Avec toute la Fonction publique... En grève le 21 janvier 2010 !

Publié le par la Rédaction


Transports, Poste, santé, éducation… depuis plusieurs années, c'est tous les services publics qui sont petit à petit laminés, démantelés. Autant de services rendus à la population livrés aux intérêts privés, à la marchandisation. Nous assistons à une véritable casse programmée des services publics visant par la réduction drastique des moyens, une attaque sans précédent des statuts et par une précarisation toujours plus massive à orchestrer plus certainement leur privatisation.

Le plan gouvernemental «Fonction Publique 2012» prévoit d’ici là et sur cinq ans le non remplacement d’un fonctionnaire sur deux partant à la retraite. Cela a bien entendu des conséquences dramatiques au niveau des personnels, de la qualité du service rendu mais aussi au niveau des recrutements. Dans l’Éducation nationale par exemple, les postes ouverts aux concours, toutes disciplines confondues, ont été divisés par plus de deux en dix ans, passant de plus de 20'000 en 2000 à à peine plus de 9000 cette année, en 2010. Tous secteurs confondus, c’est 60 000 suppressions de postes qui sont prévues par an dans les services publics depuis 2009. Les suppressions de postes auront lieu dans les écoles, les collèges et lycées, les hôpitaux, les administrations, au mépris des usagers, alors que pour lutter contre le chômage et améliorer ces services ce sont des embauches massives dont nous avons besoin. Autant d’attaques auxquelles se rajoute pour les personnels la casse des statuts. La RGPP (Réforme générale des politiques publiques) prévoit entre autre au travers de la loi sur la «mobilité de l’emploi dans la fonction publique» la remise en cause du statut de fonctionnaire et de la garantie de l’emploi. À l’ANPE par exemple, les salariés ont déjà reçu des lettres individuelles leur proposant un reclassement sous statut privé.

La qualité des services publics offerts va profondément se dégrader et l’on sait que ce sont les classes populaires qui en subissent les plus grands méfaits, renforçant ainsi les inégalités sociales. La place du service public dans une société est le reflet des choix sociétaires de celle-ci et aujourd’hui se dessine une société capitaliste de plus en plus inégalitaire et autoritaire.

Les nouveaux coups portés contre les services mais plus généralement contre l’ensemble des travailleurs-ses sont une nouvelle occasion de se mobiliser et de lutter ensemble, pour défendre des conquêtes sociales fondamentales… et d’en obtenir de nouvelles. Nous savons cependant que, contre ce gouvernement, une journée de grève ne suffit pas pour gagner. Nous savons aussi que pour gagner il faut que tous les secteurs se battent ensemble. Dans cette démarche, rappelons-nous et prenons exemple sur le mouvement de grève générale de l’an dernier en Guadeloupe.

Un mouvement fort et victorieux car unitaire, interprofessionnel, reconductible jusqu’à satisfaction et axé sur une plate-forme de revendications précises et concrètes. Alors mettons-nous toutes et tous en grève le 21 janvier avec l’ensemble de la fonction publique. Réunissons-nous et organisons-nous en Assemblées Générales et mettons en débat nos revendications et la construction de la lutte interprofessionnelle.

Tartagueule à la récré no 78, janvier 2010
Bulletin de la CNT Éducation du Rhône.

Publié dans Colère ouvrière

Commenter cet article