Contre les vautours de la machine à expulser - Paris, nuit du 6 au 7 mars

Publié le par la Rédaction

Dans la nuit du dimanche 6 au lundi 7 mars à Paris, des entreprises ont vu leurs devantures recouvertes de peinture rouge : La Poste de la rue Clavel, le Pôle Emploi de la rue Mélingue, le Crédit Lyonnais de Jourdain et les boutiques SNCF et Bouygues de la rue de Belleville. Les serrures de la boutique SNCF, du Pôle emploi et d’un magasin bio rue de Belleville ont été sabotées, les contraignant à retarder leur ouverture, voire à fermer pour la journée. Une voiture Vinci rue Alphonse Daudet, ainsi qu’une camionnette Avenance (Elior) rue Vercingétorix ont été incendiées. Deux pochoirs ont apparu : «Bouygues, en faire plus pour vous enfermer» et «SNCF, Un train d’avance sur la délation».

 

En effet, ces enseignes s’illustrent régulièrement pour leur participation aux côtés de l’État à la machine à expulser : Bouygues et Vinci en construisant des taules et des centres de rétention. Avenance en fournissant la nourriture dans les centres de rétention. Les banques et la SNCF en balançant des sans-papiers. Certaines de ces enseignes ont déjà été touchées l’année dernière et ces charognards n’hésitent pas à balancer celles et ceux qui luttent contre la machine à expulser.

 

LIBERTÉ POUR TOU-TE-S AVEC OU SANS PAPIERS

 

Indymedia Nantes, 7 mars 2011.

 


Commenter cet article

Virgule 10/03/2011 00:46



Curieux de voir à quel point certaines entreprises privatisées brillent par leur paticipation active à la machine à expulser: Air France, SNCF....


Sans compter toutes ces boîtes qui usent et abusent de cette main-d'oeuvre docile (via sous-traitant ou non), et qui pratiquent avec zèle la délation. 


 


On vit une drôle dépoque...