Bilan de la manif "pro-choix" du samedi 29 mai à Bordeaux

Publié le par la Rédaction

 

Dès 13 heures plus de 1500 personnes étaient rassemblées au Grand Théâtre à l’appel de plus d’une trentaine d’organisations et d’associations bordelaises. Des militant.es ont fait le déplacement de toute la région et même de beaucoup plus loin ! La manif est partie à 13h30 en direction du centre-ville et nous avons vu les rangs grossir jusqu’à atteindre plus de 2000 personnes. Dès le départ le ton est donné quant à l’encadrement que nous allons devoir subir. Le dispositif policier est démesuré : plusieurs compagnies de CRS et de gardes mobiles, bac et police en masse, tous en tenue anti-émeute (les véhicules eux-aussi en tenue anti-émeute).

 

Toute la ville est verrouillée pour créer une «bulle de sécurité» autour des pro-vie. Pendant ce temps les intégristes se rassemblent près du commissariat, loin du centre (à noter qu’ils ont changé de lieu de rendez-vous deux fois dans la semaine !).

 

Leur parcours est délimité par la police et «sécurisé» par des camions anti-émeute (ceux avec les grilles devant) à tous les carrefours : leur objectif, un aller-retour entre les boulevards et le commissariat… ! Notre manif se passe bien, très péchue, plein de banderoles, de tracts, de chants et de slogans, de fumigènes et de pétards.

 

La tension se fait sentir quand nous arrivons en vue (à 300 mètres et derrière deux cordons de gardes mobiles) des pro-vie. Ils finissent par se mettre en marche à 400 (moins nombreux que le dispositif policier qui les encadre) pour emprunter une petite rue, faire une boucle sur les boulevards et demi-tour retour aux bus.

 


On est loin de leur marche triomphante à 1500 en centre-ville l’année dernière. Malgré une présence de plus en plus forte à Bordeaux et une implantation réelle (trois églises, deux librairies et deux écoles intégristes), ils n’ont pas réussi à s’imposer face à une forte mobilisation pro-choix. Le cortège, mené au départ par le Collectif Bordelais pour le Droit des Femmes prend ensuite la direction du centre ville pour tenter de prendre de cours le dispositif policier, renforcé à ce moment-là par un hélicoptère de la gendarmerie !!

 

La police, déterminée à nous bloquer sur place, emploie les grands moyens et repousse la manif à coups de flash-ball. Un manifestant est blessé par un coup de crosse de flash-ball en plein visage, les Bacs, qui avaient visiblement envie d’en découdre depuis un moment ont profité du passage de la manif dans une rue un peu moins passante pour se défouler. Malgré cela nous nous rassemblons tous et finissons la manif sans autre problème à la place de la Victoire.

 

Notre retour au local de la CNT se fera sous la surveillance de l’hélicoptère… Beaucoup trop d’honneur !

 

Le bilan de cette manif est très positif, notre message est passé tandis que les pro-life se sont contentés d’aller faire un tour sur les boulevards en défilant entre les grilles anti-émeute placées à tous les carrefours.

 

Les cathos tradis sont réellement en train de s’implanter sur la ville et il est tout à fait essentiel de nous mobiliser pour les faire dégager. Il est aussi tout à fait essentiel de nous mobiliser pour la défense du libre choix dans ce contexte.

 

Cette mobilisation est donc un succès, y compris dans le gros travail effectué en amont qui a permis de fédérer beaucoup de monde autour de la question du libre choix, de faire de l’info, de l’affichage partout en ville.

 

Un grand merci à ceux qui ont fait le déplacement pour nous soutenir.

 

STE33-FAU33, 31 mai 2010.

 

 

 

 

[Burdeos] … ¡¡¡y la extrema derecha no pasó!!! 

 

Colectivos feministas, libertarios, comunistas y antifascistas logran evitar que la “Marcha por la vida” convocada para hoy por los ultracatólicos recorra el centro de la ciudad. La presión de los contramanifestantes ha logrado reducir el acto ultracatólico, que pretendía ser multitudinario y por el centro de la ciudad, a un pequeño recorrido en las afueras de la ciudad.

 

Desde primera hora de la mañana el centro de Burdeos estaba tomado por un impresionante despliegue de CRS (anti-disturbios), camionetas de la Gendarmerie (Guardia Civil), Policía Local y BAC (Policía secreta). El dispositivo, compuesto en total por unas 60 camionetas de CRS (lecheras), unas 10 camionetas de Gendarmerie (Guardia Civil) y decenas de Policías locales y “secretas” (Brigade Anti Criminalité) tenía como objetivo asegurar el buen desarrollo de la marcha convocada por los grupos anti-aborto y apoyada por ultracatólicos y grupos de extrema derecha.

 

A las 12:30, hora a la que estaba convocada la contra-manifestación, unas 1200 personas se reunían alrededor del camión del sindicato SUD y comenzaba a tomar forma la manifestación con un objetivo claro: evitar que el mensaje anti-aborto de los ultracatólicos se escuchara en el centro de la ciudad. Entre los colectivos presentes estaban la CNT, AL (Alternative Libertaire), colectivos anarquistas como el GAB (Groupe Anarchiste Bordelais), el NPA (Nouveau Parti Anticapitaliste), un numeroso grupo de antifascistas locales (pertenecientes a la sección RASH en su mayoría) y casi un centenar de miembros de la hinchada antifascista del Girondins de Bordeaux, los Ultramarines.

 

Durante la contramanifestación se han cantado lemas antifascistas, feministas y contra la iglesia de Saint Éloi, centro de reunión de los ultracatólicos en Burdeos.

 

La manifestación se ha detenido cerca del Ayuntamiento (Hôtel de Ville), y los manifestantes han intentado dirigirse hacia donde se desarrollaba el acto ultracatólico, en el que a las 14:00 había alrededor de 150 personas (lejos de las 1500 que reunieron en la primera edición el año pasado).

 

Centenares de manifestantes han conseguido sorprender a la Policía y éstos se han visto desbordados por los acontecimientos. Los momentos más tensos se han vivido en Place de la République, cuando policías en civil han cargado con pelotas de goma y amenazado a manifestantes con pistolas Taser. Ha habido por lo menos un herido leve pero no se han producido por el momento detenciones.

 

Tras las cargas los manifestantes se han reagrupado y se han dirigido hacia la Place de la Victoire, seguidos en todo momento por un helicóptero y decenas de antidisturbios.

 

Allí se ha dispersado la contra-manifestación que ha sido calificada por los organizadores como éxito histórico, al superar en número a los ultracatólicos y reunir a más de 2000 personas pero, sobre todo, al haber tomado el centro de la ciudad y haber evitado que difundieran su mensaje anti-aborto en Burdeos.

 

LaHaine, 29 mai.

 

 

Commenter cet article