Comparutions immédiates du 21 octobre à saintNazaire

Publié le par la Rédaction

Tribunal de Saint Nazaire aujourd'hui, 4 comparutions immédiates : Sur les 18 interpellations de la manif contre la réforme des retraites du mardi 19 octobre, 4 majeurs comparaissaient aujourd'hui, avec les habituelles poursuites pour attroupements, violences avec armes par destination (canettes) sur dépositaire de l'autorité publique.

 

Calvin (18 ans) et Jérome (30 ans) se sont pris de la taule avec mandat de dépôt : respectivement 2 mois et 1 mois. Paul (19 ans) a pris un mois ferme mais sans mandat de dépôt. Ces 3 jeunes n'avaient rien reconnus en garde à vue et les dossiers se résumaient à des déclarations de policiers.

 

Petite victoire de la défense : leurs gardes à vue ont été annulées car ne respectant pas les procèdures, mais les déclarations des policiers suffisent néanmoins à les condamner à de la prison ferme, et à les embastiller immédiatement pour 2 d'entre eux ! (Réquisitoire de 3 mois ferme avec plus ou moins de sursis.)

 

Fred, docker quarantenaire qui avait reconnu des jets de canettes sur les policiers et gendarmes s'est pris 4 mois de prison dont 2 avec sursis, mais sans mandat de dépôt.

 

Il avait reconnus les faits, était passablement alcoolisé… Mais surtout 150 dockers faisait le siège du tribunal depuis 9 heures et multipliaient les actions pour la libération de leur camarade depuis la veille. Il est donc sorti libre, malgré le réquisitoire de 6 mois ferme et la demande de mandat de dépôt du procureur.

 

Deux Nazairiens de plus en taule ce soir, mais deux sortis libres du tribunal malgré des condamnations à de la prison ferme. Maigre satisfaction : toutes les comparutions n'ont pas mené à l'incarcération immédiate comme la fois précédente.

 

Les camarades dockers ont annoncé une collecte pour les incarcérés d'aujourd'hui et des précédentes comparutions, en signe de solidarité avec tous les manifestants condamnés depuis le 23 septembre.

 

CODELIB, 22 octobre 2010.

 


Publié dans Colère ouvrière

Commenter cet article