Georges Cipriani : semi-liberté accordée

Publié le par la Rédaction

Action directe : la cour d'appel de Paris accorde la semi-liberté à Cipriani


La cour d'appel de Paris a accordé jeudi un régime de semi-liberté à compter du 14 avril à Georges Cipriani, un ex-membre d'Action directe détenu depuis plus de 23 ans, a-t-on appris auprès de son avocat, Me Jean-Louis Chalanset.


Le tribunal d'application des peines (Tap) antiterroriste avait donné son feu vert le 24 février à une mesure de semi-liberté en faveur de Cipriani, âgé de 59 ans et condamné deux fois à la perpétuité, notamment pour les assassinats en 1987 du PDG de Renault Georges Besse et en 1985 de l'ingénieur général René Audran du ministère de la Défense.

 

Mais le parquet de Paris avait immédiatement fait appel de cette décision.


La cour d'appel de Paris a finalement accordé mercredi, à l'issue d'une semaine de délibéré, ce régime de semi-liberté à Cipriani, censé ouvrir la voie au bout d'un an à sa libération conditionnelle, selon Me Chalanset.


L'avocat a précisé à l'AFP que ce régime de semi-liberté entrerait en vigueur le 14 avril.


Il prévoit que Georges Cipriani, détenu à Ensisheim (Haut-Rhin), puisse travailler à la Banque alimentaire de Strasbourg et apporte une aide bénévole au Secours populaire. L'ancien membre d'Action directe a en retour pour interdiction d'entrer en relation avec d'autres détenus et d'aborder publiquement les faits pour lesquels il a été condamné.

 

Manifestation du 23 février 2008 à Ensisheim


Le Tap avait déjà donné son feu vert en 2009, après deux rejets en 2005 et 2007, à ce régime de semi-liberté, finalement refusé par la cour d'appel.


Victimes de troubles psychiatriques, Georges Cipriani avait effectué un séjour en hôpital psychiatrique pénitentiaire pendant l'été 1993. Il avait par la suite obtenu un CAP de pâtissier et poursuivi des études supérieures.


Joëlle Aubron avait été libérée pour raisons de santé avant son décès en 2006. Les autres anciens membres d'Action directe — Nathalie Ménigon, Jean-Marc Rouillan, Max Frérot et Régis Schleicher — ont tous bénéficié de ce régime de semi-liberté.


Néanmoins, Jean-Marc Rouillan est retourné en prison à Fresnes (Val-de-Marne) en octobre 2008 pour avoir violé les conditions de son régime de semi-liberté en évoquant dans une interview les faits pour lesquels il a été condamné.


Leur presse (AFP), 1er avril 2010.

 


Commenter cet article

A 01/04/2010 18:03



La rédemption par le silence et l'"aide" aux pauvres.


Non contents de détruire les êtres humains par la prison, il faut continuer en les faisant trimer dans le marché de la misère. Les humiliations se partagent...