Anti-Loppsi 2 à Lons-le-Saunier (Jura) - 23 décembre

Publié le par la Rédaction

Bien le bonjour,

 

Jeudi 23 décembre nous nous sommes rassemblés comme prevu dès 14 heures.

 

Nous étions 10 voire 15, des gens que l'on connaissait déjà pour certains, puis d'autres venus de Louhans ou des alentours de Lons bien décidés à manifester.

 

Des tracts ont été imprimés puis distribués dans toute la ville, plusieurs voitures de police présentes et surtout la Bac qui est arrivée un peu plus tard — c'est à ce moment-là qu'on s'est dispersés avec nos tracts.

 

Je dirais que dans les 70% les gens réagissaient bien et même pour la plupart n'étaient même pas au courant !

 

Donc des discussions se sont installées pendant la distribution de tracts : «c'est un retour en arrière», «j'ai l'impression d'avoir vécu ça» pour certains beaucoup plus âgés que nous.

 

Boris avec son bonnet péruvien et Julien ainsi que les autres…

 

Avec l'article dans le journal svp !

 

 

Quinze personnes se rassemblent pour dire non à la loi sur la sécurité

 

Ils étaient une quinzaine hier à avoir répondu présents à un rassemblement à 14 heures place de la Liberté à Lons contre la nouvelle loi sur la sécurité intérieure Loppsi 2 votée à l’Assemblée nationale ce mardi.

 

 

Un rassemblement pas vraiment suivi donc. Boris, son bonnet péruvien vissé sur la tête avait pourtant pris la peine d’envoyer des mails et de poster plusieurs messages sur des sites comme Juralibertaire. «Les gens ne savent pas que cette loi est un fourre-tout sécuritaire qui va nous empêcher de circuler librement sur le net ou encore renforce les possibilités d’expulsion de logements comme les squats.» La Loppsi 2 qui devrait être modifié par le Sénat au mois de janvier prévoit également des dispositions de renforcement de la vidéosurveillance dans certains cas de figure comme des grands évènements publics ou encore le durcissement des peines encourues pour des délits comme les cambriolages. «C’est la légalisation de l’espionnage informatique, s’inquiètent Manu et Thomas, étudiants de 19 et 27 ans qui habitent à Lons. La politique de l’État est totalitaire.»

 

Leur presse (Johanna Nezri, Le Progrès), 24 décembre.

 


Commenter cet article

Isidore Feneon 24/12/2010 13:49



Suberbes sourirs