma vie militante qu’il n’aurait pu s’y prendre mieux ! Que je remercie en empruntant les mots du poète Heinrich Heine : «La haine de mes ennemis peut servir de garant que j’ai rempli jusqu’à ce jour cet emploi fidèlement et avec honneur. Je me montrerai toujours digne de cette haine.»

 

Et pour conclure ce deuxième anniversaire, je remercie, du fond de ma cellule, tous les camarades, les amis et les inconnus qui incluent ma libération dans leur projet d’émancipation révolutionnaire.

 

Jean-Marc Rouillan
Centre de détention de Muret
Agone, 30 septembre 2010.

 

 

Vingt-trois ans, ça suffit :

Libérez Jean-Marc Rouillan !

 

La justice a des oublis et des oubliés, tel Jean-Marc Rouillan, relégué depuis bientôt deux ans pour une interprétation tendancieuse de quelques paroles livrées lors dune interview. Depuis, arrêt brutal du régime de semi-liberté, retour à plein temps en prison alors que la peine de sûreté assortie à la condamnation des militants dAction directe est terminée depuis 5 ans !

 

Depuis lhiver dernier, les délais sétirent : la peine serait-elle sans fin ? Dans le déluge de déclarations et de mesures sécuritaires actuelles, le sort dun prisonnier ne pèse pas bien lourd. La bourgeoisie et son gouvernement ne sont-ils pas aussi violents avec les travailleurs, les jeunes, les sans-papiers, la population nomade ? Pour tenter de rallier le peuple, tout est bon : on assiste aujourdhui aux bonnes vieilles ficelles qui ont maintes fois servi et, une fois encore, lépouvantail du terrorisme est brandi…

 

Lécran de fumée a du mal à cacher que le terrorisme dÉtat est bel et bien en action contre les travailleurs auxquels on vole la retraite, les jeunes auxquels on vole lespoir dentrer sur le marché du travail avec une juste rémunération, les sans-papiers qui ont quitté leur pays pour vivre mieux et sont ici surexploités et traités comme des délinquants. Terrorisme dÉtat encore contre les différents groupes de population nomades, sempiternellement décriés, stigmatisés et pourchassés…

 

En regard des déclarations provocatrices du gouvernement de la bourgeoisie, les paroles dun Jean-Marc Rouillan, qui ne dit rien ou qui sexcuse de ne pas pouvoir dire grand-chose, ne pèsent pas lourd sauf devant la justice de la bourgeoisie… ! Le terrorisme est bien du côté de ceux qui le décrètent !

 

Ne laissons pas faire !

 

Pour le dire haut et fort, 

Rassemblement jeudi 7 octobre, de 18h à 19h 
devant l’Administration pénitentiaire 
carrefour rue de la Verrerie - rue du Renard 
(Paris 4e - Métro L1/L11 : Hôtel-de-Ville).

 

Collectif “Ne laissons pas faire !”, 3 octobre.

 


Commenter cet article