Flics contre lycéens en région parisienne jeudi 14 octobre

Publié le par la Rédaction

Défilés/jeunes : 45 interpellations dans le Val d’Oise
Quarante-cinq personnes ont été interpellées aujourd’hui [14 octobre] dans le Val-d’Oise où les forces de l’ordre ont dispersé plusieurs manifestations de lycéens contre la réforme des retraites, a annoncé la préfecture.
Plus de la moitié de ces interpellations (23) se sont déroulées à Enghien, neuf autres ayant été effectuées à Taverny, trois à Argenteuil et autant à Sarcelles, a-t-on précisé de source policière.
Des incidents se sont notamment produits près du lycée Romain-Rolland à Argenteuil, où une source proche de l’enquête a évoqué des attroupements «hostiles» et «les attitudes de casseurs» de certains manifestants. Ces regroupements ont été dispersés par gaz lacrymogènes.
Dans un autre secteur de la ville, une cinquantaine de manifestants avaient été dispersés devant le lycée Jean-Jaurès après avoir jeté des projectiles sur les policiers. 
Leur presse (Agence Faut Payer), 14 octobre 2010.
Yvelines : L’évacuation d’un lycée tourne à l’affrontement
Des lycéens et des policiers se sont affrontés hier matin aux Mureaux, autour du lycée Vaucanson. D’autres incidents ont émaillé la journée de contestation lycéenne.
Journée agitée, hier, dans plusieurs établissements scolaires du département. Des appels à la grève ont parfois dégénéré, obligeant les forces de l’ordre à intervenir. Les faits les plus marquants se sont déroulés au lycée Vaucanson des Mureaux où les policiers ont dû utiliser la force pour déloger des élèves particulièrement excités.
Peu avant 9 heures, alors que les cours se déroulent normalement, une cinquantaine de lycéens manifestent dans les couloirs afin d’appeler leurs camarades à cesser les cours. «Jusque-là, c’était bon enfant. Nous avons demandé aux jeunes de ne rien casser et de manifester dehors. Ce qu’ils ont fait», relate Jean-Jacques Carpentier, le proviseur de cet établissement de presque 600 étudiants.
Les élèves se rassemblent dehors mais, rapidement, cannettes et projectiles commencent à voler en direction de la cour. Puis une trentaine de jeunes, dont certains seraient issus des cités voisines, réussissent à s’infiltrer dans les couloirs du lycée. Ils s’en prennent à des ordinateurs, renversent quelques meubles et bousculent une employée. Face à cette intrusion, le proviseur décide alors d’avertir la police qui, rapidement, fait évacuer l’établissement.
Selon des élèves interrogés, l’intervention aurait été assez musclée. «Des filles ont été bousculées et jetées au sol. Des enseignants qui essayaient de calmer les choses ont même été pris à partie par des policiers», raconte un groupe d’élèves. De leur côté, les policiers disent avoir dû faire face à des individus assez violents qui les ont visés avec divers projectiles. On compte ainsi trois blessés légers dans les rangs des forces de l’ordre. Les fonctionnaires ont également utilisé des grenades lacrymogènes pour se dégager. «Des passants et des automobilistes ont été pris à partie. Il n’est pas question de laisser les jeunes faire n’importe quoi. Ils doivent faire preuve de responsabilité», répond un gradé. À la suite de ces échauffourées, deux personnes, domiciliées à Mantes-la-Jolie, ont été interpellées. Le calme est finalement revenu en fin de matinée. Une présence policière a été maintenue sur place jusqu’en tout début d’après-midi, mais le lycée Vaucanson est resté calme.
Des échauffourées ont également éclaté hier matin aux abords du lycée Van-Gogh d’Aubergenville. Des policiers ont été accueillis par quelques jets de pierre. Un lampadaire a été cassé.
À Plaisir, un lycée a été occupé brièvement par des élèves. Dépêchées sur place, les forces de l’ordre n’ont pas eu besoin d’intervenir, le rassemblement s’étant déroulé dans le calme.
Leur presse (Le Parisien), 15 octobre.

Publié dans Colère ouvrière

Commenter cet article