Piquet volant à Véolia - saintDenis, 2 novembre

Publié le par la Rédaction

 Le dépôt Veolia de collecte et propreté de la Plaine Saint-Denis bloqué ce matin puis débloqué par la police

 

Ce matin, 150 personnes ont bloqué les entrées de l’agence de collecte et de propreté urbaine VEOLIA à Saint Denis, au 76 avenue du président Wilson à Saint-Denis Métro Porte de la Chapelle.

 

Veolia s’est vu attribuer de nombreux marchés dans la capitale parisienne pour la collecte des déchets ménagers et pour la propreté urbaine. Lors de sa première mandature, Bertrand Delanoë, appuyé par le groupe socialiste, a aussi délégué en cas de nécessité, à cette multinationale, la continuité du service public. Cette disposition est pour le Maire de Paris un «merveilleux» outil pour rendre invisible une grève des agents de la propreté de la Ville de Paris. Ces derniers peuvent se mettre en grève, les ordures parisiennes seront ramassées par les salariés et les moyens du groupe Veolia…

 

Alors que la déchetterie d’Ivry-sur-Seine est toujours occupée par les salariés en grève, le blocage ce matin de ce dépôt allait au-delà du symbolique.

 

Le pouvoir l’a bien compris et la police est intervenue en ce début de matinée pour débloquer le dépôt. Mais la journée francilienne sera marquée par un autre rendez-vous important puisqu’à 14h30 une manifestation partira de Jussieu pour rejoindre la déchetterie d’Ivry.

 

Manifestation appelée par de nombreuses AG de lutte franciliennes, celle-ci s’inscrit dans la volonté de poursuivre et d’élargir le mouvement localement. Créer du lien entre grévistes, ébaucher une perspective au retour des lycéens et à une véritable entrée massive des étudiants dans le mouvement, se donner la capacité de dérégler le rythme et les flux du capital, agir pour bloquer l’économie, sont les enjeux de cette après-midi parisienne et des prochains jours, avec en perspective l’AG de Tours du week-end prochain qui réunira des représentants des AG interpro territoriales venues de toutes les régions.

 

Piquets mobiles, bloquons la ville !
Piquets volants, bloquons l’argent !

 

Ludo - HNS-info, 2 novembre 2010.

 

 

Compte-rendu du piquet volant sur Véolia

 

Ce matin, mardi 2 novembre 2010 à 6h30 entre 150 et 200 personnes ont bloqué les entrées et sorties du centre de collecte et propreté urbaine VEOLIA, à Saint-Denis, Porte de la Chapelle. Les employés présents nous ont apporté leur soutien chaleureux. Au bout de 3 heures de blocage, la police nous a délogé sans heurts ni interpellations. Nous n’avons donc pas pu tenir jusqu’à la fin de la matinée où beaucoup de camions rentrent au centre pour faire le plein, avant de repartir en tournée vers 14h00. Nous avons quitté les lieux à 9h15 en cortège, ralentissant les files de voitures jusqu’à la porte de la Chapelle. Nous nous sommes séparés en appelant à nous rendre à 14h30 à la manifestation au départ de Jussieu, appelée par l’AG de Tolbiac. Soyons nombreux !

 

AG «Premier round : on continue ! Bloquons l’économie !»
Prochaine AG : mercredi 4 novembre à 20h00
au CICP, 21 ter rue Voltaire, Métro Rue des Boulets.

 

Le texte suivant a été diffusé sur place aux employés et automobilistes :

 

Premier round : On continue !
Depuis plus de trois semaines, un mouvement social d’ampleur est en cours dans le pays. La réforme des retraites a été son point de départ. Si les syndicats, en accord avec le gouvernement et les médias, paraissent à présent siffler la fin de la partie, différentes initiatives fleurissent encore un peu partout, les journées de manifestations massives ayant permis à la base de se trouver une légitimité et de pousser et déborder les cadres imposés par les centrales syndicales. C’est par le blocage que le mouvement s’est donné les moyens d’intensifier le rapport de force.
Cependant, on se rend bien compte que tout est fait pour rendre l’arme qu’est la grève moins efficace. L’État use des outils du droit, entraves légales et réquisitions, ajoutant ainsi à l’extrême précarité au sein de nombreux secteurs où les possibilités de mobilisation sont déjà réduites. La restructuration capitaliste de ces 30 dernières années se concrétise notamment par l’introduction du privé dans des secteurs historiquement publics (la santé, la poste, retraites…). Privatisation qui amène à des conditions de travail toujours plus défavorables à la construction d’un rapport de force : précarité, intérim, destructuration générale.
Véolia, comme beaucoup d’autres, est d’un côté à la pointe de ce processus, réalisant ses profits sur le dos d’une main d’œuvre corvéable à merci (à l’image des nombreux travailleurs sans-papiers exploités dans ce secteur), de l’autre Véolia est un instrument précieux pour casser les tentatives de grève dans les secteurs publics, comme lorsqu’elle reprend à son compte la tâche interrompue par un blocage ou une grève.
Pour tous ceux qui considèrent que cette réforme n’est qu’un élément d’une dégradation générale de nos conditions de vie  ; Pour tous ceux qui n’ont pas forcément les moyens directs de bloquer la production mais refusent de se résigner ; Pour tous ceux qui pensent qu’il est nécessaire de dépasser les séparations catégorielles entretenues par le capital  ; Pour tous ceux-là, la pratique du piquet volant peut être efficace. Renforcer les blocages existants aussi bien qu’en créer là où nous l’estimons utile. Contre l’exploitation, bloquons l’économie.
Contact  

 

Indymedia Paris, 2 novembre.

 

 

[8h35] Blocage des entrées de l’agence de collecte et de propreté urbaine à Saint-Denis

 

Les entrées de l’agence de collecte et de propreté urbaine VEOLIA à Saint-Denis,  au 76 avenue du président Wilson à Saint-Denis Métro Porte de la Chapelle sont actuellement bloquées par de nombreux manifestants.

 

C'est en effet Véolia qui a été chargé par la Mairie de Paris de remplacer les éboueurs grévistes.

 

Appel est lancé à les rejoindre de suite.

 

À Paris comme ailleurs, bloquons l'économie.

 

 

[9h31] Blocage délogé par la police

 

Rendez-vous à 14h30 à Jussieu

 

L’appel de l’AG de la fac de Tolbiac et d'autres assemblées générales à manifester ce mardi à 14h30, de Jussieu à la déchèterie bloquée de la rue Bruneseau (Paris 13e) ne se borne pas au respect de l’agendadodo de l’intersyndicale, provient d’une assemblée, prévoit d’organiser des blocages, cherche à se lier avec des grévistes, préfigure ce que pourrait être le retour des lycéens dans le mouvement en même temps qu’il s’adresse à des étudiants encore trop indécis, est un rendez-vous qui peut revêtir une grande importance politique pour la situation «parisienne», et de ce fait même, pour le mouvement d’ensemble.

 

Infozone, 2 novembre 2010
Liste d’information pour la France sauvage.

 


Publié dans Colère ouvrière

Commenter cet article

JD 02/11/2010 14:05



PIQUETS VOLANTS BLOQUONS L'ARGENT -


PIQUETS MOBILE BLOQUONS LA VILLE -


PIQUETS VIOLENTS BLOQUONS L'AGENT !! !! !!!!!!!!



JD 02/11/2010 14:01



Une solution en tire tendu à toute ces abjections policières. Police bras armé de l'état. Logique simple, attaque, contre attaque, blocage, explosion du blocage. Piquets-Piquets volants. Oui mais
voila. Les piquets volent bien plus qu'ils ne piquent. Une solution en tire tendu à toutes ces abjections policières. LES PIQUETS VIOLANTS. Tout peu partir d'une faute d'ortographe, d'un
bafouille avec la langue, d'un trébuche avec la voix. Mais tout de même. Lever un barrage aussi tot monté. Tout de même. Detruire une cabane qui viens juste d'être fièrement mise sur pieds.


Piquet-Piquets Volants- Piquets Violants


Mes amitiés là où ça dure.