Deuxième jour d'émeute à Ma'an (Jordanie)

Publié le par la Rédaction

Émeutes anti-gouvernementales dans le sud de la Jordanie

 

Des édifices publics et des voitures de police ont été incendiés lors d'émeutes anti-gouvernementales mardi dans la ville de Ma'an, dans le sud de la Jordanie, ont rapporté des témoins.

 

 

Les violences ont éclaté après les funérailles de deux hommes tués lundi, apparemment par des membres de la puissante tribu bédouine Houaitat.

 

Ces derniers auraient été rendus furieux par l'embauche de membres d'autres tribus sur un grand chantier de travaux publics dans leur ville de Chidia, à 70 km au sud de Ma'an.

 

Selon des témoins, les émeutiers qui dénonçaient la passivité des autorités, incapables d'arrêter les assassins des deux hommes, ont mis le feu à un tribunal et à plusieurs commerces.

 

«Ils ont lancé des pierres et brûlé des pneus dans les rues principales. Des groupes de jeunes, le visage masqué, ont incendié le tribunal», a dit un habitant de la ville, Ibrahim Kreichan.

 

Le tribunal en flammes

 

Les forces de sécurité ont confirmé que des incidents s'étaient produits, précisant que la police avait fait usage de gaz lacrymogènes pour disperser des centaines de manifestants qui attaquaient des bâtiments publics et des magasins, la plupart appartenant à des membres de la tribu Houaitat.

 

Le ministre de l'Intérieur, Saad Hayel Srour, a pris la parole à l'issue de la réunion hebdomadaire du conseil des ministres au cours de laquelle les événements de Ma'an ont été évoqués.

 

«Nous ne ferons preuve d'aucune clémence envers une minorité qui s'est attaquée à des biens publics et a cherché à exploiter les événements», a annoncé le ministre, qui a indiqué que les assassins des deux habitants de Ma'an avaient été identifiés.

 

Un couvre-feu de facto a été mis en place après que les violences se sont apaisées, et un calme précaire prévaut dans cette agglomération étendue, ponctué par des fusillades sporadiques, a indiqué un responsable de la sécurité.

 

La localité de Ma'an, 40.000 habitants, est située à 250 km au sud de la capitale jordanienne Amman. La ville, où les fondamentalistes musulmans sont actifs, a été le théâtre de violents désordres ces dernières années, sur fond de rivalités tribales.

 

Leur presse (Reuters), 4 janvier 2011.

 

 

Jordanie/émeutes : retour au calme

 

Le gouvernement jordanien a indiqué aujourd'hui avoir restauré le calme à Maan, dans le sud du pays, au lendemain d'émeutes liées au meurtre de trois personnes dans un conflit du travail.

 

«La police a commencé à enquêter sur les incidents», a déclaré le ministre de l'Intérieur Saad Hayel Srour à l'agence officielle Petra. «Le gouvernement ne tolèrera pas les tentatives pour porter atteinte à la stabilité et la sécurité», a-t-il ajouté.

 

Des centaines d'émeutiers ont mis le feu à plusieurs bâtiments publics et à des véhicules de police après les obsèques de trois hommes tués lundi par des inconnus après qu'ils eurent été choisis, plutôt que d'autres, pour travailler sur un important projet de construction, avaient expliqué mardi des responsables des services de sécurité.

 

Forces antiémeute en 2002

 

La ville de Maan a déjà été agitée par des violences dans le passé. En 2002, des troubles sanglants avaient éclaté entre des habitants et les forces de l'ordre qui recherchaient un islamiste accusé de tentative d'attentat contre le chef de la police de la ville. Ils avaient fait six morts.

 

Leur presse (Agence Faut Payer), 5 janvier.

 


Publié dans Colère ouvrière

Commenter cet article