En grève jusqu'à la retraite de toute exploitation !

Publié le par la Rédaction

Nous sommes nombreux à  s'accorder à le penser : c'est bien plus autre chose dans ce mouvement contre la réforme des retraites : c'est moins une question de haine et rage face au gouvernement sarkozyste que le rapport que les Français ont avec le travail, plus précisément le salariat et leurs seigneurs de l'oligarchie économique et marchande.

 

Les luttes du mouvement ouvrier ont souvent eu comme revendication première la baisse du temps de travail (à défaut d'avoir fait une révolution pour ne plus jamais travailler) : c'est une idée qui persiste, et ça en face, de l'autre côté de la barricade, ils le savent. Ils ont œuvré pour que rien ne se passe et continuent de le faire encore à entendre des discours de certains pontes de l'économie de ce pays. Le travail est vécu comme une contrainte (son origine latine le rappelle), nous sommes des millions à vivre ou avoir vécu (plus ou moins longtemps) comme une obligation, une humiliation. Celle-ci quand elle nous touche pas personnellement, elle touche nos parents, nos frères et nos sœurs, nos ami(e)s. Leurs fatigues et les plaies balafrant leurs corps, témoignent de la violence quotidienne du travail : lorsque qu'elle n'est pas physique comme celle de l'usine, elle est psychologique tels que sont le stress et l'ennui d'un fonctionnaire. C'est une tristesse qui est partagée par des millions de personnes dans ce pays.

 

Alors oui l'odeur des pneus crâmés sur les piquets de grève et de blocage, les milliers de jeunes lycéens en passion destructrice ou rigolant au nez et à la barbe des flics, les caisses de solidarité qui fleurissent en disent long sur un certain état d'esprit général d'une majorité de la population de ce pays. Il y a une césure, qui s'opère sous nos yeux en tant qu'acteur ou même parfois spectateur. Comment en premier lieu la définir afin de la saisir ? Ce qui est certain, nous sommes nombreux à vouloir aller plus loin. Alors oui encore une fois comment définir ce loin ?

 

Nul pour le moment, ne saurait le dire avec clarté ; pour  le moment c'est le mythe de la grève générale sauvage illimitée et expropriatrice des moyens de productions qui nous hante l'esprit.

Ceci dit, en bloquant les talons d'Achille de cette économie, en se formant des assemblées populaires, en mutualisant les forces qui puissent faire perdurer ce mouvement (malgré la résignation et l'essoufflement programmés par le cycle infernal : syndicats, patronat, gouvernement, police, médias et certaines organisations politiques…).

 

Ces moments de lutte, c'est du temps arraché à la routine, c'est rencontrer d'autres âmes  en lutte, c'est souffler un petit peu, grosso modo, lutter c'est vivre ! Ce temps de vie, c'est un temps de détachement des chaînes que nous pose de cette économie basée sur les massacres, l'esclavage et la mise au pas généralisée !

 

Il y a quelque chose qui se passe et quoiqu'il adviendra par la suite, posera sans doute les bases d'autres chemins à prendre que celui que ce monde de prédation et de lucre veut nous imposer !

 

À leur quête de résorber leur baisse tendancielle du taux de profit pour nous mater à petit feu afin d'exploiter les populations du sud du globe, nous répondrons par une baisse tendancielle de l'envie d'aller bosser, d'aller se faire exploiter quoi !

 

Longue vie aux blocages, aux piquets, aux bagarreur(ses) !

 

Poitiers, le 31 octobre 2010.

 


Publié dans Colère ouvrière

Commenter cet article