Grèce générale : La police travaille à Varsovie

Publié le par la Rédaction

Fuck the Flag ! Merde au drapeau ! Liberté pour les militants grecs emprisonnés

 

Information relative à l’arrestation dactivistes grecs et polonais suite à un rassemblement éclair devant lambassade de Grèce à Varsovie en Pologne le 12 mai.
[Tout le monde a été libéré le 13 mai.]

 

Le 12 mai, un piquet de grève a eu lieu à lambassade de Grèce à Varsovie, en solidarité avec les luttes sociales en Grèce. Le piquet a été rejoint par un groupe denviron 10 personnes greques vivant en Pologne. Une banderole a été accrochée sur lambassade. En outre, les drapeaux de la Grèce et lUnion Européenne, qui étaient sur des mâts en face du bâtiment, ont été descendus et des drapeaux noirs ont été hissés à leur place.

 

Après le piquet, la police a poursuivi un groupe de personnes assises dans le parc. Six activistes grecs et un polonais ont été arrêtés et sont toujours détenus. Les policiers sont encore en train d’«enquêter» autour de lincident, mais ils menacent daccuser les gens davoir volé le drapeau et davoir pris part à une manifestation illégale avec lintention de commettre un crime. Voler le drapeau peut valoir jusquà un an de prison.

 

La police na pas été très «coopérative» ni pour donner des informations [sur les emprisonnés] ni pour laisser un avocat voir les détenus. En relation avec cela, un piquet de solidarité durgence a été organisé pendant la journée en face du «palais de la Police». En conséquence, un porte-parole policier a fini par sortir et a donné un petit peu dinformations, promettant que quelquun pourrait au moins recevoir des informations sur la suite, sortie ou maintien en détention des compagnons.

 

Demain encore, nous allons essayer denvoyer une aide juridique aux détenus et peut-être organiser une plus grande manifestation s’ils ne sont pas libérés. Il peut y avoir un problème pour les étrangers retenus en Pologne, du fait que parfois la police considère quil y a un risque de fuite [hors de Pologne]. [NdT : Concrètement, des cas similaires pour le passé se sont soldés par au moins 3 mois de détention «préventive», et une libération sous caution de 20'000 euros !].

 

Traduit de l’anglais (ZSP Warsaw Blog) 
sur Indymedia Athènes, 14 mai 2010.

 


Publié dans Grèce générale

Commenter cet article