Fukushima : Le Sacrifice

Publié le par la Rédaction

Les travailleurs de Fukushima aux limites de la résistance humaine

 

Poussés aux limites de la résistance humaine, les employés de la centrale nucléaire accidentée de Fukushima reçoivent des doses énormes de radioactivité et ne quittent leur combinaison de protection que pour s'écrouler sur un matelas de plomb.

 

 

Depuis que la centrale de Fukushima Daiichi (Fukushima 1) a subi le tremblement de terre de magnitude 9 et un tsunami allant jusqu'à 14 mètres de haut, des techniciens, des «super pompiers» et des soldats se tuent à la tâche dans un environnement radioactif.

 

Ils tirent des câbles pour rétablir l'électricité, dégagent les débris encombrant les sites, aspergent les réacteurs privés de systèmes de refroidissement et tentent de relancer le fonctionnement d'équipements.

 

Portant une combinaison, des gants doublés et un masque de protection, et équipés de lampes de poche pour s'éclairer dans des lieux souvent plongés dans la pénombre, les équipes se succèdent 24 heures sur 24 avant de goûter un court repos.

 

Les travailleurs du risque dorment dans un bâtiment situé dans l'enceinte même de la centrale, prévu pour résister en partie aux radiations, qui atteignent toutefois un taux supérieur à la normale dans cet espace confiné.

 

Ils dorment dans des conditions précaires, avec en guise de matelas une natte en plomb censée faire barrage aux rayonnements et réduire le danger.

 

«Les employés dorment en groupe dans des salles de réunion, les couloirs ou près des salles de bain. Tout le monde dort à même le sol», explique Kazuma Yokota, un surveillant de la centrale.

 

«Nous mangeons deux fois par jour. Au petit-déjeuner, des biscuits énergétiques, au dîner du riz instantané et des aliments en conserve», explique-t-il à une équipe de télévision nippone, des poches sous les yeux.

 

Dans les premiers jours de la crise, chaque intervenant ne recevait qu'un litre et demi d'eau en bouteille, a-t-il regretté, précisant que certains s'étaient plaints de ne pouvoir changer leurs sous-vêtements pendant deux semaines.

 

«Nous voulons éviter autant que possible de rester trop longtemps (sur le site de la centrale), car nous sommes exposés en permanence aux radiations», souligne M. Yokota.

 

Les difficultés rencontrées par les 500 personnes, employés de la compagnie d'électricité gérant le site, Tokyo Electric Power (Tepco), ou des sous-traitants pour stabiliser la situation risquent toutefois de prolonger la durée des travaux.

 

Le porte-parole du gouvernement a reconnu pour sa part que la rotation des travailleurs n'était «pas suffisante».

 

«Il est difficile de trouver des remplaçants ayant des compétences pointues», capables d'aider à la relance cruciale du système de refroidissement des réacteurs, a souligné un responsable de l'entreprise Hitachi, qui a envoyé 170 personnes à Fukushima Daiichi.

 

Deux ouvriers ont été irradiés la semaine dernière, après avoir marché, équipés de simples bottines, dans de l'eau ayant fui dans une salle des machines.

 

«Les conditions de travail étant de plus en plus dangereuses, je ne pense pas pouvoir trouver d'autres salariés qui accepteraient d'y aller», a confié un sous-traitant au journal Asahi.

 

La limite légale de radiations autorisées pour le personnel du nucléaire en temps de crise a été relevée à 250 millisieverts par an depuis l'accident de Fukushima, contre 100 auparavant.

 

Une exposition annuelle à plus de 100 millisieverts augmente les risques ultérieurs de cancer, d'autant que la radioactivité «absorbée» est quasiment acquise pour toute la vie et se cumule avec les expositions futures.

 

En conséquence, les employés se voient demander de ne pas rester trop longtemps en action et de multiplier les temps de pause, afin d'éviter que leur taux de radioactivité personnel ne monte à 250 millisieverts, ce qui leur interdirait de continuer le travail.

 

Leur presse (Agence Faut Payer), 29 mars 2011.

 

 

 

 

 

Des mendiants, esclaves nucléaires au Japon

 

Les entreprises japonaises recrutent des personnes sans-abri pour nettoyer les centrales nucléaires. Beaucoup meurent de cancer. La Cronica a parlé avec les protagonistes de ce scandale inconcevable.

 

Il y a toujours un emploi dans le réacteur numéro 1 de la centrale nucléaire de Fukushima pour ceux qui n'ont rien à perdre. Matsushita dormait dans les quatre cartons qui sont devenus sa maison dans un parc de Tokyo, lorsque deux hommes sont venus lui faire une proposition. Aucune compétence particulière n'est nécessitée, ils paieront pour le travail le double du salaire de son dernier emploi en tant que manœuvre et il sera de retour sous 48 heures. Deux jours plus tard, cet ancien exécutif ruiné et dix autres mendiants ont été transférés à l'usine, située à 200 kilomètres au nord de la capitale, et enregistrés comme nettoyeurs.

 

«Nettoyeurs de quoi ?» demanda quelqu'un au contremaître qui distribuait les combinaisons spéciales et qui les a conduit à une immense salle métallique de forme cylindrique. La température à l'intérieur, qui variait entre 30 et 50 degrés, et l'humidité forçaient les travailleurs à respirer de l'air toutes les trois minutes. Les jauges de radioactivité avaient tellement dépassé le maximum qu'ils pensaient qu'elles devaient avoir été brisées. Un par un, les hommes ôtèrent leurs masques pour protéger leur visage. «Le cristal des verres était couvert de buée des verres et nous ne pouvions pas voir. Nous avons dû terminer le travail à l'heure et nous n'avons pas été payés quoi que ce soit», se souvient Matsushita, 53 ans. «Un homme s'est approché de moi et m'a dit : “Nous sommes dans un réacteur nucléaire”.»

 

Trois ans après cette visite à l'usine de Fukushima, un panneau jaune écrit en caractères japonais alerte les vagabonds du parc Shinjuku à Tokyo de ne pas aller travailler dans les centrales nucléaires. Vous pouvez lire «Ne prends pas le travail, il va te tuer». Cet avis est arrivé trop tard pour beaucoup d'entre eux.

 

Le recrutement des mendiants, des petits délinquants, des immigrés et des pauvres pour les postes les plus exposés dans les centrales nucléaires japonaises a été une pratique courante depuis plus de trois décennies. Et elle l'est encore aujourd'hui. Entre 700 et 1.000 personnes sans-abri sont mortes et des milliers d'autres sont tombées malades atteintes de cancer pendant cette période, selon une étude menée par le Professeur de physique Yuko Fujita, de la prestigieuse université japonaise de Keio.

 

SECRET TOTAL

 

Les esclaves nucléaires sont l'un des secrets les mieux gardés du Japon. Très peu de gens connaissent une pratique qui implique certaines des plus grandes sociétés du pays et la redoutée mafia yakuza, laquelle est responsable de la recherche, de la sélection et de l'embauche des sans-abri pour les compagnies électriques. «Les mafias sont des intermédiaires. Les entreprises paient ¥ 30,000 (215 euros) pour une journée de travail, mais l'entrepreneur ne reçoit que 20'000 (€ 142). Les yakuzas empochent la différence», explique Kenji Higuchi, un journaliste japonais qui a effectué 30 ans de recherches et a documenté avec des photos le sort des sans-abris du Japon.

 

Higuchi et le professeur Fujita visitent chaque semaine les lieux fréquentés par les sans-abris pour les mettre en garde contre les risques et les inciter à porter leur cas devant la justice. Higuchi avec son appareil photo est l'auteur des photographies contenues dans cet article, et Fujita avec l'étude des effets de la radioactivité, ont défié le gouvernement japonais, les multinationales de l'énergie et les réseaux de recrutement dans une tentative pour arrêter un abus qui a commencé en silence dans les années 70 et a été étendu afin de rendre les centrales nucléaires complètement dépendantes du recrutement de personnes sans-abri pour mener à bien leurs opérations. «Le Japon est le berceau de la modernité et du soleil levant, mais le monde doit savoir que c'est aussi un enfer pour ces gens», explique Higuchi.

 

Le Japon a été le protagoniste de l'une des transformations les plus remarquables du siècle passé, il est passé du statut d'un pays en ruines après la Seconde Guerre mondiale à la société la plus technologiquement avancés au monde. Le changement a entraîné une demande d'électricité qui a fait de la nation japonaise l'une des plus dépendantes de l'énergie nucléaire dans le monde.

 

Plus de 70.000 personnes travaillent en permanence dans les 17 centrales et 52 réacteurs répartis dans tout le pays. Bien que les centrales nucléaires ont leurs propres employés pour des travaux plus techniques, plus de 80% du personnel est constitué de travailleurs non qualifiés, embauchés sur une base temporaire dans les couches les plus défavorisées de la société. Les mendiants sont réservés pour des tâches plus risquées, nettoyage, la décontamination du réacteur où des fuites se produisent, ou le travail de réparation où un ingénieur n'aurait jamais osé approcher.

 

Nubuyuki Shimahashi a été utilisé pour certaines de ces tâches pendant environ huit ans avant sa mort en 1994. Le garçon est venu d'une famille pauvre d'Osaka, il a terminé ses études secondaires et il était dans la rue quand il lui a été offert un poste à la centrale nucléaire de Hamaoka Shizuoka, la deuxième plus grande du pays. «Pendant des années, j'étais aveugle, ne sachant pas où travaillait mon fils. Maintenant, je sais que sa mort était un assassinat», se lamente Michico, sa mère.

 

Les Shimahashi ont été la première famille à gagner au tribunal un long processus qui a établi la responsabilité de la centrale dans le cancer du sang et des os qui a consumé Nubuyuki, le clouant au lit pendant deux ans et lui faisant finir sa vie dans des douleurs atroces. Il mourut âgé de 29 ans.

 

La découverte des premiers abus dans l'industrie nucléaire n'a pas gelé le recrutement des pauvres. De temps en temps, des hommes dont personne ne sait qui ils représentent errent dans les parcs de Tokyo, Yokohama et d'autres villes pour offrir des postes vacants dans lesquels s'engagent les sans-abri, tout en dissimulant les risques qu'ils encourent. Les centrales ont besoin d'au moins 5.000 travailleurs temporaires chaque année et le professeur Fujita estime qu'au moins la moitié d'entre eux sont des mendiants.

 

Une fois, il n'y a pas si longtemps, les sans-abri étaient rares dans les rues japonaises. Aujourd'hui, il est difficile de ne pas en trouver, les centrales nucléaires ont de la main-d'œuvre excédentaire. Le Japon a passé 12 ans plongé dans une crise économique qui a envoyé des milliers d'employés à la rue et remis en question leur modèle de miracle économique, le même qui a placé le pays parmi les trois plus riches du monde pour le revenu par habitant. Beaucoup de chômeurs ne peuvent pas supporter l'humiliation de ne pas être en mesure de soutenir leur famille et font partie de cette armée de 30.000 personnes chaque année qui prennent leur propre vie. D'autres deviennent des sans-abri, errant dans les parcs et perdre le contact avec leur cercle social qui les rejette.

 

LES «TSIGANES NUCLÉAIRES»

 

Les mendiants qui acceptent de travailler dans les centrales nucléaires deviennent ce qu'on appelle Genpatsu Gypsies (gitans nucléaires). Le nom fait référence au mode de vie nomade qui les mène de bureau en bureau à la recherche d'emploi jusqu'à ce qu'ils tombent malades et dans les cas graves, meurent dans l'abandon. «L'embauche des pauvres n'est possible qu'avec la connivence du gouvernement», se plaint Kenji Higuchi, gagnant de plusieurs prix des droits de l'Homme.

 

Les autorités japonaises ont fixé à 50 mSv (millisievert) la quantité de radioactivité qu'une personne peut recevoir dans un an, bien au-dessus de 100 mSv sur cinq ans qui est la norme dans la plupart des pays. En théorie, les entreprises qui exploitent des centrales nucléaires emploient des sans-abris jusqu'à ce qu'ils aient reçu le maximum de rayonnement, puis elles les renvoient à la rue afin de protéger leur «bonne santé». La réalité est que ces mêmes travailleurs sont réembauchés quelques jours ou mois plus tard sous un faux nom. Cela explique pourquoi de nombreux employés ont été exposés pendant près d'une décennie à des doses de radioactivité des centaines de fois plus grandes que la norme autorisée.

 

(…)

 

Traduit de l'espagnol (David Jiménez - El Mundo, 8 juin 2003),
Indymedia Suisse romande, 27 mars 2011.

 


Publié dans Terre et environnement

Commenter cet article

jef 29/03/2011 21:54


ici des articles en espagnol et en anglais, qui racontent leurs conditions de recrutement parmi les sans-abris par les yakuzas: http://www.elmundo.es/cronica/2003/399/1055060977.html
http://news.bbc.co.uk/2/hi/asia-pacific/493133.stm http://leekduck.deviantart.com/journal/37019161/ plus de 70 000 travailleurs dans le nucléaire. et la solidarité ?:
http://ogijima.fr/2011/03/aider-survivants-tsunami-ong-japonaises/