Des nouvelles d'Avignon (mobilisation lycéenne)

Publié le par la Rédaction

Quelques nouvelles d’Avignon intra-muros, en ce mercredi 13 octobre, puisque la mobilisation continue, notamment chez les lycéens.

 

Lycées bloqués

 

— Lycée Frédéric Mistral (public) : Partiellement bloqué avec grande barricade devant le portail, table d’information, pancartes, etc. Rien de spécifique à signaler.

 

— Lycée St-Vincent de Paul (privé pro) : Entièrement bloqué (barricade de poubelles), une poubelle enflammée, quelques jets d’œufs, de bombes de déodorant ainsi que d’un extincteur. L’inverse de Mistral : pas de banderoles, pas d’info. À noter, lattitude des enseignants face à leurs élèves : deux profs ont pris des photos, expliquant ensuite quils les communiqueraient à la police… De véritables flics. Plusieurs voisins ont apparemment appelé la police, qui na pas vraiment daigné disperser la centaine de lycéens présents devant létablissement, passant simplement en voiture à deux reprises. Les journaleux auraient sûrement dit que la tension était «palpable», disons plutôt quelle était clairement inflammable.

 

— Lycée Pasteur (privé) : Apparemment partiellement bloqué, pas plus dinfos.

 

Lycée en suspension de blocage

 

— Lycée Théodore Aubanel (public) : Un vote était organisé sur la question du blocage, ce dernier était donc suspendu. Présence de quelques DCRI (ex-RG).

 

Lycée «inactif»

 

— Lycée Saint-Joseph (privé) : Aucun blocage ni aucune perturbation. Le blocage de «St-Jo» était pourtant assez impressionnant hier…

 

Demain

 

Jeudi, reconduction des blocages dans les deux lycées publics, les lycées privés étant plutôt sujets à des révoltes spontanées de la part dune minorité active délèves. On peut sattendre à une manifestation.

 

Une Assemblée Générale «de lutte» ouverte à tous est organisée à la fac à 11 heures, avec pour but damener la lutte au sein dun milieu quon pourra sans exagération qualifier dhostile. 

 

13 octobre 2010.

 

Gros bordel lycéen le 12 octobre

 


Publié dans Colère ouvrière

Commenter cet article