Échauffourées entre manifestants et policiers en gare d'Angoulême

Publié le par la Rédaction

 

Des affrontements entre policiers et manifestants ont éclaté lorsqu’un détachement d’une centaine de personnes a tenté d’accéder aux quais de la gare d’Angoulême.

 

La mobilisation a rassemblé quelques 24'000 à 25'000 manifestants à Angoulême. Une centaine d’entre eux s’est ensuite dirigée vers la gare où ils ont tenté d’accéder aux quais. Des échauffourées ont alors éclaté avec les policiers.

 

Les forces de l’ordre ont eu recours à des gaz lacrymogènes pour faire évacuer la gare.

 

 

 

 

 

 

 

 

Leur presse (Sud-Ouest), 23 septembre 2010.

 

 

Angoulême : Affrontements avec les forces de l’ordre en fin de manifestation

 

La manifestation angoumoisine contre les retraites a rassemblé près de 25.000 personnes selon les syndicats.

 

Les manifestants ont défilé pacifiquement en jouant à cache cache avec les forces de l’ordre.

 

Cest après le retour à la gare que les choses se sont gâtées : une petite centaine de personnes, à linitiative du collectif  de défense des retraites, a forcé le cordon de policiers qui barrait laccès au hall, tentant de se frayer un chemin jusquaux voies, pourtant désertes en ce jour de grève.

 

Acculés, en petit nombre, les policiers ont lancé des grenades lacrymogènes, et lâché quelques coups de matraque.

 

La foule a reflué sur le parvis, où la colère est montée dun cran, dénonçant les «violences policières». La foule a grossi, et le face à face, très tendu, a duré plus dune heure et demi.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Acculés et en petit nombre…
Il me semble que les forces de police, armées de boucliers, de casques et de matraques ne semblaient pas si acculées que cela !!!
Effectivement, face au mépris du gouvernement, à la faible virulence des centrales syndicales et au cynisme économique ambiant il semble que certaines personnes aient compris que les choses névolueront pas sans que la rue ne prenne le dessus, gronde et se révolte…
Alors oui, il y aura encore des «échauffourées» mais le rapport avec les forces de lordre ne semble pas encore disproportionné !!!
Lutilisation massive de bombes lacrymogènes par des gentils petits policiers acculés et submergés par une centaine de manifestants armés jusquaux dents de… sandwichs et de banderoles en est la preuve !!!
Continuons la lutte : ce projet de réforme des retraites est néfaste et injuste.
Denys - membre du collectif de défense des retraites de Charente.

 

Leur presse (Charente libre), 23 septembre.

 


Publié dans Colère ouvrière

Commenter cet article