Action de solidarité avec les anarcho-syndicalistes serbes à Besançon

Publié le par la Rédaction

 

L’ambassadeur de Serbie était lundi 3 mai à la fac de lettres de Besançon pour donner une conférence sur «les relations diplomatiques entre la France et la Serbie dhier à aujourdhui».


Nous (adhérents des deux CNT et du Resto Trottoir, nous partîmes 2, nous nous vîmes… 5) étions là pour alerter le public et interpeler le représentant de l
État serbe sur la répression en Serbie, plus particulièrement celle frappant nos compagnons de lInitiative Anarcho-Syndicaliste (ASI, section serbe de lAssociation Internationale des Travailleurs) (pour plus dinformation sur la situation en Serbie, voir le dernier communiqué de lASI).

Le public se résumait à sept personnes, dont les organisateurs de la dite conférence, notre tract a été globalement bien reçu.

L
ambassadeur, cordial et diplomate (cest son boulot), a pris le temps de discuter quelques minutes avec nous. Il a tenté de nous expliquer que la Serbie était devenue une démocratie, puis après nos protestations, quelle était en train de le devenir, et enfin que cétait pas encore ça mais quils y travaillaient. Quoi quil en soit toute démocratie demeure un État policier, répressif, autoritaire, une dictature participative, bref un État.

Il nous a ensuite affirmé qu
il ny avait pas lieu de parler de répression, mais plutôt dune procédure judiciaire classique, visant à punir les auteurs dun délit. En langage courant on appelle ça de la répression, à laquelle sajoute dans laffaire des «six de Belgrade» (auxquels on peut ajouter les cinq personnes arrêtées pour les avoir soutenu), une détention abusivement longue, des tortures et violations de droits, labsence de preuves, une campagne médiatique calomnieuse, le soutient passif de l’État à des groupes nationalistes agressant nos compagnons, etc.

L
ambassadeur ne sest, bizarrement, pas exprimé sur les agissements de ces fascistes, et nous a quitté en nous assurant que nos protestations et notre tract seraient transmis à ses supérieurs.

Malgré le faible impact de cette action auprès du public, il est important que partout où est représenté l
’État serbe, il soit interpelé, harcelé, au nom de la solidarité internationale, pour que cessent ces intolérables poursuites.

À bas la répression ! À bas tous les États ! 
Vive la liberté !


 

Banderole déployée lors de l’occupation du centre culturel

de Serbie à Paris samedi 17 octobre


CNT AIT Besançon, 4 mai 2010.

 


Commenter cet article

anarsonore 04/05/2010 22:23



Bravo et merci pour ce compte-rendu


 





Dimanche 9 Mai 2010 de 12h3O à 18h30
à « La Chapelle » 36, rue Danielle Casanova
(Métro Compans) à Toulouse 


Soutien aux 6 de Belgrade !


Persécutés en raison de leurs activités sociales en Serbie, 6 compagnons de l’ASI-AIT, remis en liberté après plus de 5 mois d’incarcération arbitraire, sont encore sous le coup d’une procédure tout aussi injuste


Cuisine et musique slaves


CONCERT :
RODINKA, musiques slaves, tziganes, klezmer (Limoux)
KASSLA DATCHA, joyeux bazar klezmer (Toulouse)


Activités pour les enfants :
Badminton, Mikado géant et jeux en bois pour les plus petits.


Et aussi :


Information sur la situation sociale en Europe de l’Est :
La Serbie, la Grèce bien sûr, mais aussi la Croatie, la Slovénie, la Pologne,... dans toute cette région des luttes massives ont lieu contre le Capitalisme et l’Etat.
Des militants de la CNT-AIT feront un point sur
cette actualité, suivi d’une discussion.


Echange sur les luttes en Midi-Pyrénées :
Airbus, Cegelec, Freescale , Clinique des Chaumes,
éducation ,... Où en est-on ? Comment on s’organise ?


ENTREE LIBRE
Les bénéfices de la manifestation iront au soutien des compagnons serbes.







Organisé par la CNT-AIT
Anarchosyndicalisme !
7, rue st Rémésy
31000 Toulouse