Grèce : la situation des compagnons incarcérés

Publié le par la Rédaction

Répression en Grèce


La réaction de l’État aux tensions en Grèce a envoyé dix-huit personnes en prison ces derniers mois. Le mouvement, là-bas, s’occupe beaucoup de la solidarité avec les prisonniers. Donc, avec la forte répression actuelle, il est surchargé. Voici une mise à jour de quelques cas actuels.

 

Giorgos Voutsis-Vogiatzis est en prison depuis octobre 2007. Une audience de mise en liberté a été déplacée à mai 2011. Il a plaidé coupable pour un braquage ; il considère cet acte comme une action contre l’asservissement du salariat.

 

Yiannis Dimitrakis est incarcéré depuis juillet 2007. Il a été condamné à trente-cinq ans de prison pour braquage. Il a perpétré ce vol avec trois autres anarchistes comme une action contre l’esclavage salarial qui règne et a été blessé lors de son arrestation par les balles des flics. En prison, il reste actif. Son jugement en appel aura lieu le 6 décembre 2010. Selon les flics et la presse, Yiannis appartenait à un gang qui commettait des attaques pour financer la guérilla urbaine, comme celle qui a causé la mort de Lambros Fountas, tué par la police en mars.

 

Simos Seisidis est en détention préventive pour des motifs semblables. Lors de son arrestation, il a été si gravement blessé qu’il a fallu lui amputer une jambe. Il y aura, probablement dans peu de temps, un examen de sa détention.

 

Suite aux attaques du groupe «Conspiration des cellules de feu», il y a toujours des gens en détention préventive. Des jeunes accusés d’en faire partie ont été arrêtés sous des accusations absurdes. La plupart ont été libérés sous contrôle judiciaire. Il y a aussi encore des gens en fuite.

 

Panayiota «Pola» Roupa, Constantinos «Costas» Gournas et Nikolaos «Nikos» Maziotis sont en détention préventive pour avoir participé au groupe «Lutte révolutionnaire». Ils ont revendiqué leur appartenance au groupe.

 

Christoforos Kortesis, Sarantos Nikitopoulos et Evangelos «Vangelis» Stathopoulos sont aussi détenus dans le cas «Lutte révolutionnaire» ; ils contestent leur appartenance au groupe. Dans cette affaire aussi, il y aura des examens de détention on ne sait pas trop quand.

 

Aris Sirinidis est en détention préventive depuis le 3 mai pour avoir prétendument tiré à la kalachnikov sur une unité de MAT [la police antiémeute] à Exarchia. Son cas provoque la sensation parce que c’est le premier cas qui s’appuie seulement sur une expertise ADN douteuse. Il a été arrêté lors des vastes recherches qui ont eu lieu contre Simos Seisidis.

 

Ilias Nikolau est en prison depuis le 13 janvier 2009 en raison d’une attaque incendiaire contre un poste de police ; il a été condamné à sept ans de prison. Il a été longtemps en fuite.

 

Polykarpos Georgiadis et Vangelis Chrysochoidis sont détenus pour avoir participé à l’enlèvement de Giorgos Mylonas, un haut responsable économique.

 

Alfredo Bonanno et Christos Stratigopoulos sont en prison, accusés de braquage. Malgré son grand âge et un mauvais état de santé, tous les pourvois contre la détention de Bonanno ont été rejetés.

 

Quelques-uns des prisonniers énumérés ici ainsi que Lambros Fountas, assassiné par les flics lors d’un échange de coups de feu, sont mentionnés en permanence par la police et les médias en rapport avec la date du 17 novembre 1995. En 1995, après les traditionnelles émeutes, la police avait rompu la franchise universitaire et s’était précipitée dans l’université Polytechnique. Lors de cette intervention que 400 personnes avaient été arrêtées, et les autorités ont cherché parmi elles un noyau qui serait responsable des attaques de ces dernières années.

 

 

Pour soutenir les prisonniers, il est important de montrer à l’État grec que sa répression est observée et qu’il y a aussi une disposition à l’action. La plupart des actions de solidarité ont eu lieu jusque là dans l’aire hispanophone. Celui-celle qui veut écrire aux prisonniers trouvera ici une liste avec les adresses :

Alfredo Bonanno 
Christos Stratigopoulos
Dikatikes Filakes Koridallos
T.K. 18110
Athens, Greece
Alfredo und Christos sitzen aufgrund eines Banküberfalls in Griechenland in Untersuchungshaft.
Giorgos Voutsis-Vogiatzis
ASKA Filakes Kassavetias
T.K. 37100 Almyros
Magnesia, Greece
Giorgos wurde im Oktober 2007 verhaftet. Er gab zu der Tat (ein Bankraub) eine bekennende Erklärung ab, in welcher er den Akt als Aktion gegen die Versklavung durch Lohnarbeit nennt.
Yiannis Dimitrakis
Filakes Domokou
T.K. 35010 Domokos
Phthiotis
Greece
Yiannis sitzt seit Juli 2007 und muss noch weitere 35 Jahre wegen eines bewaffneten Bankraubes absitzen. Er begann den Raub zusammen mit drei anderen Anarchist_innen als Aktion gegen die herrschende Lohnsklaverei und wurde währenddessen durch Bullenkugeln verletzt. Er bleibt auch im Knast ein aktiver Kämpfer.
Ilias Nikolau
Dikastiki Filaki Thessalonikis
T.K. 54012 Thessaloniki
Greece
Ilias aus Thessaloniki sitzt seit dem 13. Januar 2009 aufgrund eines Brandanschlags auf eine Polizeiwache in Haft, er wurde zu sieben Jahren verurteilt. Er war lange Zeit auf der Flucht gemeinsam mit zwei weiteren GenossInnen, die im gleichen Verfahren wie Vaggelis Botzatzis eingebunden waren.
Polykarpos Georgiadis
Kleisti Filaki Kerkiras
T.K. 49100 Kerkyra
Greece
Vangelis Chrysochoidis
Filakes Domokou
T.K. 35010 Domokos
Phthiotis
Greece
Polikarpos und Vangelis sitzen wegen der Beteiligung an der Entführung des ranghohen Wirtschaftsfunktionärs Giorgos Mylonas.
Panayiotis Masouras
Eidiko Katastima Kratisis Neon Avlona
T.K. 19011
Avlona, Attica
Greece
Harilaos “Haris” Hatzimichelakis
Dikastiki Filaki Koridallou
T.K. 18110 Athens
Greece
Panagiotis und Haris sitzen unter dem Vorwurf Mitglied der Stadtguerillagruppe „Conspiracy of the Cells of Fire“ zu sein.
Konstantina Karakatsani
Kleisti Kentriki Filaki Ginaikon
Korydallos
T.K. 18110 Athens
Greece
Karakatsani wird der Mitgliedschaft in „Conspiracy of the Cells of Fire“ beschuldigt. Ein Haftbefehl wurde für sie am 25. September 2009 veröffentlicht, festgenommen wurde sie am 22. April 2010.
Panayiota “Pola” Roupa
Kleisti Kentriki Filaki Ginaikon
Korydallos
T.K. 18110 Athens
Greece
Constantinos “Costas” Gournas
Kleisti Filaki Trikalon
T.K. 42100 Trikala
Greece
Nikolaos “Nikos” Maziotis
Dikastiki Filaki Koridallou
T.K. 18110 Athens
Greece
Alle drei wurde am 10. April 2010 unter dem Vorwurf der Mitgliedschaft in „Revolutionary Struggle“ festgenommen, wenig später bekannten sie sich dazu. Pola ist hochschwanger und wartet auf den Transfer ins Krankenhaus.
Christoforos Kortesis
Dikastiki Filaki Korinthou
T.K. 20100 Corinth
Greece
Sarantos Nikitopoulos
Dikastiki Filaki Koridallou
T.K. 18110 Athens
Greece
Evangelos “Vangelis” Stathopoulos
Kleisti Filaki Trikalon
T.K. 42100 Trikala
Greece
Allen dreien wird ebenfalls die Beteiligung an „Revolutionary Struggle“ vorgeworfen, aber sie bestreiten dies.
Evangelos “Vangelis” Pallis
Kleisti Filaki Trikalon
T.K. 42100 Trikala
Greece
Ein Sozialrebell, der sich seit mehreren Jahren an Knastkämpfen beteiligt.
Aris Seirinidis
Dikastiki Filaki Koridallou
T.K. 18110 Athens
Greece
Er wurde am 3. Mai 2010 festgenommen nach einem Überfall auf ein Elekronikgeschäft, er soll Teil der „Räuber in schwarz“ sein.

 

Traduit de l’allemand par Gachet - HNS-info, 2 septembre 2010.

 


Commenter cet article