Détruis ce qui te détruis - Hiis (Hautes-Pyrénées), 11 janvier

Publié le par la Rédaction

Hiis : Un pylône wimax attaqué au chalumeau

 

Le pylône d'une antenne wimax, technologie de diffusion internet sans fil, implantée sur un point haut de Hiis, a été attaqué au chalumeau.

 

 

La tentative de sabotage a été découverte mardi matin par une équipe technique qui s'apprêtait à intervenir sur le pylône. C'est en commençant l'ascension du pylône, qui culmine à une vingtaine de mètres de haut, qu'un technicien s'est rendu compte qu'il bougeait. Une rapide inspection a permis de découvrir que l'un des trois tubes du pylône avait été découpé, vraisemblablement à l'aide d'un chalumeau qui permet l'oxydécoupage. Le tube était découpé presque en totalité. On ignore si l'auteur des faits a été interrompu dans sa tâche ou s'il a voulu affaiblir la structure pour la rendre sensible au vent, par exemple. Pour parvenir jusqu'au pylône, le ou les auteurs ont découpé une partie du grillage d'enceinte.

 

Du côté de Hautes-Pyrénées Numérique, société en charge du déploiement, on n'a pas souhaité faire de commentaires. «Ce qui est gênant, c'est qu'il aurait pu y avoir un blessé. Le ou les personnes qui ont fait cela sont totalement irresponsables», lâche-t-on quand même. Une plainte a été déposée auprès de la gendarmerie. Le tube du pylône a été réparé hier.

 

Positionné sur l'un des points hauts de la commune de Hiis, en limite de la commune de Visker, le pylône est implanté sur un site isolé, dans un bouquet d'arbres. Ce pylône, qui dessert 22 communes dont Visker, Odos, Loucrup, Layrisse, Barbazan-Dessus, a été installé dans le cadre du plan internet haut débit en cours de déploiement.

 

L'implantation de 43 antennes wimax, une technologie de diffusion internet sans fil, a provoqué l'opposition de plusieurs associations de riverains qui dénoncent la nocivité de ces ondes sur la santé humaine. Cette tentative de sabotage intervient quelques jours après les mesures de champs électromagnétiques effectués à 500 m d'une antenne wimax à Cieutat (notre édition du 7 janvier). Avec 0,007 V/m, les mesures étaient très largement inférieures au seuil légal de 61 V/m, pointait Hautes-Pyrénées Numérique. Pas convaincus par ces mesures, des opposants ont déjà annoncé leur intention de faire procéder à une autre campagne de mesures.

 

Leur presse (La Dépêche), 13 janvier 2011.

 


Publié dans Terre et environnement

Commenter cet article