Et maintenant qu'est-ce qu'on fout ?

Publié le par la Rédaction

 

Cette brochure est un pot-pourri de réflexions et de suggestions, jetées dans l'océan de textes que contient déjà le samizdat, afin de susciter le débat, d'énerver, de donner des réponses ou simplement partager des constats. Elle revient sur quelques idées et modes de fonctionnement qui ont montré leurs failles et essaye d'apporter un semblant d'analyse au pourquoi de ces faillites. À dévorer ou brûler, mais ne pas jeter sur le sol.

 

 

Face à nous : l'État démocratique totalitaire

 

Le contrôle n'est plus à découvrir, nous en avons tou.te.s fait l'expérience. Il imprègne la société, s'exerce quotidiennement sur chacun.e d'entre nous. Il est incarné non seulement par les forces de l'ordre, mais aussi par une masse non quantifiable de fonctionnaires zélé.e.s, d'agents de sécurité privés, de citoyen.ne.s délateur.e.s, etc.

 

Du Pôle Emploi à la CAF, en passant par l'École et la préfecture, nous sommes tou.te.s dans des fichiers, des cases que des agents ou serviteur.e.s de l'État remplissent scrupuleusement de nos données personnelles chaque fois qu'il nous faut entamer des démarches pour obtenir des subsides, pour survivre, pour avoir une existence sociale. Chaque administration nous a attribué un matricule et une carte à puce qu'il suffit d'insérer dans une base de données pour savoir qui nous sommes. En vérité nous sommes libres tant que nous ne demandons rien, tant que nous n'avons besoin de rien. Mais cette société créant le besoin, nous sommes chaque jour obligé.e.s de quémander, de solliciter de l'aide auprès des institutions, pour se loger, pour manger, pour être soigné.e.s… Nous créons volontairement les conditions de notre contrôle, car nous sommes rendu.e.s dépendant.e.s d'un système qui vole notre intimité en échange de ce dont nous avons besoin.

 

Et le contrôle n'est pas seulement administratif. Il passe par les objets que nous consommons, par les caméras qui nous regardent, les téléphones que nous utilisons. Tout ce qui fait notre environnement est construit pour nous englober dans un système parfait ou tout est prévu, calculé, mis aux normes. L'État, la société et ses «citoyen.ne.s», veulent avoir une maîtrise de tout. On ne veut plus laisser de place à l'improvisation, à la surprise, aux conflits. Tout doit être prévisible ou tout au moins corrigible. Corriger et arrondir les angles, c'est le rôle social joué par toute une armée d'expert.e.s, de spécialistes, de conseiller.e.s, de managers, de coachs, de psychologues, d'assistant.e.s sociaux, d'éducateur.e.s, etc. De leur travail dépend le maintien d'un ordre social rassurant. C'est tout l'enjeu de la paix sociale : faire que les facteurs de risque soient entièrement effacés de notre quotidien. Et cela va jusqu'à une modification du langage : on ne dit plus «chômeur/se» mais «demandeur/se d'emploi», «patron.e» mais «entrepreneur/se», «syndicat» mais «partenaire social», «licenciement» mais «plan de restructuration», «grève» mais «mouvement social», «guerre» mais «opération de pacification», etc. Tout semble aller bien, ou mieux qu'avant. La démocratie prend alors une dimension totalitaire où tout peut être mis sous contrôle, pourvu que «tout aille pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles».

 

 

La contre-insurrection fonctionne

 

Et quand nous choisissons de remettre en question cet état des choses, par la désobéissance, le sabotage ou l'opposition frontale, les Uniformes sont là pour nous en dissuader ou pour nous punir. Ils ont été consciemment et lentement incrustés dans les espaces publics, devant et à l'intérieur des administrations, au coin de la rue et jusque dans la sphère privée, par le biais d'agences de sécurité. Puis les autorités ont créé des zones sensibles, des situations d'urgence, des plans vigipirate, légitimant ainsi le maintien de ces forces armées sur le long terme, de façon permanente. Cet état des choses demande qu'on fasse les parallèles nécessaires avec d'autres situations qui ont eu lieu par le passé et qu'on ne fasse plus la distinction entre les différentes forces en présence, pour ne considérer qu'un fait : nous sommes sous occupation et la zone d'occupation s'étend chaque jour davantage. En réalité nous sommes en guerre, une guerre larvée, silencieuse, qui ne prend personne à témoin et qui oppose un État et ses sbires à une minorité de résistant.e.s. Les résistant.e.s sont peu nombreux/ses et sont aussitôt extrait.e.s de l'espace public pour être puni.e.s à l'ombre. Comparutions immédiates, procès à huis-clos, silence des médias… Dans cette guerre, comme dans toutes les guerres, il y a aussi régulièrement des victimes collatérales, des gen.te.s qui n'ont rien à voir avec la résistance, qui passaient là au mauvais moment et ont pris les coups de batons destinés aux autres. Mais ces victimes, quand bien même elles portent plainte ou s'expriment sur un plateau télé, ne sont pas assez pour qu'il y ait une prise de conscience collective du conflit qui se joue. Leur isolement les éloigne d'une reconnaissance publique et bruyante de leur statut de victime. Après être passé.e.s, peut-être, sous le feu des médias pour quelques heures ou quelques jours, elles rejoindront peut-être la masse anonyme des résistant.e.s ou choisiront de «ne pas donner suite», intimidé.e.s par le poids des procédures et l'indifférence d'une «opinion publique» qu'elles croyaient sensible.

 

Pour les résistant.e.s, la répression est féroce et les punitions sont souvent lourdes. La justice ne sermonne pas, elle frappe. Quatre à quinze années de prison ferme pour jet de projectile ou destruction de biens publics. Les tribunaux usent, comme la police, d'une violence systématique. Et personne ne s'en offusque. Les médias se taisent et les représentant.e.s politiques soutiennent les décisions de justice, demandent plus de sévérité encore. La démocratie ne supporte pas d'être critiquée. Toute personne qui la remet sincèrement en cause est simplement bannie, car elle est «le meilleur système qui soit». Alors quand l'opposition se veut radicale, qu'elle exige la fin de l'État, on lui envoie les troupes, comme au début du XXe siècle quand la République noyait dans le sang la colère des ouvriers. Les matraques, les balles en caoutchouc et le gaz ont remplacé les fusils, mais la violence reste identique : bras, jambes et nez cassés, traumas crâniens, plaies et brûlures, yeux arrachés… La réalité démocratique n'est pas belle à voir, mais encore faut-il avoir les bonnes sources d'information pour découvrir cette vérité : l'État démocratique est une dictature qui ne s'assume pas et comme toute dictature, il use de propagande pour se faire accepter, pour convaincre de son bien fondé et cacher ses erreurs. La télévision a trouvé sa place dans tous les foyers et même dans la chambre des enfants. Par cette fenêtre l'État démocratique distille sa pensée unique et détermine ce qui est bien ou mal, ce qui est légal ou non, ce qui est démocratique ou ce qui ne l'est pas. Les médias forgent le/la citoyen.ne, lui inculquent les valeurs de la République et du Marché : voter, produire, consommer, placer son argent, marcher dans les clous et croire en l'économie mondialisée. Toutes les extravagances sont permises tant qu'on accepte ces quelques idées et tant qu'on ne «trouble pas l'ordre public».

 

 

Résister, c'est troubler l'ordre public

 

On en vient à ce qui nous préoccupe vraiment, à savoir l'expression illégale du désaccord avec cet ordre existant. Il ne suffit pas d'être en désaccord pour constituer une opposition valable, car encore faut-il exprimer ce désaccord de façon à remettre en cause le pouvoir, c'est-à-dire en gênant son bon fonctionnement. Pour cela, il faut pouvoir assumer le fait d'enfreindre les règles instaurées par le pouvoir, donc d'être dans l'illégalité. Ce n'est qu'au moment où on s'oppose sans en avoir l'autorisation qu'on constitue un «trouble à l'ordre public». Toute personne qui exprime son désaccord dans les cadres fixés par la démocratie n'est pas un opposant, mais tout juste un pantin qui s'agite et entretient le spectacle de la fausse contestation. Celui ou celle qui accepte de troubler l'ordre public se place véritablement sur le chemin du changement social. Tout le reste n'est que cirque médiatique, représentation ou hypocrisie : voter pour l'alternance, manifester sur le parcours autorisé par la préfecture, négocier avec le patronat ou la police, faire signer des pétitions, publier des tribunes dans les médias de masse, se mettre en grève pour une journée…

 

 

Ne plus se jeter dans la gueule du loup…

 

Cela pose la question de notre participation à des manifestations autorisées. Elle n'a de sens que pour maintenir notre appartenance à un groupe (conserver des relations régulières), tisser des liens (faire connaissance avec de nouvelles personnes), propager des informations (par le bouche-à-oreille) ou se donner un alibi (apparaître aux yeux des autorités comme un militant ordinaire et tout à fait inoffensif). Ce sont les contacts qu'elles nous permettent d'entretenir qui doivent motiver notre participation à de telles manifestations. La manif est un bon cadre pour se donner des rendez-vous, fixer des rencarts, sans avoir recours aux technologies de communication. On se voit, on s'échange les infos nécessaires, puis on retourne vaquer à ses occupations. Quant à s'illusionner d'une possible massification et espérer rassembler plus de participant.e.s d'une manif sur l'autre, cela revient à croire aux lendemains qui chantent et constitue une perte de temps et d'énergie considérable. Si l'on n'a personne à rencontrer ou avec qui bavarder, la manif telle qu'on la connaît ne sert plus guère à grand chose. Elle n'est qu'un défilé de bonnes consciences. Si l'on veut exprimer ses idées, convaincre, parler à la population, un tractage sur le trottoir ou une intervention surprise dans un événement «culturel», sur un plateau télé ou dans une conférence politique, avec un discours, des banderoles et des tracts, sont bien plus efficaces. Se promener en troupeau dans la rue n'a jamais eu pour effet de propager des idées. C'est un entre-soi confortable qui n'appartient pas ou plus au domaine de la lutte.

 

 

… et former une meute de renards

 

Quant aux manifestations non autorisées, sauvages ou spontanées, si elles constituent une bonne mise en pratique du trouble à l'ordre public (ce qu'on veut provoquer), elles représentent désormais une aubaine pour les autorités en mal de répression et sont un véritable traquenard dans lequel nous sommes nombreux à tomber régulièrement. Elles offrent au pouvoir la possibilité de nous anéantir sans faire trop d'effort : se donner un rendez-vous dans un espace public pour partir en manifestation sauvage est une façon de s'offrir en pâture à nos ennemis. Elles sont un piège à plusieurs égards : l'utilisation de moyens de communication pour s'informer du rendez-vous revient à inviter l'ennemi au lieu prévu ; le laps de temps entre le moment du rendez-vous et le départ en manif expose dangereusement les personnes les plus ponctuelles ; le faible effectif de personnes participant généralement à ce type de manif offre une proie facile aux forces de police toujours en surnombre et beaucoup plus préparées ; la forme-manif vise — en théorie — à défiler en exprimant des idées alors que le contexte de la manif illégale (tension, répression, vitesse, masques) ne donne que peu de prise avec la population et déforme le message qu'on prétend — théoriquement toujours — porter. En bref, la manif spontanée et illégale n'a de sens que si elle a un objectif déterminé et si son parcours et ses moyens d'autodéfense ont été préparés à l'avance. Il ne s'agira pas alors d'une manifestation (en vue de manifester des revendications), mais une «horde» (sur le modèle des marches antifascistes en Russie) avec une cible en vue, cherchant à agir plutôt qu'à convaincre. Tout collectif appelant à ce type de horde devrait avoir préparé son coup et ne pas avoir laissé de doute sur la forme du rassemblement : ses participants doivent pouvoir se préparer et fonctionner collectivement en bonne intelligence avec tous les autres. Le moindre doute sur l'objet du rassemblement amènera nombre de ses participants à subir d'autant plus fortement la répression. Qu'on se le dise : l'appelisme mène directement en prison.

 

 

Le Black bloc : une démarche isolationniste ?

 

Forcément, après avoir parlé des manifs-traquenards, on ne pouvait éviter le sujet «Black bloc». Ce n'est pas à défaut d'y avoir participé, mais plutôt avec une forte autocritique qu'on ajoute ce paragraphe au reste. C'est notamment à partir d'une série de questionnements récents sur notre participation à plusieurs Black blocs qu'est née la volonté de rédiger ce texte. On s'est aperçu en effet que cette méthode, si tactiquement elle comporte certains avantages, présente beaucoup de défauts. Trop souvent, le Black bloc ne sait pas où il va et ne sait pas réellement ce qu'il veut. Il erre entre les barrages de flics pour infliger des coups là où l'ennemi présente des failles, mais n'a aucune infrastructure propre, se laisse porter par les hasards du terrain et se fait aussi bien souvent piéger, dans la mesure où l'ennemi trace son parcours depuis le ciel ou tout au moins grâce à des technologies de surveillance disposées un peu partout dans les villes qu'il traverse. Bien souvent le Black bloc souffre d'un fort manque de cohésion entre ses participant.e.s, ce qui scinde rapidement le bloc en plusieurs hordes distinctes et isolées les unes des autres par le terrain et les forces de l'ordre. Les plus faibles ou les moins grégaires sont souvent les plus touché.e.s par la répression, car le bloc ne s'embarrasse pas toujours des moins «guerrier.e.s» et trace sa route en les laissant derrière lui. Il ne prend pas assez le temps de se réorganiser régulièrement et de prendre des décisions sur la suite des événements. Si ce n'est pas systématique, c'est pourtant souvent ce qui se produit.

 

Mais surtout, le Black bloc ne colle pas aux valeurs et idées que nous prétendons porter. Son fonctionnement paramilitaire et viriliste, renforcé par l'uniforme noir, va dans le sens de ce que nous cherchons à éliminer dans la société qui nous entoure, à savoir les comportements machistes, belliqueux et grégaires. Les grandes gueules et les têtes brûlées mènent bien souvent la danse, mettant en avant l'adrénaline sur la technicité, renonçant à ce qui a donné naissance au Black bloc, à savoir la nécessité d'agir collectivement de façon stratégique et puissante, mais surtout réfléchie, par la prise en compte de toutes les sensibilités et de toutes les aptitudes. Enfin, personne ne peut nier l'aspect anxiogène du Black bloc, qui provoque une angoisse considérable parmi la population. Si nous cherchons à terroriser le pouvoir et sommes de ce fait des «terroristes», notre objectif n'est nullement de terroriser la population. On ne peut pas partir du principe que la population «est assez intelligente pour comprendre» sans faire preuve de mépris envers ceux qui ne comprennent pas notre démarche. Le Black bloc ne porte aucun message intelligible. Il constitue une force anonyme, orientée dans un même désir de sabotage massif et collectif et donne la possibilité d'accomplir collectivement les actes de sabotage que certains (beaucoup ?) font en groupe affinitaire près de chez eux, mais il ne donne aucun moyen à la population d'adhérer à cette démarche, dans la mesure où celle-ci n'est pas invitée à partager ses motivations. Et le masque noir joue un rôle majeur dans cet isolement du Black bloc.

 

Si à ses débuts, la cagoule avait pour avantage de protéger ses participant.e.s de la répression ciblée, on sait combien cette protection est désormais relative. Sans parler des nouvelles technologies permettant de reconnaître les personnes au travers de leur camouflage, la simple reconnaissance de la morphologie et des différents vêtements (même s'ils sont noirs) permet aux flics de trouver ceux et celles qu'ils recherchent à partir d'images. Mais aussi et surtout, la cagoule ne protège pas la personne qui la porte avant et après la manifestation : attrapée masquée en début ou fin de manif ou repérée au moment de mettre ou d'enlever le masque, elle n'a aucun moyen véritable d'échapper à ceux qui sont déterminés à la retrouver. Le masque est en réalité une illusion de protection dans un monde où tous les moyens sont mis au service de la répression. À partir de ces constats critiques, certain.e.s ont décidé de renoncer à la méthode Black bloc, sans pour autant renoncer à la tactique du bloc, qui constitue une des meilleures défenses face à la répression en manif. Il serait très positif de la partager et de l'améliorer, voire de la rendre systématique.

 

 

Battre le pavé quand même…

 

La question qui émerge de ces tristes constats est fatalement la suivante : faut-il continuer à descendre dans la rue ? La réponse est clairement «oui», car il faut tenir la rue, ne pas l'abandonner au pouvoir et à ses flics. Seulement il nous faut réfléchir à la forme que prend notre présence dans la rue, dans la mesure où la répression est systématique et violente. Préparer nos sorties (en déterminant un lieu de rassemblement initial qui ne soit pas une place publique, mais un endroit relativement à l'abri : squat, parc, hangar, parking ?) et déterminer des cibles (sans se soucier du calendrier des puissants : G8, G20, etc.), les accompagner d'opérations de tractage, privilégier le foulard, le casque et des habits ordinaires à l'uniforme noir (à l'image des zapatistes), prendre le temps de constituer et reconstituer un bloc tout au long du parcours, former des groupes de liaison pour faciliter les prises de décision rapides sans laisser le champ libre aux grandes gueules, diffuser les pratiques d'autodéfense et surtout, continuer de croire en la sympathie de la population pour notre révolte.

 

 

… et pas que le pavé !

 

En dehors des actions collectives, il faut multiplier les actions directes individuelles ou par petits groupes affinitaires, apprendre à reconnaître l'ennemi, cibler ses points faibles. Préparer son coup en essayant de tout prévoir, notamment les conditions de repli. Agir spontanément, mais toujours prudemment. Être réactif à l'actualité et rendre coup pour coup, harceler les autorités et cibler là où ça fait mal, les prendre au dépourvu là où elles ne s'y attendent pas. Il faut surtout prévoir un accoutrement qui ne sert qu'à ça et qui est caché ailleurs que chez soi : la vidéosurveillance, la filature et la perquisition sont les pires ennemis de l'activiste. Enfin, il faut savoir renoncer en cas de doute ou d'hésitation, prendre le temps de bien faire, annuler s'il y a le moindre imprévu par rapport aux plans. S'y reprendre à plusieurs fois avant de lancer une attaque, ça peut épargner une vie. Le pouvoir ne nous donnera pas une seconde chance : s'il peut nous détruire, il le fera sans hésiter. Contrairement à l'adage, la prison n'est pas une université. Elle nous détruit plus qu'elle ne nous apprend, alors si on peut l'éviter c'est mieux. Il faut continuer de croire à la propagande par le fait : plus il y aura d'actions qui marchent et plus elles seront expliquées à la population, plus nous avancerons. Cela nécessite d'alterner l'action directe avec la propagande. Il faut inonder les rues de nos idées, enrichir le samizdat en diffusant des analyses critiques de ce que l'on a fait, afficher des journaux muraux, accompagner nos actions de tags et de communiqués anonymes (publiés avec les précautions nécessaires), mais pertinents. Et ne jamais céder à l'orgueil de se faire connaître : récolter des éloges ou obtenir un semblant de reconnaissance est un premier pas vers la prise de pouvoir ou la prison. Ni le pouvoir ni l'absence de liberté ne peuvent motiver nos actions. Et la lutte pour nos idées se passe de logos.

 

 

Saboter tant qu'on peut

 

L'État moderne-républicain-démocratique-capitaliste-libéral est une grosse machine qui se nourrit de vies humaines. Elle exploite l'humain.e jusqu'à l'usure totale, puis s'en débarasse. Elle consomme de la main d'œuvre et produit du/de la consommateur/trice, mais n'en a que faire de l'insoumis.e, du/de la faible ou du/de la fainéant.e. Elle les éjecte, puis les écrase. Cette machine est complètement détraquée, mais il est impossible de l'arrêter, car nous sommes dépossédé.e.s de la gestion de nos vies. Il faut donc la neutraliser. Où que nous soyons, il est indispensable d'en saboter les rouages. Le sabotage, s'il est fréquent et s'il se généralise, finira par arriver à bout du système. Après tout, n'est-ce pas le sabotage qui a permis aux résistant.e.s de la Seconde Guerre mondiale de freiner, puis de neutraliser l'expension du fascisme (avant même l'arrivée des Américains) ? Résister n'est pas tout, il faut savoir aussi simplement désobéir, ralentir la cadence, bâcler, endommager les outils qui permettent notre asservissement. Être négligeant au travail fait partie du sabotage nécessaire. Plus les effets du sabotage sur les déficits économiques seront visibles, plus la crise du capitalisme sera réelle. Le changement aura lieu lorsque nous cesserons de subir la crise et que nous en aurons la maîtrise.

 

 

Ne pas oublier, ne pas pardonner

 

Parce qu'on ne peut ignorer l'histoire et parce qu'il faut rappeler que le passé est parsemé de violences à l'encontre des partisans de la liberté, il peut être bon de rappeler régulièrement à la mémoire des passants que tel ou tel lieu a été le théâtre de «violences républicaines» et que la «belle société» d'aujourd'hui s'est construite dans le sang de ceux qui n'ont pas cru en l'illusion démocratique servie par les capitalistes et de ceux qui ont été tués pour que celle-ci survive : les Communards, les anarchistes, les déportés, les Algériens, les immigrés… L'École n'enseigne pas l'histoire aux enfants, mais seulement la propagande de l'État, ses mythes et légendes, en occultant des pans entiers de son triste passé : l'esclavage, l'exploitation, les massacres, les guerres, les colonies. Rappeler partout où c'est possible que le pouvoir est mensonge et oppression, en brisant les stelles qui commémorent les morts français de la «décolonisation», en arrachant les plaques de rues qui rendent hommage à des salauds, en redonnant leur place à tous les oubliés du capitalisme…

 

 

Adopter une posture schizophrène

 

Malgré les technologies, la police est une vieille dame. Elle fonctionne encore avec de mauvais fichiers et comprend mal nos modes de fonctionnement, cherche toujours des leaders ou des têtes pensantes, fonctionne à l'intuition. C'est pourquoi le mieux est de brouiller les pistes, d'avoir l'air d'un quidam. C'est tentant d'expérimenter la vie en marge, de s'extraire de la société pour vivre en accord avec ses idées et principes, de refuser de cohabiter avec les cons, de squatter et d'emmerder l'administration, de profiter au plus possible de la vie sans se faire exploiter et sans jouer l'esclave. Et pourtant c'est une prise de risque, c'est une invitation à la suspicion, aux regards de travers, à la délation. Les flics ne soupçonneront pas celui qui vit parmi les capitalistes, s'habille et travaille comme un capitaliste. Dans une société qui punit si promptement l'insoumission, qui condamne pour un pet de travers, et qui pourrait bien un jour rétablir le délit d'opinion ou relancer la chasse aux sorcières, ceux qui passeront pour être des capitalistes seront les moins inquiétés. Tous les autres pourraient être raflés sans autre forme de procès et sont dès à présent déjà fichés comme marginaux, par le simple fait que leurs idées se déduisent de leur apparence ou de leur mode de vie. On le constate déjà par la fréquence des contrôles d'identité subis par ceux qui portent des dreadlocks, des casquettes ou des habits larges. Le flic juge au faciès. Alors il est plus que prudent d'adopter une posture schizophrène, de se prévoir un alibi, de «ne pas avoir l'air de ce qu'on pense». Il n'est pas question de déguisement, ce qui serait une trahison, mais d'éviter d'être identifiable par notre apparence.

 

 

Tuer le politique en nous

 

La politique, c'est la gestion de la cité. Faire de la politique, cela sous-entend participer à la vie de la société en acceptant ses cadres. C'est jouer le jeu de la représentation en acceptant les règles de la démocratie représentative : voter, formuler des revendications, établir un projet ou un programme, créer son parti, mener campagne et en définitive lutter pour le pouvoir. Faire de la politique, c'est donc lutter pour accéder au pouvoir. Or on sait que le pouvoir corrompt nécessairement celui qui le conquiert, car il implique la gestion de la vie de tous par une élite, par quelques-uns. Même élues, ces quelques personnes sont illégitimes, car personne n'est ni légitime ni apte pour décider de la vie des autres. Bientôt 150 ans de démocratie nous ont bien montré qu'aucun pouvoir, qu'aucune alternance politique, n'était en mesure de changer le système et de mettre fin à l'exploitation de l'homme par l'homme. C'est bien connu : si les élections pouvaient changer la vie, elles seraient interdites. Alors vient la question : pourquoi cette foi inébranlable en la politique a-t-elle subsisté à plus d'un siècle de déceptions et de violences ?

 

Il est temps d'envisager la lutte sous un autre angle, de ne plus combattre les personnes au pouvoir, mais le pouvoir en lui-même. Il n'y a pas de démocraties et de dictatures, de bons et de mauvais pouvoirs politiques, il n'y a que des États. Le Pouvoir et l'État, par essence, sont une tyrannie. Continuer de voter, croire que le résultats des urnes peut tout changer et s'en remettre aux personnes élues, c'est non seulement une erreur, mais également une folie. Mais au-delà de ça, il est aussi folie de considérer qu'il existe une autre façon de faire de la politique, qu'il existe un «contre-pouvoir» qui serait plus démocratique que le Pouvoir. C'est toute la folie du mouvement altermondialiste de penser qu'il suffit de réformer les modes de gouvernement pour changer la face du monde. Il ne doit plus y avoir aucun gouvernement ! Gouverner, représenter, dicter, décider sont des mots qui appartiennent à la terminologie du Pouvoir politique, de la dictature.

 

Jusque parmi les anarchistes, beaucoup se qualifient de «militant.e.s politiques». Beaucoup disent «faire de la politique», défendent le concept même de politique, alors qu'il faut simplement l'abolir. Nous sommes politisés (dans la mesure où nous portons notre attention sur et contre le monde politique), mais nous ne faisons pas de la politique. Nous devons combattre l'illusion du «politique» construite par la démocratie capitaliste et ne propager que des modes de fonctionnement «purement» autogestionnaires, parler de fédérations de communes, de mutuelles, de collectifs, de conseils de rues et de quartiers. Il faut déconstruire le mandat représentatif en faveur du mandat impératif et le vote en faveur du consensus. Personne ne décide, si ce n'est tout le monde. Le politique (ce qui est relatif à l'État) doit céder le pas à la gestion collective des affaires publiques (ce qui est relatif à l'ensemble des êtres humains).

 

C'est donc important de ne plus se considérer comme partie intégrante de l'échiquier politique, comme ayant une place à revendiquer parmi ceux qui veulent gouverner. Nous ne sommes ni de gauche (qu'elle soit extrême ou ultra) ni de droite, nous n'avons rien à revendiquer, ni même de programme à proposer. Nous luttons pour faire tomber le pouvoir et la représentation politique, afin d'avoir l'espace, la liberté et le temps de créer collectivement un projet de société viable, un nouveau moyen de fonctionner ensemble.

 

Maintenant qu'on a fini d'intellectualiser la lutte,

si on allait se faire un cocktail…

 

L'Interstice, 22 novembre 2010.

 


Publié dans Colère ouvrière

Commenter cet article

tim 24/11/2010 22:49



sur être identifiable, ça a ses limites non? quelqu'un qui vie en squat même sapé comme tout le monde il sera louche... non?