Arrêtons de tourner autour du pot : Pour gagner c'est maintenant !

Publié le par la Rédaction

Après 6 journées de grèves et de manifestations, plusieurs secteurs ont voté la reconduction de la grève, notamment dans les raffineries, dans le rail, dans l'éducation, La Poste, etc. De même, au niveau interprofessionnel dans certains départements, des intersyndicales appellent à généraliser la grève. Enfin ! C'est une incontestable bouffée d'air pour la lutte et nous voulons les saluer.

 

Maintenant, il nous appartient à toutes et tous, que l'on soit salarié-e-s, chômeurs, précaires, étudiant-e-s ou retraité-e-s, de ne pas laisser ces différents secteurs isolés et de redoubler d'efforts pour convaincre de la nécessité de les rejoindre dans cette grève reconductible, seule capable de faire reculer le gouvernement et d'arriver au retrait de la réforme des retraites.

 

 

Aujourd’hui, nous ne sommes pas dans un jeu de rôle où chacun avance des chiffres de manifestants ou menace le plus à la télévision… Nous sommes bel et bien en plein cœur d’un combat social entre deux classes. D’un côté, celle des patrons et de leurs exécutants gouvernementaux, qui cherchent à préserver leurs privilèges et leurs profits. Et, face à eux, les travailleurs, qui cherchent à défendre leurs droits sociaux durement acquis et à en conquérir de nouveaux, fondés sur une répartition égalitaire des richesses.

 

Il ne s’agit pas de parler de «radicalisation possible» ou de «ne rien lâcher», il s’agit de le faire. Soyons clairs. Soit nous voulons réellement nous donner les moyens de gagner ce combat, et la grève générale reconductible avec blocage économique du pays est notre seule arme susceptible d’imposer le retrait du projet de loi. Sinon, si les centrales syndicales en restent aux déclarations de principes plus ou moins énervées, la défaite est assurée… Le gouvernement et ses donneurs d’ordre patronaux se moquent éperdument des manifestations, quel que soit le nombre de personnes qui défilent ou la fréquence des mobilisations. Ils n’ont même de cesse de le répéter.

 

Il est de la responsabilité des organisations syndicales de tenir un discours clair aux salariés. Le choix est simple : avouer la défaite et ranger les banderoles ou généraliser dès maintenant la grève reconductible. Pour la CNT, il est hors de question de céder sans avoir essayé. Nous appelons donc tous les travailleurs et syndicats, quelles que soient les étiquettes à se coordonner et à lancer sans attendre les grèves reconductibles nécessaires à la victoire et à organiser des blocages économiques, dans les zones industrielles et partout où nous produisons les richesses. Avec la précarité croissante, les contrats d’intérim et autres, nous savons bien que tout le monde ne peut faire grève. Aidons-les en ciblant la seule préoccupation du patronat : son portefeuille.

 

Ce n’est pas au patronat de faire la loi. C'est nous qui produisons, donc c'est nous qui décidons ! Riposte syndicale, grève générale !

 

Union régionale parisienne CNT, 14 octobre 2010.

 

 

Pour le retrait de la réforme des retraites,

tous et toutes en grève reconductible !

 

Loin de faiblir notre mobilisation s'intensifie contre la grande arnaque sur les retraites. Ce mardi 12 octobre, encore plus que les 7 et 23 septembre, des millions de gens se sont mis en grève et ont manifesté dans toute la France pour exiger le retrait du projet.

 

Le gouvernement, par son mépris, nous fait comprendre clairement que nos manifestations ne suffisent pas à le faire plier. Le dernier choix qui nous reste est celui du durcissement de la grève et du blocage du pays.

 

Rien n’est perdu ! En 1995, ou en 2006 contre le CPE, alors même que cette loi avait été votée, c’est par ces moyens que nous avons obtenu satisfaction. Aujourd’hui, face au mépris de nos dirigeants économiques et politiques, il est de notre responsabilité de franchir le cap.

 

Partout dans le pays, des sections syndicales, des coordinations de syndicats ou des assemblées générales de grévistes ont reconduit la grève après la journée du 12 octobre (raffineries, ports, marins, impôts, éducation, poste, territoriaux…).

 

La CNT soutient ces actions et y participe dans les secteurs où elle est implantée. Elle appelle tous les travailleurs-euses à rejoindre le mouvement de grève et les actions interprofessionnelles prévues par les divers secteurs en lutte, en particulier celles de blocage économique.

 

CNT-FTE, 14 octobre.

 


Publié dans Colère ouvrière

Commenter cet article