Une quatrième immolation en Algérie ce dimanche

Publié le par la Rédaction

 Un jeune tente de s’immoler par le feu à Mostaganem

 

Un jeune homme s’est aspergé le corps d’essence dimanche matin. Chômeur de son état, il s’est présenté face à la direction de la sureté de wilaya pour commettre cet acte de désespoir.

 

C'est grace à l’intervention d’agents de l’ordre présents en nombre que le drame a été évité de justesse. En effet, c’est au moment où le jeune homme mettait le feu à son corps, qu'il est rapidement pris en charge par des policiers qui parviendront à éviter la propagation du feu qui avait pris au niveau des jambes.

 

Accourus depuis leur caserne centrale, des éléments de la protection civile, distante d’une centaine de mètres du lieux de l’incident lui prodigueront les premiers soins avant de le transférer vers le service des urgences de Tigditt où il a été mis sous observation.

 

Agé d’une trentaine d’années, l’homme exhibait plusieurs demandes d’embauche, ainsi que des lettres adressées à différentes administrations, malheureusement, elles sont demeurées sans suite. La police judiciaire a ouvert une enquête.

 

Yacine Alim - El Watan, 16 janvier 2011.

 

 

Trois citoyens s'immolent par le feu à Bordj-Menaiel, Jijel et Tebessa

 

Un citoyen répondant au nom de Aouichia Mohamed, a tenté de mettre fin à ses jours en s’immolant, le 12 janvier dernier, dans l’enceinte du siège de la daira de Bordj-Menaiel, à 30 km à l’est de Boumerdès indique le quotidien El Watan.

 

Le malheureux, âgé de 41 ans et père de six enfants, travaillait comme agent de sécurité à la daira de Bordj-Menaiel. Il a recouru à cet acte suprême suite à son «exclusion arbitraire» de la liste des bénéficiaires de logements sociaux de sa localité, Cap Djenet.

 

La victime s’est immolée dès sa sortie du bureau d’un responsable de la même institution, lequel lui avait de tout temps promis de l’aider pour bénéficier d’un nouveau toit qui répond aux besoins de sa famille.

 

Vendredi soir, à 21 heures, un jeune de 26 ans, répondant aux initiales H.S., s'est immolé en plein centre-ville de Jijel, sur l'avenue Emir Abdelkhader  ! Sous le choc, les passants sont accourus pour secourir ce jeune malheureux qui a voulu en finir avec sa vie pour dénoncer la mal-vie qui le terrasse au quotidien.

 

Transféré par la suite à l'hôpital de Jijel, le pauvre jeune a été admis au service de réanimation et demeure jusqu'à l'heure actuelle sous surveillance médicale. Souffrant de brûlures au troisième degré, ce jeune semble hors de danger, selon des sources locales.

 

À Tébessa, Mohcen B., un chômeur de 26 ans, résidant dans la commune de Boukhadra, 35 km au nord de Tebessa, s'est lui aussi immolé, samedi. Selon des sources locales, c'est le refus du maire de lui donner un poste de travail qui l'a poussé à s'asperger d'un liquide inflammable, au sortir du siège de l'APC et de mettre le feu à son corps. Il a été évacué vers l'hôpital d'Annaba. Son état de santé est très critique. [Il a succombé à ses blessures vers 18 heures (El Watan).] Le maire a été relevé de ses fonctions par le wali qui s'est déplacé sur les lieux. 

 

Radio Kalima - Algérie, 16 janvier.

 

 

 Un Algérien s'immole par le feu près de la frontière avec la Tunisie

 

Un Algérien de 37 ans a été hospitalisé dans un état grave après s’être immolé par le feu samedi devant une mairie de la région de Tébessa, près de la frontière avec la Tunisie, où il était venu réclamer un emploi et un logement, a-t-on appris dimanche de source hospitalière locale.

 

«Il se trouve actuellement dans le service de réanimation. Il est dans un état grave», a indiqué à l’AFP un médecin de l’hôpital d’Annaba, où il avait été admis dans le service des grands brûlés.

 

Mohcin Bouterfif s’était aspergé d’essence et transformé en torche vivante devant la mairie de la ville minière de Boukhadra, à l’est de Tebessa, selon cette source.

 

M. Boutertif faisait partie d’un groupe d’une vingtaine de jeunes rassemblés devant la mairie pour protester contre le refus du maire de les recevoir, selon des habitants de la région. Ils demandaient des emplois et un logement.

 

Plusieurs suicides ont été enregistrés en Tunisie depuis le 17 décembre, date à laquelle Mohamed Bouaziz, 26 ans, un vendeur ambulant sans permis s’est immolé par le feu pour protester contre la saisie de sa marchandise, déclenchant des émeutes sans précédent en Tunisie.

 

Ces émeutes ont abouti au départ du président Ben Ali, au pouvoir depuis 23 ans.

 

Leur presse (Libération), 16 janvier.

 


Publié dans Internationalisme

Commenter cet article