Anti-Loppsi à Saintes - 18 décembre

Publié le par la Rédaction

Saintes : Les SDF et précaires parlent de leur crainte

 

Ils seront aujourd'hui dans la rue pour dire tout le mal qu'ils pensent d'un projet de loi défavorable aux abris de fortune.

 

Le projet de loi d'orientation et de programmation pour la performance de la sécurité intérieure (LOPPSI 2), examinée en ce moment à l'Assemblée nationale, est dans le collimateur des sans domicile fixe (SDF), des précaires et des chômeurs. Surtout un article, le 32 ter A, «qui crée une procédure d'exception, expéditive et arbitraire, à l'initiative du préfet, pour expulser des personnes installées dans un abri de manière “illicite”», prévient Patrick Reunavot, SDF basé à Saintes.

 

 

Pour l'intéressé, «beaucoup de gens qui vivent dans des abris de fortune mobiles et légers comme des tentes, des cabanes ou des yourtes risquent d'être concernés. L'article prévoit également la destruction des biens ainsi qu'une amende de 3750 euros pour le propriétaire du terrain, public ou privé, qui s'opposerait à ces procédures arbitraires.» Il a donc décidé de réagir avec un autre SDF, Christophe Bouchard, pour faire connaître ce projet de loi au grand public.

 

Au départ, ils voulaient manifester ce week-end place Bassompierre. Ils ont eu une fin de non-recevoir, l'endroit étant occupé par le marché de Noël et la piste de ski de fond. «Finalement, on a prévu de se regrouper ce matin sur l'aire d'accueil des camping-cars de Saintes. On cheminera à pied jusqu'à l'artère piétonne en début d'après-midi et nous nous positionnerons à plusieurs endroits pour sensibiliser les passants aux problèmes que pourrait poser cette loi», indique Patrick Reunavot qui précise «dans la joie et la bonne humeur». Autrement dit, sans débordements.

 

Trois points stratégiques

 

Il ne s'agit pas pour eux de manifester bruyamment mais de «faire prendre conscience aux gens de ce qui se passe». La Ligue des droits de l'homme, solidaire avec ce mouvement, devrait également être présente. Les Saintais, qui seront nombreux ce samedi dans l'artère piétonne pour les achats de Noël, pourront notamment croiser ces pourfendeurs de la LOPPSI 2 devant le palais de justice, devant la médiathèque et devant la sous-préfecture.

 

Une association qui prône l'utilisation des yourtes sera aussi de la partie. «Notre but n'est pas d'entraver la circulation des gens. Nous ferons attention à ce que tout se passe bien. Nous voulons seulement dénoncer cette loi liberticide», promet le SDF qui a déjà séjourné dans des abris de fortune et qui sait ce que ça peut représenter pour quelqu'un qui, sans ça, se retrouverait sur le trottoir.

 

À Saintes, l'intéressé assure que certaines personnes dorment encore dehors, même avec les températures hivernales. «Et il n'y a pas de maraudes», fait remarquer Patrick Reunavot qui avec d'autres a l'ambition de créer une association «qui porterait la voix des SDF, chômeurs et précaires». «Nous ferions le relais avec les associations, les services sociaux et nous participerions aux tables rondes.»

 

Une idée qui fait son chemin et qui pourrait se concrétiser dans les semaines qui viennent. En attendant, c'est LOPPSI 2 qui mobilise leur énergie.

 

Leur presse (Stéphane Durand,
Sud-Ouest), 18 décembre 2010.

 


Commenter cet article