Et une vitrine de local UMP par terre, une ! - Biarritz, nuit du 26 au 27 février

Publié le par la Rédaction

 

Biarritz : la permanence du conseiller général sortant vandalisée

 

Dimanche à la première heure, la permanence de campagne électorale de Max Brisson, candidat UMP sortant dans le canton de Biarritz ouest a été la cible d'un acte de vandalisme. Selon le voisinage de la rue de la Poste, les faits se seraient déroulés vers 4 heures du matin. Un pan de la vitrine a été détruit et des affichettes de la gauche radicale abertzale «le Pays basque n'est pas à vendre» étaient apposées autour de permanence. La police nationale a effectué dès la matinée des relevés d'empreintes et les constatations d'usage.

 

Max Brisson a condamné fermement ce qu'il considère comme un «acte d'intimidation inacceptable en particulier en période électorale où toutes les opinions doivent pouvoir s'exprimer dans le respect mutuel et la sérénité». Et d'ajouter : «Les auteurs de cet acte inqualifiable sont aux antipodes du Pays basque qu'ils prétendent pourtant défendre et des valeurs que portent les Basques parmi lesquelles se trouvent en premier lieu la liberté d'expression, le respect et la tolérance.»

 

En toute fin de matinée, le sénateur maire MoDem de Biarritz Didier Borotra, s'est rendu sur place pour apporter son soutien au candidat et rappeler son rejet de telles pratiques. Michel Veunac, conseiller régional MoDem et second adjoint à la mairie de Biarritz ainsi que Guy Lafite, adjoint aux finances et candidat PRG lors des cantonales ont également condamné cet «acte de vandalisme». La permanence devrait ouvrir dès lundi matin.

 

Leur presse (Olivier Bonnefon,
 Sud-Ouest), 27 février 2011.

 


Publié dans Autodéfense

Commenter cet article