Grenoble : Tags de soutien à la Friche RVI

Publié le par la Rédaction

 

Ce week-end, sur plusieurs murs du centre-ville calme et aseptisé de Grenoble, des dizaines de tags de soutien au squat de la friche RVI, à Lyon, sont apparus, rompant la blanche monotonie des fêtes de Noël.

 

Ce squat existe depuis 8 ans, par convention avec le Grand Lyon, propriétaire des lieux. Un premier procès pour expulsion a abouti à l’accord de 6 mois de délais, et l’obligation de proposer une solution de relogement. Pour une fois que la Justice ne va pas dans le sens des dominant-es, le Grand Lyon a fait appel de cette décision. Par un curieux hasard, peu après, un incendie se déclare, dans la nuit du 19 au 20 décembre, détruisant 2000 des 25'000 m2. Depuis, par un arrêté municipal qui tombe à pic, le lieu est fermé, et ses occupant-es ne peuvent plus y entrer, et sont confiné-es sur le parking à l’entrée (plus d’infos : rebellyon.info et lafriche-rvi.org).

 

En soutien avec les frichard-es, on a donc pu lire sur les murs de Grenoble ce week-end, entre autres : «Ils peuvent brûler nos squats, mais pas éteindre nos révoltes» ; «Un squat qui brûle, des éluEs qui se frottent les mains» ; «Feu aux banques / aux prisons, pas aux squats / pas à nos maisons» ; «Opération Grand Froid : le PS brûle des squats» ; «Ces flammes qui attisent notre colère…» ; «Le pouvoir n’a toujours pas compris que le feu ne nous arrête pas» ; «Le pouvoir joue avec le feu, gare au retour de flammes» ; «Un squat qui brûle : à qui profite le crime ?» ; «Mieux que le karcher, le PS nettoie au lance-flammes» ; «À Lyon, à Grenoble, comme ailleurs, leurs flammes n’éteindront pas notre colère» ; «Ta ville, tu l’aimes ou tu la brûles (un membre du PS)» ; «Squatte ta ville» ; «Brûle ton maire» ; «Soutien à la Friche RVI» ; «Solidarité entre les squats» ; et, sur la caserne de bonne, projet urbanistique et commerçant dégueulasse qui a entraîné notamment l’expulsion de deux squats (Hôtel Devil et Maison des Lycéens) : «C’est pour des projets comme ça que vous détruisez nos maisons ?»

 

Squatte ton monde !

 

Indymedia Grenoble, 27 décembre 2010.

 


Commenter cet article