Chroniques du climat à Copenhague

Publié le par la Rédaction

Copenhague : manifestation pour la libération des prisonniers du climat

Alors que de nombreuses personnes sont encore sous les verrous, plusieurs centaines de personnes ont défilé cet après-midi, à l’appel de Climat justice action, en direction du parlement danois pour exiger leurs libérations immédiates.

Selon CJA 19 manifestants danois et étrangers sont encore incarcérés dans la «climate jail», c’est-à-dire le centre de rétention spécial mis en place pour la durée du sommet. Ce centre, une ancienne usine de bière, est situé à quelques kilomètres de la ville et contient une quarantaine de cages en capacité d’accueillir une quinzaine de personnes chacune.

Il faut bien avouer, comme a tenté de monter la correspondance d’hns-info.net, que la police danoise n’a laissé que peu de répit aux manifestants pendant ce sommet. Arrestations préventives, légales au Danemark mais totalement arbitraires, gardes à vue longues, policiers en civil investissant les rassemblements, brutalité exercée avec matraques, gaz au poivre et intimidations avec chiens policiers et police montée, rien n’aura été laissé au hasard. Il faut dire que les 83 millions de budget spécial votés par le Parlement danois à la police pour la durée du sommet ont permis bien des choses.

À suivre…

Fred pour HNS-Info, 18 décembre 2009.



Les manifestations continuent à Copenhague

Résumé de la journée du 18 décembre à Copenhague.

Les manifestations ont continué à Copenhague alors que se dessine une fin encore plus controversée pour la COP15 suivant le dernier document fuité. Les analyses semblent indiquer que les réductions proposées produiraient une élévation de température d’au moins trois degrés, et une concentration en CO2 d’au moins 550 ppm, pas les 350 ppm estimés nécessaires par les scientifiques, ni même les 450 ppm que les États-Unis sont sensés soutenir. Comme signe supplémentaire de chaos complet et de désaccord entre les délégations du Sommet, il y a maintenant des rapports annonçant que la conférence a été prolongée d’un jour supplémentaire afin d’assurer «un accord».


Cet après-midi, environ 1500 personnes on défilé dans Copenhague pour une Justice Climatique et en solidarité avec les arrêtés, demandant leur libération.


Des discours pendant la manifestation dénonçaient la répression massive de la police qui a arrêté et placé en détention plus de 1800 personnes. Seize personnes restent prisonnières et certaines risquent de sérieuses peines. Des médics de rue ont également été ciblés par les arrestations cette dernière semaine, avec des arrestations à 26 reprises. La mère de Stine Gry (qui fut l’une des personnes chopée par la police pendant la manifestation Reclaim Power!) prononça un puissant discours au sujet de sa fille, et dit que la répression ressemble aux commencements du fascisme. La manifestation passa par le square Hopenhaguen (NDT: jeu de mot intraduisible entre espoir «hope» et Copenhague) et finit à l’extérieur du Parlement avec les gens affirmant qu’ils ne se laisseraient pas réduire au silence ou décourager de pousser à la justice climatique (voir les pétitions pour la libération des prisonniers ici et ) (son de la conférence de presse du 16) (répression des journalistes).

Plus tôt dans la journée (18 décembre) près de 150 personnes manifestèrent à la station de métro Bella Center annonçant une Plateforme des Peuples.


Mardi 17 décembre, une grande bannière fut déployée à Radhuspladsen, site du ballon Hopenhagen, tandis que plus tard dans l’après-midi à 20 heures, des activistes de Climate Camp manifestaient directement sous le ballon, érigeant des tentes et chantant «Copenhague, pas de solution» — ils y restèrent jusqu’à 2 heures du matin (vidéos ici et ).

Il y a eu aussi des actions de solidarité dans de nombreux pays, y compris des manifestations à l’ambassade danoise à Londres, à Hambourg, en Estonie, à Fribourg et une bannière déployée à Nijmegen (Pays-Bas).

Voir aussi : Climate Chronicle Newspaper #5, 17 décembre.

Indymedia Nantes, 19 décembre.

Publié dans Agitation

Commenter cet article