Audience au tribunal de Belfort pour deux manifestants - 10 novembre

Publié le par la Rédaction

 

Mercredi 10 novembre, comparution de deux manifestants qui avaient été interpellés lors de la manifestation du 23 septembre à Belfort suite à une provocation policière. Il s’agit de notre camarade Stéphane Petithory, ouvrier soudeur et délégué CGT à l’usine General Electric, et d’un technicien de 56 ans salariés à Peugeot-Sochaux.

 

Place de la République, devant le tribunal

 

L’UD CGT du Territoire de Belfort avait appelé à un rassemblement auquel se sont joints des militant(e)s de SUD et de la FSU dès 8 heures du matin devant le tribunal. Une cinquantaine de personnes ont répondu à l’appel.

 

Comité d'accueil devant le tribunal

 

 

L’avocat de notre camarade Stéphane Petithory a demandé le renvoi de l’affaire devant un autre tribunal au nom de la jurisprudence, considérant qu’avec une plainte venant de la police de Belfort ce tribunal ne saurait jugé en toute impartialité. Pour le deuxième manifestant, c’est le tribunal qui demande un report puisque l’expertise psychiatrique demandée n’a pas pu être faite dans les temps. Considérant n’avoir pas eu la possibilité d’étudier la demande de l’avocat de Stéphane Petithory, le tribunal a donc décidé de repousser le jugement au 21 janvier 2011 à 8h30.

Il convient de remarquer l’attitude particulièrement agressive et méprisante du président du tribunal à l’encontre des avocats des deux manifestants ouvriers. Il reprend, de façon virulente, l’avocat de Stéphane Pethithory lorsqu’il chuchote quelque chose à son client. Aussi, l’avocat du technicien de Peugeot prend la parole, coupé à plusieurs reprises par le président, pour dénoncer le fait que les droits de la défense sont régulièrement bafoués par le tribunal de Belfort.

 

Sortie du tribunal après l'audience

 

Rendez-vous donc au 21 janvier.

 

Solidarité avec nos camarades victimes de la répression !

 

CGT ADDSEA, 10 novembre, 2010.

 


Publié dans Colère ouvrière

Commenter cet article