Contre la répression d'État à Poitiers

Publié le par la Rédaction


La Fédération CNT des travailleurs de l’Éducation sélève contre la répression féroce qui sabat sur des camarades à Poitiers depuis le 10 octobre.

Suite à la manifestation contre l
enfermement et la construction de la prison privée de Vivonne, dix-huit personnes, dont certains militants, ont été arrêtées et placées en garde à vue. Certaines ont même été arrêtées alors quelles navaient pas participé à la manifestation ! Jugées en comparution immédiate — nom juridique de la justice expéditive — trois dentre elles ont été condamnées à de la prison ferme.

Pour faire taire le mouvement social, l
État a choisi arbitrairement trois boucs émissaires innocents et utilise ce prétexte pour ficher tous les militants locaux. Hortefeux réactive la peur de lennemi intérieur et en profite pour faire passer des nouvelles lois liberticides : «inventaire des lieux de vie communautaire où se regroupent des mouvances anarchistes potentiellement violentes», «identification très précise des groupuscules qui organisent ces incidents», dissolution de ces groupes.

La Fédération CNT des travailleurs de l
’Éducation invite à créer des comités de soutien aux inculpé-e-s ou à rejoindre ceux qui existent déjà. Nous dénonçons un État qui utilise les violences policières, les lois scélérates et une «justice» d’exception pour détruire toute contestation sociale. Nous continuerons à lutter contre l’enfermement, nous continuerons à participer à des manifestations contre toutes les violences économiques, sociales et politiques. Nous serons toujours dans les luttes et y développerons l’autogestion et la solidarité contre la peur et l’injustice.

CNT FTE
Toulouse, le 17 octobre 2009.

Commenter cet article