Blocage du dépot de bus Transpole à Lille ce matin - 26 octobre

Publié le par la Rédaction

Ce matin, à Sequedin, une centaine de militantEs des syndicats CNT et Solidaires, soutenu par des non syndiquéEs, ont bloqué de 4h15 à 7h15 l’important dépôt de bus de Sequedin. Ce dépôt alimente une importante partie du traffic de la métropole lilloise.

 

Pendant plus de deux heures, les deux principales entrées et sorties du dépôt ont étés fermées à l’aide de pneus et de palettes de bois enflammées.

 

Les syndicalistes sont partis avant une intervention programmée par la Police pour 7h15, sur demande de l’entreprise Transpole.

 

Une action de blocage a également eu lieu à la gare Lille Europe ce matin ainsi que d’autres actions dans la métropole.

 

Contrairement à ce que l’État veut faire croire, la mobilisation ne fléchit pas !

 

CNT Nord Pas-de-Calais, 26 octobre 2010.

 

 

Un dépôt de bus et des TGV bloqués ce matin

 

Les syndicats Sud et CNT ont bloqué ce matin le dépôt de bus Transpole de Sequedin. Leurs collègues de la CGT et de la CFDT, de leur côté, ont retardé le départ de plusieurs TGV en gare de Lille-Europe.

 

L'action a démarré vers 4h du côté de Sequedin. Une centaine de syndicalistes de Sud et de la CNT ont bloqué les accès au dépôt de bus Transpole de Sequedin, un des plus importants de la métropole lilloise. «Ce n'est qu'avec les blocages qu'on gagnera», maintient Éric Santinelli, de Sud-Rail. Selon la compagnie de transport, près de 110 bus ont été bloqués en quelques heures. Finalement, les manifestants ont levé le piquet de grève peu avant 7h, à l'invitation des forces de police.

 

Un quart d'heure plus tard, c'était au tour d'une intersyndicale CGT-CFDT de bloquer un TGV Lille-Bruxelles au départ de la gare de Lille-Europe. «Dans ce train, il y a 150 patrons qui partent pour Bruxelles pour un séminaire, scande Gilles Sengez, de la CGT-cheminots. Ces gens-là soutiennent Sarkozy, il faut les bloquer un peu.»

 

Les syndicalistes sont restés sur les voies, devant le nez du TGV, pendant une vingtaine de minutes, avant de distribuer des tracts dans le train. Les journalistes présents ont pu assister à un face à face tendu entre les grévistes et certains usagers. «Je ne suis pas un patron, moi, je vais juste bosser, vous faites n'importe quoi», a lancé un jeune homme excédé. Un cégétiste lui a répondu vertement : «C'est plus facile de nous insulter que de se battre avec nous pour sauver nos retraites à tous.»

 

Le blocage a été levé vers 8h. Trois TGV (deux Eurostar Paris-Londres et Bruxelles-Londres et un Dunkerque-Lille) ont été retardés de 25 minutes, et cinq autres trains ont subi des retards d'environ 5 minutes.

 

Leur presse (Bruno Renoul, Nord-Éclair), 26 octobre.

 

 

L'un des trois dépôts de bus de Transpole a été bloqué ce matin, à Sequedin

 

L'un des trois dépôts de bus de Transpole a été bloqué ce matin, dès 4 heures, par un groupe d'une cinquantaine de manifestants (tous extérieurs à l'entreprise).

 

Les faits se sont passés à Sequedin. Les manifestants ont bloqué le rond-point d'accès à ce dépôt d'où partent chaque matin environ 120 bus pour desservir les lignes de la métropole lilloise.

 

Les forces de police sont intervenus vers 6h30 et, un quart d'heure plus tard, sans résistance, ni échauffourée, les manifestants ont levé leur barrage. Le temps de dégager la voie (bois et pneus brûlaient) et les bus pouvaient quitter le dépôt.

 

À 7h50, l'ensemble des 120 bus étaient sur les routes. 

 

Leur presse (La Voix du Nord), 26 octobre.

 


Publié dans Colère ouvrière

Commenter cet article