Fabien Malvaud : "Étendre l'insurrection" dit-il

Publié le par la Rédaction

 

C’est avec ces mots : «… étendre l’insurrection…», que Fabien Malvaud, cheminot menacé de licenciement par sa Direction, pour activité syndicale, s’est adressé à ses collègues (SUD Rail et FO principalement) et soutiens, Gare de l’Est, ce matin mardi 22 mars 2011. Ce langage peut surprendre, dans le contexte des luttes syndicales…

 

Est-ce l’âge de Fabien, plus proche des Julien, Yldune, Bruno, Camille… plus proche en quelque sorte de l’Insurrection… Le fait est que… pouvoir des mots ?… ceux-ci à peine prononcés, les 300 cheminots et soutiens, montèrent au premier étage de la Gare de l’Est, pour envahir bruyamment une réunion de la Direction Régionale…

 

Rappelons que depuis son passage en Conseil de discipline, le 21 février 2011, Fabien est suspendu à cette décision de licenciement à son encontre, simplement retardée pour des raisons de procédures, notamment l’attente de la décision de son passage au Conseil des Prud’hommes dans quelques jours… Rappelons aussi que si la Direction veut sa peau, c’est, comme pour bien d’autres, pour punir son activité syndicale au sein de la SNCF… Les 300 manifestants ont donc exigé de la Directrice qu’elle rende immédiatement des comptes, pas moins !

 

Et pendant une heure d’occupation de la salle, un vent de Révolution souffla sur cette salle plutôt vouée aux stratégies patronales… «Dehors la Direction !… Feignants !… Affameurs du Peuple !… Crapules, vous êtes pas légitimes !… C’est le travail des Cheminots qui fait votre paye ! C’est fini, vous avez trop abusé, à partir de maintenant on se laissera plus faire !»… En guise de réponse, la Directrice se contenta d’un méprisant, et oh combien irréaliste : «Je vous remercie de quitter la salle !»… Les manifestants redoublèrent de cris et de fureur : «Le goudron et les plumes ! Dehors ! Dégage !» Ce qui fut fait, Directrice et collaborateurs franchirent plusieurs mètres de manifestants en colère pour s’enfuir.

 

De retour à l’extérieur, les manifestants furent encouragés par Xavier Mathieu des Conti : «Ne baissez pas votre garde, sinon vous allez prendre des coups… Soyez solidaires… Battez-vous contre toutes les attaques patronales, pour chaque syndicaliste ou travailleur attaqué, dans tous les Syndicats et dans toutes les Branches…»

 

En effet, tous ont relevé la stratégie générale d’attaque du Patronat et du Gouvernement contre les Travailleurs : Attaquer leurs droits, leurs statuts, leurs libertés, et punir, les uns après les autres ceux qui s’y opposent… Tous ont affirmé, ce matin, Gare de l’Est, leur détermination à répondre avec la plus grande fermeté à ces attaques… On a vu le Pouvoir (une de ses têtes) vaciller… et il nous a semblé entrevoir, parmi les Cheminots de la Gare de l’Est, comme une première lueur dans une sombre nuit.

 

Rimbe - Indymedia Paris, 22 mars 2011.

 


Publié dans Transports

Commenter cet article