Grèce, le 6 mai : Les mesures d'austérité ont été votées, deuxième jour de manifestations

Publié le par la Rédaction

Les nouvelles mesures ont été votées au Parlement grec hier par une majorité de 172 voix sur un total de 300. La majorité fut renforcée par les voix du Parti socialiste (PASOK) et le parti d’extrême-droite nostalgique de la junte, LAOS.

 

Ont voté contre 121 députés de lopposition de droite, du Parti communiste et de la gauche radicale. Le Premier ministre na pas hésité à exclure du groupe parlementaire socialiste à lAssemblée trois députés qui sétaient abstenus lors dun vote préliminaire sur le texte, quelques heures plus tôt. Lun deux, un politicien vétéran socialiste et la championne olympique Mme Sacorafa refusent de remettre leurs sièges au Parlement. Dans le même temps lex-ministre des Affaires étrangères, fille de lex-PM Mitsotakis Konstantinos, et candidate perdant face aux conservateurs, Mme Bakoyanni a voté pour les mesures conduisant ainsi à son expulsion immédiate du parti. La demande de la gauche pour une majorité à 180 voix pour que les mesures soient votées (une règle appliquée par la réforme constitutionnelle) a été refusée par le gouvernement.

 

Après le vote, GSEE et ADEDY, les syndicats du secteur privé et public ont organisé une manifestation devant le Parlement, tandis que quelque 10'000 membres du syndicat PAME (contrôlé par le parti communiste) ont rallié les manifestant.es rassemblé.es sur la place Omonia et ont marché vers le Parlement, mais ils ont refusé de rejoindre le reste des manifestants devant le Parlement. Dans le même temps, une marche partie de Propylée jusquau Parlement, mais la tension est vite montée, la police arrêtant tout.es les manifestant.es avec un sac à dos.  Après avoir atteint la place Syntagma environ 10'000 manifestant.es ont protesté contre la forte pression des forces de police anti-émeute pour protéger le Parlement en criant des slogans tels que «air for cholera to go away». Après un certain temps durant lequel la foule était restée paisible, la police antiémeute a attaqué dans le but de dégager la zone face au Parlement. Les manifestant.es se retirèrent rapidement, aucun affrontement n’a été signalé. Des personnes ont été blessées par des coups de matraques et de grenades assourdissantes tirées au visage.


 

 

Des manifestations similaires ont eu lieu à Salonique, également sans heurts signalés.

 

Il faut noter que, hier, les employés de banque, une fois de plus, ont réalisé un walk-out à 12:00. Il y a deux jours, les employés de banque ont fait la grève comme une réponse à la mort de leurs trois collègues de la veille.

 

Traduit de l’anglais (Libcom) pour le JL, 7 mai 2010.

 


Publié dans Grèce générale

Commenter cet article