Au pas d'course et pas de retraite !

Publié le par la Rédaction

Réforme des retraites, attaques contre les immigrés, licenciements, radiations en masse des chômeurs et plus largement, répression grandissante contre tous ceux qui sont pauvres, jeunes ou marginaux… : l’État veut garantir aux patrons des conditions d’exploitation «favorables».

 

Cette politique dépasse les frontières nationales. En Espagne, en Grèce, au Portugal, en Allemagne ou en Irlande… les mêmes «plans d’austérité» sont concoctés dans les bureaux ministériels. Il s’agit pour les dirigeants de dynamiser l’économie face à la concurrence mondiale.

 

Et ce serait à nous de trimer, de galérer, de nous «serrer la ceinture», pour les intérêts de la classe au pouvoir !?

 

 

Si la même logique politique se retrouve aux quatre coins de la planète, c’est pour les «nécessités» du développement économique et certainement pas pour les populations. Le système capitaliste concentre toujours plus les richesses. Les moyens de productions se concentrent dans de moins en moins de mains. Pour continuer sa route, le système ne peut qu’accroître la violence sociale. Aucun État, aucun gouvernement n’y changera rien. La machine est lancée, les institutions en dépendent et la graissent abondamment !

 

La seule force qui puisse lenrailler, cest la nôtre : celle des exploités, des exclus, des sans-avenir… Il est nécessaire dintensifier le mouvement et dorganiser la convergence des différentes luttes. La bataille engagée par les lycéens, par les cheminots, par les dockers… naît du même refus daccepter le sort qui nous est réservé. Les bonimenteurs des syndicats et partis de gauche renforcent nos séparations pour leurs propres intérêts et échéances. Cest en agissant ensemble que lon pourra sortir de lisolement et ainsi voir nos combats aboutir.

 

Lémergence dun mouvement social fort, autonome et radical, nécessitant la participation de tous les prolétaires, est un besoin urgent et évident ; qui simpose déjà et partout à travers le monde.

 

Où que nous soyons, luttons et associons-nous pour construire une résistance réelle et concrète.

 

 Projection et discussion le jeudi 14 octobre à 20h devant le lycée Jean-Baptiste Dumas à Alès.
Les lascars du LEP électronique, documentaire sur le mouvement de 1986 contre la réforme Devaquet vu de manière critique, lucide et ironique par des élèves d’un lycée professionnel.

 

Contact

 


Publié dans Colère ouvrière

Commenter cet article