"CRS Animals, CRS Criminals" - Calais, nuit du 14 au 15 novembre

Publié le par la Rédaction

Des no-borders taguent Calais Nord

 

Hier matin, vers 1h30, au Quai du commerce, la police nationale de Calais a procédé à l'interpellation de trois no-borders susceptibles d'être à l'origine d'une trentaine de tags sur les murs de bâtiments publics ou privés.

 

Les inscriptions étaient injurieuses vis-à-vis des forces de l'ordre, et notamment des CRS. Deux hommes, un Anglais de 36 ans et un Éthiopien de 28 ans, et une Allemande de 22 ans comparaîtront pour ces faits devant le tribunal correctionnel de Boulogne-sur-Mer le 13 janvier 2011.

 

Leur presse (Nord Littoral), 16 novembre 2010.

 

 

Calais : Trois auteurs de tags No Border interpellés en flag

 

Dans la nuit de dimanche à lundi, vers 1h30, trois personnes ont été interpellées par la police pour avoir, durant plusieurs heures, tagué des propos diffamants sur les murs de Calais Nord. Ces trois étrangers, il s'agit d'un Anglais, un Allemand et d'un Ethiopien, se revendiquent du mouvement No Border.

 

Depuis le fameux camp, Calais est le point de passage obligé de tout No Border en lutte contre les frontières. La situation des migrants, coincés aux portes de l'Angleterre, les fait sans cesse monter au créneau. Et hier, c'est en écrivant sur les murs de Calais qu'ils ont voulu dénoncer la situation. Ainsi, au matin, de nombreux riverains ont découvert ces inscriptions : «CRS Animals, CRS Criminals…». Sur les façades des particuliers, sur une friterie… ou autre propos de ce genre. C'est essentiellement dans le quartier de Calais Nord que les trois personnes, deux hommes et une femme, de 36, 28 et 22 ans ont œuvré.

 

Lors des patrouilles nocturnes, les policiers se sont rendu compte que des inscriptions fleurissaient ici et là. Ils ont procédé à l'interpellation des auteurs au niveau du quai du Commerce avant de les placer en garde à vue. Ils ont reçu une convocation pour le tribunal le 13 janvier 2011.

 

Leur presse (La Voix du Nord), 16 novembre.

 


Commenter cet article