Agression fasciste de trois militants de la CNT Lyon

Publié le par la Rédaction


Samedi 6 mars 2010 vers 23h50, trois militants de la CNT Éducation 69 ont été violemment agressés place Saint-Jean dans le 5e arrondissement de Lyon, alors qu’ils sortaient d’un restaurant.

Une douzaine d’individus se sont abattus sur eux, par derrière et par surprise, les jetant à terre et les frappant à coup de pieds, de poings mais aussi de nerf de bœuf, de ceinture cloutée ou encore de bouteille en verre en criant «Lyon est fasciste» et en proférant des «Sieg Heil» accompagnés du salut nazi.

Incontestablement, les trois CNTistes agressés l’ont été pour leur engagement syndicaliste et libertaire connu. L’un d’entre eux a dû être transporté aux urgences où ont été constatées diverses blessures témoignant des violences subies : un pouce cassé, de nombreux coups au visage et sur le crâne, entraînant la réalisation de 12 points de suture.

Cette agression fasciste s’inscrit dans un contexte déjà bien lourd
(action de harcèlement auprès des bibliothèques du 4e et du 8e ; attaque d’un rassemblement contre la tenue du débat sur l’identité nationale ; encerclement et intimidation de militant-e-s reconnus sur les pentes de la Croix-Rousse etc.).

Dans le climat social actuel, ces individus et groupuscules d’extrême-droite ont tenté, en agressant ainsi nos camarades, d’imposer une nouvelle étape dans l’escalade de la violence. Une réaction de l’ensemble des forces sociales, syndicales et politiques qui ne veulent pas voir l’extrême-droite semer la terreur dans nos rues semble dès lors de plus en plus urgente.

La CNT rappelle, qu’elle et ses militant-e-s, ne renonceront pas pour autant aux objectifs d’émancipation et de justice sociales qui sont les leurs. Elle poursuivra son action aux côtés de toutes celles et tous ceux qui luttent contre le retour de «la bête immonde» et au delà pour une autre futur.

No Pasaran !

Rebellyon, 8 mars 2010.

Commenter cet article