Hécatombe

Publié le par la Rédaction

1100 policiers blessés en deux mois


Une note interne de la Direction centrale de la sécurité publique (DCSP) portée à la connaissance du Figaro, montre que le rythme des attaques visant l’uniforme a atteint un nouveau seuil.


«Sur lensemble du territoire, au cours deux premiers mois de 2010, 1100 policiers ont été blessés en action, dans le cadre dun maintien ou dun service dordre et dans un contexte de violences urbaine» : édifiant, ce bilan émane dune note interne de la Direction centrale de la sécurité publique (DCSP) portée à la connaissance du Figaro. Intitulée «Les policiers de la sécurité publique en première ligne», elle montre que le rythme des attaques visant luniforme a atteint un nouveau seuil, et reste très soutenu ces dernières semaines.


Ainsi, le 13 mars, une patrouille à Sin-le-Noble (Nord) a été caillassée : un policier, touché à loreille droite, «pourrait souffrir de troubles importants et irréversibles de laudition». Le 22 mars à Creil (Oise), des policiers du commissariat local ont été encerclés par une «quarantaine dindividus  très hostiles» qui les ont frappé, «tentant de saisir leurs armes administratives». Le même jour à Strasbourg (Bas-Rhin), des tirs de mortiers dartifice avaient visé une voiture de la sécurité publique ainsi un «bureau de police» tandis quà Trappes (Yvelines) un équipage de police secours était la cible «une multitude de jets de projectiles (pierres, bouteilles en verre) de la part dun attroupement dune quarantaine dindividus». Le lendemain, à Liévin (Pas-de-Calais), un bloc de béton a été jeté au passage d«véhicule administratif». Les auteurs du guet-apens avaient «obstrué la chaussée de divers détritus». Au total, une quinzaine dattaques et dembuscades sont ainsi énumérées depuis le début mars.


5358 policiers ont été blessés en 2009


Comme le précise la note interne de la DCSP, «la sécurité publique ne faiblit pas dans son action quotidienne au cœur des quartiers sensibles». Les policiers, lorsqu«ils interviennent pour interpeller des délinquants de proximité, des incendiaires, pour mettre fin à des attroupements entre bandes ou dans le cadre de leur activité de routine, ils sont régulièrement confrontés à des individus insultants et outrageants mais également violents qui nhésitent pas à se regrouper pour prendre à partie les policiers».


Pas moins de 5358 policiers ont été blessés en mission en 2009, soit déjà une augmentation de 4,42% par rapport à lannée précédente. «Personne ne peut plus dire que la police nose pas aller dans tous les quartiers, quel quen soit le prix», conclut-on à la Direction centrale de la sécurité publique.


Leur presse (Christophe Cornevin,
Le Figaro), 30 mars 2010.

 


Commenter cet article