Garde à vue de militants syndicalistes de Paris-1

Publié le par la Rédaction

Camarades de Paris-1 en GAV


Suite aux convocations des militants syndicalistes de Paris-1, des GAV ont été notifiées par le commissariat du 14e. Il est maintenant clair que la collaboration de l’administration universitaire avec les forces de l’ordre est avérée. Ils sont mis en GAV sur l’accusation mensongère d’une séquestration au sein des locaux de la faculté.


Les syndicats CNT, Sud-étudiant et FSE appellent à un rassemblement d’urgence dès 14h cet après-midi pour soutenir nos camarades victimes des pressions policières : commissariat du 14e, 114-116 avenue du Maine, Métro Gaité (M13).

 

1er avril 2010.



*



 GAV de militants syndicalistes de Paris-1


Suite aux convocations ce matin (jeudi 1er avril) d’au moins 6 étudiants de Paris-1, des gardes à vues ont été notifiées par le commissariat du 14e arrondissement. Les étudiants visés sont tous des camarades syndicalistes de Sud, de la Fse et de la Cnt ainsi que des membres de la Bibliothèque Alternative de Tolbiac.


Ces faits surviennent dans un contexte de répression anti-syndicale et associative à lUniversité Paris-1, alors que toutes les libertés politiques sont remises en cause par la nouvelle administration, parachutée du ministère il y a un peu plus dun an pour appliquer les réformes de privatisation (LRU). Remise en cause du droit de réunion (refus systématique daccès aux salles et amphithéatres pour projections, débats, assemblées…), remise en cause de la liberté daffichage (arrachage systématique des affiches, harcèlement des vigiles), remise en cause des locaux syndicaux et associatifs (menace dexpulsion des organisations dites «non-représentatives»), présence permanente de vigiles privés en plus des titulaires de ladministration.


Les convocations et les garde à vues sont clairement des tentatives dintimidation dirigées exclusivement vers les étudiants mobilisés, qui plus est pris au hasard sur les nombreuses personnes présentes. Une nouvelle fois ladministration universitaire et les forces de lordre agissent main dans la main pour réprimer les luttes étudiantes. Nous ne nous laisserons pas intimider par cette farce policière !


Au moment où la répression sabat sur tout les secteurs,  nous ne pouvons plus nous contenter de postures défensives : organisons dès maintenant la riposte dans toutes les facs !


Liberté pour tous les gardés à vue !
Arrêt immédiat des poursuites ! 
Contre la répression : Solidarité
avec les syndicalistes et militants associatifs !


Les syndicats CNT, Sud-étudiant et FSE ainsi que la Bibliothèque Alternative de Tolbiac appelent à un rassemblement durgence dès 14h cet après-midi pour soutenir nos camarades victimes des pressions policières : commissariat du 14e, 114-116 avenue du Maine, Métro Gaîté (M°13). 

 

Des soutiens rassemblés devant le commissariat
du 14e arrondissement, 1er avril.

 



* *
*



Des militants syndicalistes de Paris-1 convoqués au commissariat


Plusieurs militants syndicalistes et associatifs de l’université Paris-1 [Paris-1 = La Sorbonne et Tolbiac (centre PMF)] : de la FSE, de SUD, de la CNT et de la Bibliothèque Alternative sont convoqués le jeudi 1er avril 2010 à 9 et 10h au commissariat du 14e arrondissement, 114-116 avenue du Maine, métro Gaîté.


Tout porte à croire que ces convocations s’inscrivent dans un contexte de dégradation des conditions d’études et de répression anti-syndicale et politique de l’administration de l’université à Tolbiac comme ailleurs. Cela se concrétise entre autres par la remise en cause des locaux syndicaux, de la liberté de se réunir et de la liberté d’affichage de tous-tes les étudiant-e-s.

 

Ces événements s’ancrent dans un climat de répression policière accrue, de flicage et de fichage systématique comme notamment dimanche 28 mars à Paris où 110 personnes sur 200 ont été interpellées et 70 placées en garde à vue à la suite d’une manifestation contre l’enfermement, pourtant déposée.


Nous trouvons inadmissible que des militants subissent les pressions administratives et policières. Pour nous à Tolbiac, un nouveau pallier a été franchi : il sera le départ d’une mobilisation contre la répression anti-syndicale et politique à l’université.


Contre la répression : Solidarité !


Des étudiant-e-s, 31 mars.

 


Publié dans Éducation

Commenter cet article