Arrestations en fin de manif parisienne

Publié le par la Rédaction

 Dernières infos : Tous-tes sortis-ies sans suite judiciaire apparemment…

Courriel, 8 septembre 2010 - 14h06.

 

 

 Arrestations en fin de manif

 

À la fin de la manif contre la réforme des retraites, 42 personnes ont été arrêtées place de la Nation pour avoir tardé à se disperser.

 

Un car est parti peu après 21 heures et les a conduits au commissariat de la Goutte d’Or. Venez nombreux réclamer leur libération !

 

Rassemblement immédiat au 50 rue Doudeauville, 75018 Paris‎, métros Marcadet-Poissonniers, Marx-Dormoy ou Château-Rouge.

 

Indymedia Paris, 7 septembre.

 


 «Le député sent fortement l’alcool ; il a pu faire un malaise»

 

Ce soir, mardi 7 septembre, place de la Nation, nombreuses arrestations de camarades. Dès 20H00, la police lance le flot d’automobiles sur la place, pour dégager facilement les derniers manifestants ; ceux-ci ripostent pacifiquement en faisant une chaîne humaine sur la route pour bloquer les voitures et continuer à manifester en criant des slogans «tous ensemble, tous ensemble !!!», d’autres manisfestants les rejoignent sur la rue… Ça sent bon la fête ; mais ça déplait fortement aux flics ; des hordes de CRS (ou GM ou autres…) arrivent très vite, chargent aussitôt sans sommation, tapent, traînent au sol et arrêtent du monde… une fille est poussée violemment par un civil qui la jette au sol durement… ça court dans tous les sens… ça manifeste partout… sur la route, sur les talus… aussitôt dispersés les groupes se reforment un peu plus loin, et les cris fusent ; 20H30 : pour la première fois le mégaphone des flics résonne : «La manifestation est terminée» ; la chasse aux manifestants continue de plus belle… C’est là que Maxime Gremetz, le député va être blessé ; les flics civils et robocops, encerclent un groupe pacifique qui est sur le trottoir, et dans lequel se trouve Maxime ; ils vont cogner beaucoup de gens, photographes y compris ; tout à coup le corps de Maxime Gremetz qui gît au sol apparait au milieu de nombreux flics ; à 20H50, un flic en uniforme déclare au téléphone, à son interlocuteur : «Le député sent fortement l’alcool ; il a pu faire un malaise» ; De nombreux témoignages surgiront aussitôt parmi la foule, pour dire qu’il n’était pas ivre à ce moment ou même avant le malaise ; plusieurs ayant parlé avec lui juste avant l’action des flics. Gremetz reçoit des soins et un examen prolongé ; il montera dans l’ambulance, porté par les pompiers et installé dans un fauteuil, vers 21H15 ; De nombreux camarades ont donc été arrêtés ; un dernier bus blanc avec pas mal de manifestants dedans est parti vers 21H20, direction Voltaire.

 

Indymedia Paris, 7 septembre.

 


Publié dans Colère ouvrière

Commenter cet article

SINGER 08/09/2010 09:47



 je connais TRES BIEN Mr GREMETZ et vous affirme,qu'il neboit que du café(plus apres 16h ,de l'eau et un fond de vin lorsqu'il prend un fromage a la fin du repas, cette déclaration "qu'il
sent fortement l'alacool est RIDICULE  (BON IL FAUT TROUVER UNE EXCUSE


  SINGER  Alain