Communiqué du comité antirep Poitiers

Publié le par la Rédaction

Relaxe pour tous les militants condamnés !

Le Comité poitevin contre la répression des mouvements sociaux dénonce l’actuelle escalade de la répression et de la criminalisation des mouvements sociaux.

Cette répression et cette criminalisation n
ont pas commencé le 10 octobre 2009 à Poitiers, et n’existent pas seulement dans cette ville : partout en France et dans les autres pays occidentaux, le pouvoir provoque, harcèle, pourchasse et poursuit — notamment grâce à son arsenal de lois sécuritaires et par le biais de sa police comme de sa justice — les acteurs et actrices de mouvements sociaux afin de les dissuader de s’engager, ou les punir pour sêtre engagés sur le terrain politique.

La liste de ces menées sécuritaires ne cesse de s’allonger depuis des années. Quelques exemples : condamnations très lourdes, jusqu
à quinze ans de prison ferme, pour des militants opposés au G8 à Gênes en 2001 ; condamnation des militants lycéens du 6 juin 2008 à Poitiers ; acharnement policier et judiciaire, avec interpellations musclées et gardes à vue prolongées dans l’«affaire» de Tarnac ; condamnation des militants anti-Otan de Strasbourg à trois ans de prison ferme ; répression et arrestation de lycéens à Reims, Dijon et Rouen en novembre dernier ; rafles, persécutions, expulsion et déportation de «sans-papiers» en tous lieux ; répression des Conti, dont six passent en justice le 13 janvier à Amiens ; répression à EDF-GDF Suez, où 240 salariés sont sous le coup de sanctions allant jusquau licenciement pur et dur…

C
est pour toutes ces raisons que le Comité poitevin contre la répression des mouvements sociaux soutient sans distinction tous les militants et militantes inculpés et condamnés.

Les procès à venir dans la région sont :
 • Le 14 janvier, à partir de 9 heures. Appel du procureur contre six personnes arrêtées le 10 octobre et qui ont été jugées en comparution immédiate le 12 :
— C. : Déclaré coupable de détention de feu d’artifice ; 2 mois avec sursis ;
— S. : Déclaré coupable de violence sur commissaire ; 6 mois dont 5 avec sursis ;
— J.-S. : Déclaré coupable de violence sur officier de police ; 6 mois dont 5 avec sursis ;
— L. : Déclaré coupable de dégradations volontaires par incendie et jets de pierre ; 6 mois avec sursis ;
— C. : Déclarée coupable de dégradations volontaires sur bien d’utilité publique ; 6 mois avec sursis et mise à l’épreuve, 300 € d’amende pour refus de prélèvement d’ADN et 650 € pour la Mairie de Poitiers ;
Le 21 janvier à 10h30. Appel du procureur contre N., condamnée le 30 juillet 2009 à 500 € damende avec sursis et 850 € de dommages et intérêts à J.-C. Decaux pour bris de «sucette», et qui avait été relaxée pour son refus de prélèvement d’ADN.
Le 23 février. Procès de S. et d’A., arrêtées le 10 octobre et poursuivies pour refus de prélèvement d’ADN (ainsi que pour refus de prise de photo et d’empreintes, concernant A.).

Devant cette charge répressive pour tenter d’occulter les véritables problèmes (crise sociale, chômage, pauvreté, destruction des services publics…), devant la nature fondamentalement politique de tous ces procès, le Comité poitevin contre la répression des mouvements sociaux exige la relaxe de tous ces militants.

Prochains rassemblements à Poitiers :
Mercredi 13 janvier à 18 heures devant le palais de justice ;
Jeudi 14 à partir de 9 heures, toujours devant le palais de justice.

Comité soutenu par des associations, des syndicats et des partis (Alternatifs Poitiers, les Verts-Vienne, le Nouveau parti anticapitaliste, lOrganisation communiste libertaire, le Parti de gauche 86, la section de Poitiers du Parti communiste français, SUD Éducation 86, SUD Étudiants Poitiers et lUnion locale Poitiers CNT).



Commenter cet article

fred 09/01/2010 15:57


Salut le JL

"condamnation des militants anti-Otan de Strasbourg à trois ans de prison ferme"

T et N ne se sont JAMAIS déclarés militants anti-Otan. Mais cela ne veut pas dire qu'on ne les soutiens pas.

Cordialement

f.