Grèce : Libération d'Epaminondas Korkoneas, policier qui a tué Alexis Grigouropoulos

Publié le par la Rédaction

«Le monstre» Epaminondas Korkoneas, meurtrier d’Alexis Grigoropoulos a été libéré de détention préventive.

 

Depuis quelques heures il est annoncé sur différents blogs que la libération d’Epaminondas Korkoneas de détention préventive est imminente. La nouvelle a aussi été diffusée sur les pages internet des médias grecs.

 

Sur les blogs anarchistes, on demande expressément de répandre cette nouvelle immédiatement sur tous les médias.

 

Korkoneas n’était pas accusé de meurtre, mais de meurtre avec préméditation. La justice n’a pas pu prouver l’intention. L’ami de 17 ans d’Alexis, un témoin à charge important qui se trouvait à côté d’Alexis durant l’action, doit être oublié depuis longtemps.

 

Korkoneas et un policier coaccusé avaient plaidé non coupable. Le procès avait été déplacé dans une petite ville de montagne difficilement accessible par peur des manifestations à Athènes.

 

La libération doit avoir lieu le 6 juin. Des prises de position des groupes de gauche grecs ou de la famille n’ont pas encore eu de conséquence évidemment, tout au moins il n’y a aucune traduction concrête.

 

La mère d’Alexandros Grigoropoulos a qualifié Korkoneas de monstre, pour lequel la vie de son fils aurait eu autant de signification que celle d’un cafard.

 

Traduit de l’allemand (Indymedia Allemagne) par Gachet,
HNS-info, 27 mai 2010.

 

 

*

 

 

Les deux membres des forces spéciales de la police, Epaminondas Korkoneas et Vasilis Saraliotis, jugés pour l’assassinat du jeune adolescent Alexandros Grigoropoulos, le 6 décembre 2008, doivent être libérés de prison sous caution dans les prochains jours. La détention maximale provisoire (18 mois en Grèce) expire le 6 juin. Il est spécifié qu’ils ne pourront pas quitter la ville grecque d’Amphissa, où leur procès est en cours.

Dans d’autres cas similaires du passé, les affaires judiciaires ont été précipitése, les procès et procédures accélérés afin d’empêcher les prévenus d’être libérés au bout de 18 mois.

 

Traduit de l’anglais - After The Greek Riots, 27 mai.

 

Publié dans Grèce générale

Commenter cet article