Deux anarchistes risquent jusqu'à trois ans de prison en Argovie

Publié le par la Rédaction


Les deux anarchistes Philipp et Ivo risquent trois ans de prison. Ils sont accusé de plusieurs incendies intentionnels.

Le 14 novembre 2009, nos amis et anarchistes Philipp et Ivo ont été arrêtés par l’unité spéciale de police argovienne «ARGUS». Le commando de police a forcé la porte de la maison des parents de Philipp à Aarau (Suisse) vers 5 heures du matin et emmené les deux jeunes. Lors de l’arrestation, Philipp et Ivo qui dormaient, furent menacés avec des armes à feu et leurs yeux furent bandés lors du transport. Ils avaient été remarqués ce soir là, alors que Philipp se tenait à un croisement et qu’Ivo disparaissait pendant un bref moment dans une rue où peu après une voiture brûla.

Depuis mai 2009, sept voitures de classe supérieure et une voiture de police ont été incendiées dans un quartier de la ville nommé Zelgli. Pour cette raison, ce quartier était sous surveillance policière depuis quelque temps. Cela fut fatal à Philipp et Ivo. En prison préventive, ils furent informés qu’ils étaient inculpés de plusieurs incendies intentionnels (dont deux d’entre eux mettant en danger la vie de personnes) et pour des dommages matériels. Selon la police cantonale d’Argovie, les incendies d’autos étaient accompagnés de nombreux graffitis sprayés.

Durant leur détention préventive du 14 novembre au 30 décembre 2009, Philipp et Ivo étaient placés dans des cellules séparées Ivo était à la prison du poste de police de la KAPO à la Tellistrasse et Philipp au tribunal cantonal à la Laurenzenvorstadt. Ils n’avaient droit qu’à une visite hebdomadaire d’une demi heure et seulement deux personnes pouvaient y prendre part. Ils pouvaient aller à l’extérieur durant trente minutes par jour (sauf le week end), et parfois moins longtemps. Dans leur cellule il y avait seulement un poste de télévision et des livres de la bibliothèque interne. Cette isolation et les pressions subies les ont fortement affectés. Selon le juge d’instruction Gautschi, cette longue période de détention préventive n’était pas arbitraire à cause des risque de collusion. On peut se demander si Dieter Gautschi a travaillé en tant que juge d’instruction sans a priori. Car plusieurs incendies ont touché des amis de son parti, l’UDC. En outre, Dieter Gautschi a retenu des lettres de et pour les deux détenus jusqu’à trois semaines. En outre, bien que l’un d’entre eux ait informé le juge d’instruction et d’autres fonctionnaires qu’il était végétalien, ses repas étaient composés de viande jusqu’à son dernier jour de détention, malgré plusieurs interventions de son avocat.

La scène médiatique a aussi sa part de responsabilité. Selon la presse, Philipp et Ivo étaient de toute façon coupables. Le journal de boulevard Blick a publié leurs noms et la photo de l’un d’entre eux. Le site d’information conservateur Winkelried a probablement utilisé l’article du Blick et a mené une campagne de haine contre les deux détenus. Il parle d’attentats, donne les noms des deux jeunes et même celui de la mère de l’un ainsi que l’adresse de son entreprise. Des médias régionaux ont fait le siège de la maison d’un des accusés et ont harcelé cette famille par leurs appels téléphoniques importuns.

Lors de sa conférence de presse du 6 janvier 2010, la police cantonale d’Argovie a informé de l’état de l’enquête. Ivo et Philipp ont avoué seulement le dernier incendie. La police accuse les deux anarchistes de cinq autres incendies, bien que leur Natel ait démontré qu’ils ne se trouvaient pas sur les lieux du délit au moment des incendies. Deux des huit incendies de voiture n’ont pas été éclaircis. Les dégâts commis par les incendies s’élèvent en tout à Frs. 250'000. Philipp et Ivo ont admis des sprayages ayant causé des dommages de Frs. 100'000. Selon les informations de la police, deux incendies ont mis en danger la vie de personnes et la peine encourue dans ce cas est de trois ans au moins. Les enquêtes seront closes en été et les procès auront vraisemblablement lieu en hiver prochain.

La solidarité avec Ivo et Philipp ne doit pas se terminer avec leur libération. Un soutien (financier) les aidera aussi. Organisez donc aussi dans vos villes des actions de solidarité.

Liberté pour tous les prisonniers
La solidarité est une arme
Pour un monde sans prison
Feu et flamme contre la répression

Contact
Antirep - Aarau, le 8 janvier 2010.

Au sujet de la publication des noms et du débat
Nous n’avons pas écrit les noms complets des deux personnes, car nous voulons les préserver. Et même s’ils ont été publiés, notamment par le Blick, ce n’est pas une raison pour en faire de même. Car tous ne lisent pas cette feuille. En outre, nous avons pensé à la période après la détention, quand nos deux amis souhaitent avant tout avoir la paix et ne pas être interpellés sans arrêt. Philipp et Ivo étaient cependant d’accord que nous mettions leur prénom complet.
Par égard et sur demande de Philipp et Ivo, nous n’avons pas tout de suite informé de leur libération le 30 décembre dernier. Il y aurait eu encore plus d’appels, de demandes d’interview, etc. Cela devrait être compréhensible, qu’après une telle épreuve, ils aient souhaité un peu de tranquillité.
Après la conférence de presse de la police, nous voulions aussi donner notre version des faits, mais n’avons pas pu le faire dans de brefs délais.

Commenter cet article