Du dénigrement des luttes féministes en milieu alpin

Publié le par la Rédaction

 

Un concert, un soir, quelque part en Rhône-Alpes [Ce texte a été écrit à Grenoble, à la sortie d’une soirée de soutien face à la répression policière, au 102, avec La Fibre et le Collectif Mary Read.]… Public majoritairement masculin. Antifasciste. Ambiance camaraderie virile, les «oï» résonnent de ci de là, mes oreilles tentent de passer outre les «sale tapette» ou «ce fils de pute devrait aller se faire mettre», «mon poing dans la chatte à Marine» et autres perles entendues sur scène ou dans la fosse aux lionceaux. Puis sur scène, ceux qu’on attendait avec impatience : un groupe de hip-hop anticapitaliste, antifasciste, antisexiste, antiraciste… du hip-hop sans concession. Aucune. Sauf quand, tout à coup, en intro d’un morceau, une des membres du groupe prend la parole. Elle semble réaffirmer son engagement féministe, en rappelant la nécessité pour les femmes de lutter pour le droit à disposer librement de leurs corps. Mais enchaîne en dénonçant les «dérives» du féminisme, qui, bien souvent, «se trompe de cible». Car, selon elle, il serait temps pour les féministes de cesser de «se tromper de cible», et de lutter ensemble, hommes et femmes, dans la solidarité… Spéciale dédicace aux féministes du coin sans doute, réputées un peu trop «sans concession».

 

Soit… Mais l’envie me vient d’élargir cette théorie. Imaginons un monde ou les militants arrêteraient de «se tromper de cible».

 

Imaginons-nous aller faire la morale à ceux qui crament des voitures parce que ce monde pourri leur met trop la rage et qu’il ne reste plus que ça à faire, au prétexte que c’est sans doute la voiture de leur voisin, qui s’est tué au travail 40 heures par semaines pour se la payer. Sans doute se trompent-ils de cible.

 

Imaginons qu’un-e anarcho-syndicaliste en grève, délaisse ses camarades coincés sur le piquet face aux CRS, pour entrer en négociation autour d’une tasse de thé avec son patron, et lutter pour l’épanouissement des travailleurs avec lui, dans l’amour et la solidarité, car après tout, le patron aussi aurait à y gagner. Puis il est sympa, ils sont pas tous pourris les patrons. Puis on a déjà les 35 heures alors est-ce bien encore la peine de se mettre en grève ? Il ne faut pas se tromper de cible.

 

Imaginons qu’en manif, au lieu de laisser faire le sourire aux lèvres, un-e sympathisant-e libertaire retienne la personne qui, à côté d’elle, se prépare à jeter des œufs sur les flics. Après tout, pourquoi tant de violence ? Un peu de dialogue ne permettrait-il pas d’avancer mieux, ensemble, avec ce policier qui après tout n’est qu’un honnête homme qui doit gagner sa croûte ? Lui aussi veut sans doute vivre dans un monde meilleur. Ne nous trompons pas de cible.

 

Imaginons qu’un antifasciste, en pleine baston avec des fafs, s’interpose au prétexte que peut-être, s’attaquer aux fascistes, c’est se tromper de cible ? Que peut-être eux aussi sont, quelque part, des êtres sensibles ? Qu’ils ont juste eu le cerveau lavé, et pourront changer si seulement on prenait le temps de boire un coup avec eux ? S’attaquer à des personnes trop influençables, n’est-ce pas se tromper de cible ?

 

Imaginons, lors de concerts anarcho-punks, libertaires, antiracistes, antifascistes, tolérer les remarques racistes parce qu’après tout, elles ne viennent pas de mauvais bougres. Parce que tout le monde n’est pas parfait et qu’il ne faut pas se tromper de cible.

 

Imaginons que les chanteurs de hip-hop engagés arrêtent d’attaquer dans leurs morceaux celles et ceux qui se sont fait du fric dans le rap, ont mis de l’eau dans leur vin, roulent en Mercedes et font la couv’ des magazines, parce qu’après tout, peut-on en vouloir à une personne qui a grandi dans la galère de vouloir accéder à une classe sociale supérieure, même si ça veut dire éluder d’où il/elle vient et abandonner ses revendications passées ? Ne nous trompons pas de cible.

 

Imaginons…

 

Enfin bref. Allez, assez rigolé.

 

À quand un discours venant d’un collectif de hip-hop se revendiquant entre autres «anti-raciste» sur les dérives de l’anti-racisme ? Pour le jour où une personne racisée l’ouvrira un peu trop ? Se montrera un peu trop «extrême» dans ses revendications et se «trompera d’ennemi» ?

 

Tout ça pour dire : oui, ce monde est constitué de classes. Bien au-delà de la définition marxiste du terme. De classes de dominants et de dominés. Patrons et ouvriers, noirs et blancs, hommes et femmes… Et ces classes sont en lutte. C’est LA lutte des classes. Class war en anglais pour faire plus cool. Oï. Les classes opprimées, dominées, luttent pour s’émanciper de ces dominations. Et quand une classe lutte pour son émancipation en se dressant en opposition à la classe qui l’opprime, non, elle ne se trompe pas de cible. Certes, tous les hommes, en tant qu’individus, ne sont pas «dominants». Jean est très sympa, Julien est doux comme un agneau, Jack est beaucoup plus attentionné que sa cousine Jocelyne. Il y a des hommes très bien, tout comme on peut considérer qu’il y a de bons patrons, qui fournissent du travail, respectent leurs employé-es, voire roulent en R5 mais pas sur l’or. Là n’est pas la question. On ne parle pas d’individus mais de classes sociales. Or la classe sociale constituée par les hommes est une classe dominante par rapport à la classe des femmes. Les rôles sociaux attribués aux hommes ne sont pas des rôles d’opprimés, mais bien de dominants : les hommes, à tous les niveaux, ont des positions sociales valorisées par rapport aux femmes. L’espace appartient aux hommes. Ils sont encouragés dès le plus jeune âge à y prendre de la place, contrairement aux femmes, auxquelles on inculque de laisser la place à leurs petits frères, à leurs maris, à leurs cousins… Il n’y a qu’à regarder une aire de jeux pour s’en rendre compte. Les femmes appartiennent aux hommes (sinon comment expliquer qu’une femme porte le nom de son père, qu’elle ne perd quand elle se marie à un homme, qui lui donnera son nom ? Depuis des siècles, on nous refourgue de nos pères à nos maris). Un homme qui parle fort et tape du poing sur la table ne sera jamais perçu comme vulgaire, grossier, outrageant. C’est juste normal. Un homme ne sortira jamais «trop tard», ne sera jamais une «proie» potentielle. Par contre, chaque femme qui marche seule la nuit dans la rue sait qu’elle l’est. Être sur ses gardes. En permanence. Tout comme d’autres seront en permanence sur leurs gardes de crainte de se faire contrôler, tabasser, tuer, pour la couleur de leur peau. C’est la réalité des dominé-e-s.

 

Alors oui, parfois on est pas trop sympas quand des types foutent leurs bras autour de nos épaules, «ouaih ça va, c’était pour être sympa ! faut se détendre !», oui mais eh, que voulez-vous, on est un peu au taquet… Mais bon faudrait relativiser, les gars, c’est vraiment si dur de se voir demander d’aller poser son bras ailleurs ? Même si j’imagine que c’est pas évident, quand vous avez l’habitude que tout vous soit permis, en tant qu’hommes blancs hétérosexuels.

 

La lutte féministe fait partie intégrante de la lutte anti-fasciste. Ça semble une évidence quand on voit d’où viennent les attaques les plus virulentes contre le droit à disposer de nos corps, qu’il s’agisse de droit à l’avortement ou de droit des homosexuel-les et transexuel-les. Car au passage rappelons qu’un nombre considérable de pédés, de tapettes, de gouines ont fini dans les camps d’extermination, petit «détail» passé sous silence dans l’Histoire écrite par… des hommes blancs et hétérosexuels, et dont il serait bon que les camarades anti-fascistes se rappellent lorsqu’ils lancent des «sale tapette» à tue-tête. Ces attaques virulentes viennent des chrétiens intégristes, des groupuscules d’extrême-droite. Elles reposent sur un sexisme beaucoup plus subtil, beaucoup plus ordinaire et s’en nourrissent. La partie immergée de l’iceberg. On parle là de viols qu’on ne peut pas nommer ainsi «parce qu’il n’y a pas eu pénétration». On parle de violences conjugales que bien souvent on ne peut pas non plus nommer telles parce que «attends, on n’a que sa version à elle, si ça se trouve elle mythonne». On parle de devoir se battre pour se voir accorder de l’espace verbal ou pour pouvoir prendre un outil en main. On parle d’oppression du corps par des normes de beauté insensées. On parle de pression à l’hétérosexualité. On parle d’inégalités salariales. On parle de la peur de marcher seule la nuit… Or on ne peut lutter contre ces attaques contre les droits des femmes qu’en les appréhendant dans leur globalité. Et en ne faisant aucune concession. De la même manière qu’on ne lutte pas contre le capitalisme en faisant des concessions.

 

En outre, il serait bon de ne pas oublier que cette lutte féministe reste encore à mener, ici, aujourd’hui, car tout est loin d’être acquis, et rien que pour ne pas perdre le peu qui l’a été, il ne nous faut jamais baisser la garde. Alors c’est bien beau de remercier, comme l’a fait ce soir-là ce groupe de hip-hop, «celles qui ONT lutté», «celles qui ONT écrit l’histoire», mais dénigrer celles qui luttent aujourd’hui, ICI et MAINTENANT, au jour le jour ? Quel sens cela a-t-il ? Ça m’évoque ces personnes pseudo-engagées qui mythifient les luttes du passé, ou celles qui ont lieu dans de lointains pays, admirent Che Guevara et achètent du café zapatiste, mais dénigrent le moindre lanceur de pierre, le moindre militant jugé un peu trop «extrême» dans son engagement, ici, en France. Parce que «les extrêmes, c’est pas bien», comme se plaisaient à nous répéter nos ami-e-s centristes au lycée quand on partait en manif. Les luttes féministes, d’ici et de maintenant, n’ont pas moins de valeur que celles du passé ou que celles qui se passent ailleurs, suffisamment loin pour que certain-e-s puissent se les réapproprier et bénéficier d’une crédibilité politique au rabais, sans avoir à prendre de positions trop radicales, ici et maintenant, face à des situations concrètes. Au final, 50 ans en arrière, les membres de ce collectif de hip-hop se seraient-ils posés en solidarité avec celles qui luttaient pour les droits des femmes alors ? Ce phénomène de mise à distance historique et géographique, par ce groupe, des luttes pour s’en approprier la gloire révolutionnaire sans avoir à prendre position, me laisse fortement en douter.

 

Je vais essayer de ne pas me tromper d’ennemi-e-s pour conclure. La femme qui, dans ce groupe de hip-hop tellement intègre, a dénigré la lutte et le travail des féministes de cette petite ville de Rhône-Alpes, en pointant du doigt «les dérives» de cette lutte, n’est pas mon ennemie. Elle fait partie de la même classe que moi. Celle des femmes. Celle dont je suis solidaire, de par mon engagement féministe. Mais tout comme le briseur de grève fait partie bien souvent de la même classe sociale que les travailleurs grévistes, elle et moi ne sommes définitivement pas des alliées dans la lutte. On peut choisir de sacrifier son engagement féministe pour préserver ses liens affectifs ou sociaux avec les hommes. On peut choisir de s’en sortir dans ce monde en guerre en s’alliant aux classes dominantes. C’est un choix, critiquable, certes. J’en ai fait un autre. Nous ne sommes pas des alliées. Point. Mais tenir un tel discours dans une salle remplie à 80% d’hommes, dans une ambiance viriliste, dans un contexte politique où les causes féministes sont de plus en plus souvent reléguées au rang de lutte de second ordre, dénoncer «les dérives» du féminisme revient à légitimer un discours masculiniste, et un anti-féminisme assez primaire qui gagne du terrain y compris dans nos sphères politiques anarchistes ou libertaires. Par là même il légitime aussi les agressions, subtiles ou pas, contre les femmes… Une jolie porte ouverte à tout un tas d’autres dérives…

 

… Dérives qui n’ont probablement même pas été envisagées par ce groupe qui se targue d’être «anti-sexiste».

 

Une sale féministe poilue et véner
Indymedia Grenoble, 28 mars 2011.

 


Commenter cet article

david 16/04/2011 17:40



Et la misère affective et sexuelle alors? Et ce n'est pas parce qu'on est en couple qu'on y échappe...



Delcuse 16/04/2011 00:00



A propos de mon commentaire n°4, en évoquant la race, je n'évoque pas une position victimaire anti-blanc comme me l'a suggéré curieusement une correspondante, mais je suggère une critique de la
division en genre et en race que le monde nous impose artificiellement. Femme et Homme sont des constructions artificielles, tout comme Blanc et Noir, par exemple. 



gui 06/04/2011 02:36



 


Alors c'est encore moi (le gars de la CNT 38). J'ai écrit cette réaction un peu vite fait l'autre jour et surtout sous le coup de... l'agacement qu'avaient provoqué les commentaires de
Feyerabend.


Je voulais juste redire que c'est à mon sens la CNT 38 qui est responsable de l'organisation de cette soirée et donc, c'est nous qui sommes aussi responsable de l'effet qu'a pu produire le SO de
la soirée en question. Je crois qu'on a mal géré l'image que ça pouvait donner et que c'est pas les camarades de Grenoble ou d'ailleurs qui sont venus nous filer un coup de main par solidarité
(et qui n'étaient pas 20 non plus) dans un contexte tendu avec le FNJ qui sont à accabler. Si, nous, à la CNT, avions voulu que ça se passe autrement, nous aurions pu avoir un dispositif de
sécurité moins visible et nous aurions pu éviter de nous monter la tête sur une éventuelle attaque des fafs (qui nous ont quand même appelé pendant le concert pour nous intimider en nous disant
qu'ils allaient débarquer en force). Donc, évidemment, le fait de prendre certaines précautions était justifié et les camarades qui se sont tapé de rester toute la nuit sur le trottoir l'ont fait
parce que c'était justifié et décidé collectivement. Je crois par contre qu'on évitera pas une mise au point sur ce qu'on peut améliorer en matière de gestion de la sécurité... mais c'est en
faisant qu'on apprend parait-il.


Concernant le commentaire de feyerabend, j'ai lu l'intégralité de ton point de vue, je crois que je comprends ce que tu veux dire, je ne suis juste pas d'accord avec toi sur le fait que la grille
de lecture féministe soit une « réduction » caricatural de l'humain à son genre. Ce n'est pas le féminisme que je connais, ce n'est pas le féminisme que porte ici mes camarades, ce
n'est pas le féminisme  qui structure le texte dont on parle.


Les individu-e-s sont complexes, on ne peut pas les réduire à leurs genre, classe, style, orientation sexuelle, culture, origine... mais il existe des oppressions qui prennent pour support le
genre, la classe, les origines... et qui « essentialisent » les individu-e-s en les réduisant à ces appartenances pour les dominer. Le féminisme rend visible les oppressions de genre et
refuse que les individu-e-s soient réduit à leur appartenance supposée à un genre. Le socialisme révolutionnaire s'attaque aux oppressions de classe. L'antifascisme radical,questionne les
identités culturelles traditionnelles pour rendre aux individu-e-s les capacités de se construire des identités plus émancipatrices... etc


Bref, le féminisme est justement un antidote contre la bi-catégorisation des humain-e-s en homme / femme et la transformation des différences en inégalités.



Feyerabend 02/04/2011 10:35



 


Les débats sur internet ne sont pas les plus conséquents pour la réalité, mais il faut leur accorder un certain mérite : celui de pouvoir écrire des grosses tartines qui laissent la place
d'approfondir les propos, de nuancer, de réflechir calmement aux idées que l'on formule. En tout cas bien plus que dans les débats oraux où l'assistance, les interventions innopinées, la pression
pour garder la face font dire parfois de grosses conneries ou des approximations qui peuvent être mal comprises...






Donc les débats sur internet c'est bien beau, mais encore faudrait-il faire en sorte d'utiliser leur seul mérite, et cela passe par l'effort de lire ce que les autres écrivent, de
véritablement les lire. Sinon ça ne sert vraiment plus à rien.






"Pour écrire il faut avoir lu, et pour savoir lire..."


 



gui 01/04/2011 17:09



 


J'étais à cette soirée (puisque je suis à la CNT 38) et j'ai même contribué à l'organiser (puisque elle était organisée par la CNT 38) et je trouve ce texte (celui de la camarade poilue et vener)
assez juste. Il faudrait, pour comprendre complétement les causes qui expliquent l'ambiance de ce soir là, connaître aussi les carences de fonctionnement et de formation qu'on connait à la CNT 38
et sur lesquelles on se soigne, lentement mais sûrement. Je ne vais pas détailler plus que ça. Je peux juste dire que les groupe qui sont venus jouer nous ont permis de faire une soirée avec un
public plus diversifié que d'habitude (donc potentiellement moins « politiquement correct » que nos camarades habituel-le-s, de remplir les caisses de solidarité pour les camarades qui
sont sous le coup de condamnations suite au mouvement de cet automne... Pour autant, on est vraiment pas d'accord sur le plan politique avec Mary Read, en terme de discours et en terme de
pratique, maintenant, on le sait. Par ailleurs, ce n'est pas Mary Read qui est responsable de la présence de 20 readskins en tenue folklorique s'agitant la nouille sur le trottoir en pensant être
dans leur rôle de SO. Pour ça, on fera ce qu'il faut en terme de mise au point localement. Les responsabilités sont collectives et partagées, chacun-e prendra les siennes.


Pour le reste, je trouve que les réactions suscitées par ce texte sur le jura lib viennent corroborer la thèse du texte : l'antiféminisme est toujours là, et il est d'autant plus présent
dans les têtes de ceux qui ne connaissent pas trop le féminisme en question...évidemment. Moi, j'ai pas tout lu Delphy mais je crois avoir compris un ou deux trucs.


Benh non, le féminisme ne s'attaque pas aux gars... Il s'attaque aux comportements virils qui renforcent et pérennisent les stéréotypes de genre, il s'attaque aux discours antiféministes (même
quand ils sont portés par des femmes), il s'attaque aux structures sociales qui génèrent et nourrissent les dominations de genre et aux personnes qui relaient ces dominations en les légitimant
(même quand elles sont anarchistes). En gros, les hommes sont dans des positions dominantes parce que le patriarcat les place dans une position dominante. Ça n’empêche pas que le patriarcat
opprime les hommes les moins « virils ». Les femmes sont une classe, c'est évident, puisqu'elles connaissent, du fait d'être des femmes, une domination constante et insidieuse produite
par le patriarcat. Cette domination se conjugue avec la domination de « race », de classe sociale... même pour Parisot ou Thatcher (faut bien regarder pour ces deux là).


Le féminisme radical n'a pas, dans son programme, le coupage de couilles (ou alors il manque d'efficacité parce que j'ai toujours les miennes) mais l'ablation de la virilité et de la beauferie
mentale. Il y a des féministes que je ne fréquente pas non plus et qui ne me disent pas bonjour, mais il y a encore plus d'antiféministes que je trouve plutôt infréquentable. Le féminisme ne
m'opprime pas plus que ça. l'antiféminisme, lui, fait toujours quelques mortes par jour.


M'enfin, on va pas épiloguer sur internet pendant qu'on devrait être dehors à foutre en l'air ce vieux monde et à construire le nouveau... hein ?