Bris de verre à la permanence UMP de Chelles (Seine-et-Marne)

Publié le par la Rédaction

Une permanence UMP attaquée en Seine-et-Marne

Un trou de vingt centimètres sur quinze dans la vitrine en verre de la permanence UMP du député Yves Albarello, à côté de l’affiche représentant Valérie Pécresse et son programme pour les élections régionales. Voilà ce qu’ont trouvé ce samedi matin à Chelles (Seine-et-Marne) les militants UMP responsables des locaux.

Vers 1 heure, dans la nuit de vendredi à samedi, une voisine a entendu un bruit, mais le ou les auteurs des faits n’ont pas été identifiés.


À 17 heures, à l’heure où Yves Jégo, député-maire de Monterreau-Fault-Yonne et tête de liste en Seine-et-Marne, venait pour animer un café politique, Valérie Pécresse s’est déplacée en signe de soutien. «Il faut que la campagne se déroule dans la sérennité», a déclaré la ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, chef de file UMP pour les élections régionales en Ile-de-France.


Leur presse (Le Parisien), 23 janvier 2010.




Une vitre brisée et l’entourage de Pécresse parle d’une permanence « saccagée »


La permanence de l’UMP à Chelles (Seine-et-Marne), présentée dans la nuit de vendredi à samedi comme saccagée par l’entourrage de Valérie Pécresse, tête de liste UMP aux régionales en Ile-de-France, a subi un simple bris de glace.

La vitre principale de la façade extérieure du local a été brisée «vers 01h30» et réparée samedi «avec une résine pour éviter que la vitre ne tombe», a expliqué Yves Arbarello, député UMP de la 7e circonscription où est situé la permanence. Toutefois le local-lui-même n’a pas subi de dégâts à l’intérieur. En début d’après-midi, l’entourage de la ministre avait affirmé que «la permanence de l’UMP à Chelles (avait) été saccagée la nuit dernière», et avait signalé que «des vitres (avaient été) brisées» sans donner davantage de précision sur l’étendue des dégâts.


Meeting improvisé de Pécresse


Arrivés sur place pour constater les dégâts, la ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche et l’ancien ministre Yves Jégo en ont profité pour tenir un meeting spontané devant une centaine de militants, au cours duquel ils ont vivement condamné cet acte. «Avoir des convictions politiques, militer dans un parti politique, c’est un droit constitutionnel» qui doit être «préservé», a martelé Valérie Pécresse, dénonçant «une attaque contre la Constitution, contre la démocratie, contre la République». Appelant à «une campagne sereine, de débat contre débat, de projet contre projet», elle a condamné «cet acte de vandalisme d’une brutalité insupportable».


Elle a en revanche souhaité que la campagne se centre sur «la galère des transports en Ile-de-France», «l’insertion professionnelle», «le développement de l’apprentissage en alternance» domaine dans lequel la région francilienne est selon elle «seizième» à l’échelle nationale. L’enquête sur les dégradations a été confiée au commissariat de Chelles.


Leur presse (20 Minutes), 23 janvier.


«Tentative de saccage» d’une permanence UMP à Chelles

La permanence de lUMP à Chelles, en Seine-et-Marne, a été saccagée dans la nuit de vendredi à samedi, a-t-on appris auprès de lentourage de la ministre de lEnseignement supérieur et de la Recherche et tête de liste UMP aux régionales en Ile-de-France, Valérie Pécresse.

«La permanence de l
UMP à Chelles a été saccagée la nuit dernière, il y a des vitres brisées», a-t-on indiqué de même source sans donner plus de précisions sur létendue des dégâts à lintérieur du local, ni sur les auteurs éventuels de cet acte de vandalisme.

«C
est encore frais. Pour le moment, on ne sait pas qui a pu faire ça», a poursuivi cette source. Jointe par lAFP, la police na ni confirmé ni infirmé cette information. La ministre, Valérie Pécresse, et le député-maire de Montereau-Fault-Yonne, Yves Jégo, devaient se rendre à 17 heures sur les lieux, a précisé lentourage de Valérie Pécresse. Sur Twitter, Yves Jégo a semblé vouloir relativiser limportance des dégradations. En milieu daprès-midi, lancien ministre évoquait une «tentative de saccage».

Leur presse (Le Point), 23 janvier.

Publié dans Agitation

Commenter cet article