Affrontements à Posadas en Argentine

Publié le par la Rédaction


Après 72 heures de camping devant le palais de la Gobernacion (gouvernement provincial) de violents affrontements ont eu lieu le 5 mars après une charge de la police contre les femmes qui cognaient contre les grilles de l’édifice. Une femme à souffert d’une fausse couche suite à son arrestation, quatre policiers l’avaient traînée jusqu’au panier à salade. Les hommes se sont mêlés à l’affaire ce qui a provoqué une bataille rangée sur la Place du 9 juillet (Plaza 9 de julio). Cette protestation était initiée par le Courant Classiste Combatif (courant de classe et de combat) et avait pour but d’exiger du travail pour 1500 personnes, seulement 250 contrats ont été promis. Quatorze travailleur(se)s ont été détenu(e)s par les forces anti-émeute, plusieurs autres ont été blessées.




Cf. Anthropologie du présent

Sous le titre «Manifestaciones de repudio» : Il s’agit de condamnation de la violence policière et de soutien au CCC de la part : Jeunesse Socialistes, Espacio Comunicación y Cultura (de la fac de lettres), Constituyente Social (fac des sciences exactes), CTD Aníbal Verón, Movimiento Social Misiones.


Le dernier article émanant de misionesonline.net est proprement hilarant : selon celui-ci les manifestants ont tenté de «réprimer» les policiers (para reprimir a la policía) qui ne sont intervenus que de manière «passive» (manera pasiva para tratar de calmar) afin de tenter de protéger le bâtiment et de calmer la fureur poulaire…

Courriel du 7 mars 2010.

Publié dans Colère ouvrière

Commenter cet article