Blocage économique à Caen le 3 novembre

Publié le par la Rédaction

À l’appel de l’intersyndicale du Calvados, les opposants à la réforme des retraites s’étaient donnés rendez-vous à 6h au centre routier de Mondeville/Cormelles pour un blocage symbolique. Des étudiants, des chômeurs et des salariés se sont fixés un autre rendez-vous à 3h30 au Phénix de l’université afin de commencer à bloquer dès 4h. C’est donc une petite soixantaine de personnes qui se sont retrouvées au petit matin. Les poubelles, pneus trouvés sur place ont permis de monter des barricades de fortune.

 

 

À 5h40, un demi escadron de gendarmes mobiles renforcé par des unités de la BAC ont fait leur apparition. Après la sommation d’usage, les manifestants décident de ne pas résister et de rejoindre leurs véhicules. Ils se dirigent vers la Maison des syndicats où une petite assemblée générale se tient. Entre-temps, les personnes venues à 6h n’étaient pas très nombreuses, à peine une vingtaine, et elles ont été prévenues de ce qui venait de se passer. Du coup, elles ont aussi pris la direction de la Maison des syndicats. En aucun cas freiné par l’intervention policière, la soixantaine de personnes présentes décident collectivement de bloquer un autre lieu. Après plusieurs propositions, c’est le centre commercial Mondeville 2 qui est choisi.

 

Les premières voitures arrivent vers 7h30 sur les lieux. Mais les partisans de cette action ne sont pas tous venus et il y a à peine cinquante personnes. Les deux rond-points d’accès sont bloqués avec du matériel de fortune. Mais rapidement, un des rond-points est délaissé faute de monde. L’essentiel des manifestants se concentre sur le rond-point situé à l’entrée du parking, juste à côté du MacDonald. Des poubelles et des palettes sont récupérées et servent de barricade. Quelques personnes se dirigent vers Norauto afin de récupérer des pneus.

 

 

 

 

C’est à ce moment qu’intervient la première interpellation par la police. En solidarité, les manifestants se regroupent et se dirigent vers la personne interpellée. Les gendarmes mobiles interviennent alors et les manifestants commencent à reculer sur la bretelle de sortie du parking du centre commercial. Ils se retrouvent alors sur la RN13. Les véhicules des forces de l’ordre commencent à les suivre. Les manifestants prennent ensuite la direction de la route de Paris et vu la menace de la police, ils se mettent à courir alors que la circulation routière n’est pas coupée. Plusieurs accidents ont failli avoir lieu à ce moment entre des voitures et des manifestants mais aussi entre des véhicules de gendarmes et des véhicules de tourisme. Les manifestants sont finalement rattrapés au rond-point de l’Étoile. Un des motards intime l’ordre aux personnes qui courraient en ces termes : «Arrêtez-vous bande de connards ou je vous …»

 

Il y a alors trois groupes de manifestants : un premier arrêté juste après le rond-point, un autre dans le cul-de-sac qui mène au bowling de Mondeville et le dernier dans la contre-allée de la route de Paris. Suivant les groupes, les contrôles d’identité ne se sont pas déroulés de la même manière : certains ont eu droit à un plaquage et au sol puis à un menottage (retiré quelques minutes après). D’autres ont eu droit à une palpation. Quelques coups de matraques ont été donnés pour faire asseoir les plus récalcitrants. Les informations données par les policiers n’ont pas toutes été les mêmes : des policiers ont indiqué que le contrôle d’identité faisait suite à une entrave à la liberté de circulation et que plusieurs manifestants avaient déjà été repérés sur d’autres piquets/blocages et que donc, la prochaine fois, la procédure serait enclenchée.

 

À 8h45, le contrôle est terminé et les manifestants repartent vers Mondeville 2 afin de récupérer leurs véhicules. La police est garée juste derrière le MacDo (d’ailleurs un policier en profite pour aller chercher à manger) et les gendarmes sont stationnées non loin du rond-point qui n’a pas été bloqué. Le cortège de véhicules se rend ensuite vers l’université. Le dernier véhicule parti, un camion passe par la ville puis par le port, suivi par un motard et une voiture de la police. Alors qu’il s’engage vers le Cargö, plusieurs motards arrivent ainsi que des voitures. On l’oblige à s’arrêter et les policiers procèdent à un contrôle routier. Un procès-verbal est dressé pour un problème de feu stop manquant. Lors de l’AG improvisée dans l’amphi Tocqueville, les participants à l’action décident de faire un communiqué qui sera diffusé lors des prochaines actions et manifestations. 

 

Résistances Caen, 3 novembre 2010.

 

 

 

 

Une trentaine de manifestants évacués de l'entrée de Mondeville 2

 

Deux actions distinctes ont été menées ce matin, par des manifestants souhaitant le retrait de la loi sur la réforme des retraites. Une trentaine de manifestants, se revendiquant de la mouvance libertaire, se sont rendus au centre routier de Mondeville, dès 4h30 ce matin, pour bloquer le passage des camions avant de rejoindre la Maison des syndicats.

 

De son côté, un groupe d'une vingtaine de syndicalistes, notamment de la CGT, ont à leur tour pris le chemin du centre routier mais ils n'étaient pas assez nombreux pour le bloquer.

 

En parallèle, le premier groupe d'une trentaine de personnes s'est installé sur le rond-point d'entrée du centre commercial Mondeville 2, brûlant palettes et bennes à ordures. Le groupe venu à l'appel des syndicats a préféré quitter les lieux.

 

Peu après 8 heures, une cinquantaine de gendarmes mobiles et policiers de la section d'intervention ont évacué la voie, par crainte de l'accident, à cette heure de forte circulation. Le groupe de manifestants s'est replié sur le rond-point côté route de Paris, au niveau de Mercedes. Contrôlés sur place, ils ont été relâchés vers 9 heures. Ils ne bloquent pas les voies de circulation. Les forces de l'ordre sont toujours sur les lieux.  

 

Leur presse (Ouest-France), 3 novembre.

 


Publié dans Colère ouvrière

Commenter cet article